vendredi 13 juillet 2018

Expatriation en Australie, l'histoire d'une Coréenne

Parce que je déteste la Corée de CHANG Kang-myoung




 
L'été est propice au changement, d'habitudes, de vie. C'est dans cette période où j'ai pris des décisions radicales comme mon végétarisme par exemple. C'est aussi une période pour voyager donc même si vous restez dans votre jardin, allongé dans l'herbe avec un bon roman, j'ai envie de vous faire voyager. Je vous conseille donc Parce que je déteste la Corée.

Ce roman a un début très prometteur. Dés les premières pages, la narratrice tue le père, la mère et le petit ami. Ceci est une métaphore mais son départ semble dévastateur et est une véritable rébellion envers sa famille, son pays, et tout ce qui s'y rapproche. Elle nous montre par certains retour dans le passé pourquoi la vie en Corée ne lui convenait plus. Elle n'avait pas envie de se retrouver dans le moule de la vie parfaite des coréens. Alors elle a dit Fuck je me casse en Australie. Elle partira contre l'avis de tous. Elle tombera sur des gens comme elle : des coréens venus pour apprendre l'anglais, étudier, voyager, ou s'expatrier. Et comme en Corée, elle se retrouvera confronté à ce système de classes sociales avec les expatriés coréens alors qu'en Australie, les différences ne sont pas si flagrantes.

Elle racontera également les différentes rencontres amoureuses, amicales qu'elle fera. Cela la mènera dans des situations intéressantes : des rencontres avec la justice, des aventurières américaines, des propositions de mariages.  



J'ai bien aimé lire ce roman, le début est très accrocheur, et on s'attache vite à cette jeune personne rebelle. Je me suis un peu reconnue dans cette volonté de ne pas rentrer dans le moule, et de refuser les jugements que les autres portent sur notre façon de vivre. Et comme elle, je pense également que le boulot n'est pas tout dans une vie même si c'est important d'y être bien. Je suis parfois aussi restée sur ma faim, il m'a manqué quelques détails. L'histoire se déroule sur plusieurs années mais il y assurément plein d'histoires cocasses qui n'ont pas été écrites.

Il me reste un petit mystère à résoudre sur ce livre. L'auteur est journaliste et écrit sur des phénomènes de société, je me demande s'il s'est inspiré dans un ancien amour pour ce roman puisque le petit ami du personnage principale érudit pour devenir journaliste. Si vous avez la réponse, je suis preneuse.

Dans le roman, beaucoup de plat sont évoqués mais beaucoup avec de la viande. A un moment, elle commande une pizza à la patate douce donc je vais vous partager la mienne.

Pizza à la patate douce

Ingrédients :
 - une pâte à pizza
 - une patate douce
 - une boule de mozzarella
 - du parmesan
 - Le zeste d'un citron

Coupez en fines rondelles la patate douce préalablement lavée et épluchée. Dans une casserole d'eau bouillante, plongez les rondelles de patate douce et laissez cuire 5 minutes.
Préchauffez le four à 180°C. Sur une plaque de four, placez la pâte à pizza, saupoudrez la généreusement de parmesan rappé, puis déposez y les rondelles de patate douce. Coupez la boule de mozzarella en morceau et placez les sur la pizza. Zestez finement un citron et parsemez les sur cette pizza. Enfournez la et laissez la cuire pendant 12 minutes.

Dégustez avec de la salade de roquette. 

 

2 commentaires:

  1. Comme tu le dit lé début a l'air accrocheur ! J'adore cette idée de départ. Et puis, un voyage en Australie, ça ne se refuse pas ;p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'importe quel voyage ne se refuse pas ! C'est comme ça que l'on se retrouve en Moldavie.

      Supprimer