dimanche 10 janvier 2021

A la recherche des étoiles avec Copernic

 Le secret de Copernic de Jean Pierre Luminet



Copernic, pour ceux qui ne le savent pas, est celui qui a placé le premier le soleil au centre de notre univers et a décrété que la Terre tournait autour et sur elle-même. Mais comment Copernic a découvert cela est le secret qu'a essayé de percer Jean Pierre Luminet dans son roman.

L'auteur est lui même astronome ET poète. En sachant cela, je me suis posé la question : est ce qu'il met son art au service de la science, ou la science au service de son art ? Je l'ai découvert à la radio en octobre ou en septembre sur France Culture. Il m'a beaucoup intéressé par sa double casquette et le hasard avait mis ce roman dans ma Pile à lire.

Alors comment ce chanoine polonais a pu révolutionner l'astronomie et notre vision de l'Univers ? Sujet d'autant plus "touchy" que l'Eglise était à cette époque puissante et tenait à sa vision de l'Univers mettant l'Homme au centre de la création de Dieu. L'auteur nous raconte sa vie. Il explique dans la postface qu'il existe très peu d'informations sur Copernic, d'archives, et qu'avec ce qu'il a trouvé, il a pu ou du mettre son art de romancier pour combler les vides. 

Copernic est donc né dans une famille riche. Son père était négociant. Il meurt alors que le petit Nicolas est tout jeune et c'est son oncle qui prend en charge son éducation. Homme d'Eglise, futur évêque, cet oncle va tracer la voie de notre astronome dans l'Eglise en le faisant Chanoine mais d'abord il va l'envoyer en Italie pour peaufiner son éducation. L'observation des étoiles le fascine déjà, on peut voir dans le roman qu'il se pose des questions sur le théorie de Ptolémée. Lors de ce voyage qui va durer sept ans, il va rencontrer des professeurs, des savants qui vont l'aider à avancer dans l'élaboration de sa théorie. 


Cette partie du roman est très intéressante, on peut voir la soif de connaissance à cette époque bouillonnait chez un peu tout le monde. On rencontre des grands personnages de l'Histoire : les Borgia par exemple. Et c'est là qu'on entre également dans le monde de la politique. Son oncle est Homme d'Eglise mais pas seulement, on se rend compte du pouvoir qu'il a et comment son neveu est un pion dans l'échiquier qu'il va placer au gréer des évènements.

Lorsqu'il rentre de ce voyage pour se consacrer enfin à sa vie de Chanoine, on a l'impression qu'il se range. L'auteur nous parle très peu d'étoiles alors que c'est la période de la vie de Copernic où il écrit et couche sa vision du monde sur du papier, où il doit convaincre. J'ai eu l'impression qu'il était satisfait de cela, il s'occupe de politique et vit sa vie. Jusqu'au jour où nous voyons débarquer dans ce récit un jeune étudiant : Rheticus qui est fasciné par son maitre Copernic. Et à ce moment, j'ai eu l'impression que l'auteur change de personnage principal pour Rheticus qui va bouger pas mal les choses pour faire imprimer le manuscrit de son maître.

Comme vous l'avait peut être senti dans ce résumé, l'auteur m'a un peu perdue dans sa narration. Il y a des moments palpitants et d'autres plus longs. La postface m'a vraiment aider à comprendre où voulait en venir l'auteur. Son sujet n'était pas tant Copernic que la théorie de l'Héliocentrisme (oui c'est comme ça que la théorie de Copernic s'appelle). Le fait de changer de personnage principal est donc possible puisque c'est Rhéticus qui a fait publier la théorie. Elle aurait pu très bien mourir avec Copernic s'il n'était pas intervenu dans l'histoire. 

Si je devais répondre à ma question du début, je dirais ici que l'auteur a mis son art au service de la Science. A la fin de cette lecture, je me sens plus savante sur l'héliocentrisme mais le roman ne m'a pas marqué en tant que tel. Je pense que si le hasard remet un autre livre de cet auteur sur ma route, je le lirai volontiers mais je n'irai pas le chercher.

J'ai eu envie pour illustrer cette lecture, une recette avec des étoiles. Je me disais qu'en cette fin d'année, j'allais trouver assez facilement quelque chose de festif mais rien ne m'a donné envie. Et ma quête d'un emporte pièce étoile a été un gros échec. Je vais donc vous partager mon petit déjeuner du premier jour de 2021. J'espère que cette nouvelle année sera plus belle que 2020 pour vous et que la santé sera au rendez vous.



Le bowl cake qui se voulait étoilé (à la banane et au kiwi)

Ingrédients :

 - une banane

 - un kiwi

 - un oeuf

 - 4 cuillères à soupe de flocons d'avoine

 - 4 cuillères à soupe de lait

 - une cuillère à café de levure chimique

 - une cuillère à café de sirop d'agave


Huilez un bol. Coupez en tronçon une banane et écrasez la dans le bol avec une fourchette. Ajoutez l'œuf entier et mélanger ces deux ingrédients. Ajoutez les flocons d'avoine et la levure, mélangez. Versez le lait dans le bol et votre cuillère de sirop d'agave puis mélanger de nouveau.

Epluchez le kiwi, et coupez le en rondelles. A l'aide d'un emporte pièce, réaliser des étoiles, des fleurs ou des étoiles kawaï (c'est selon votre interprétation et votre humeur du jour) dans les rondelles de kiwi. Réservez les et mettez les morceaux qui vous restent dans le bol et mélangez.

Faites cuire votre bowl cake au micro onde. Puissance maximal pendant deux à trois minutes. Une fois cuit, démoulez le dans une assiette à dessert et parsemez le de vos étoiles ou fleurs de kiwi.

Dégustez ce petit déjeuner. Il est rassasiant, plein de bonnes choses, rapide à faire. J'en mangeais souvent pendant ma grossesse. Ce petit déjeuner convient également en cas de diabète gestationnel. (Mon taux de glycémie restait dans la norme.)

Bon appétit et bonne année !

dimanche 27 décembre 2020

Explorons la seconde Guerre Mondiale avec Ken Follett

 L'arme à l'Œil de Ken Follett





Après avoir adoré la série des Piliers de la Terre, j'ai eu très envie de retourner dans un roman de Ken Follett. Je n'y suis pas retourné tout de suite de peur d'être déçue. Je me suis lancée récemment avec ce roman L'Arme à l'œil, écrit au début de sa carrière.

L'intrigue de ce roman a lieu pendant la seconde guerre mondiale en Angleterre. On y suit plusieurs personnages : un jeune couple Lucy et David, Henry Faber, un espion allemand, Percival Godliman un professeur d'Histoire qui va s'engager dans les services secrets anglais aidé dans sa mission par un policier nommé Frederick Bloggs. Nous sommes peu de temps avant le débarquement des Alliés en France. L'Angleterre cherche à brouiller les pistes sur le lieu et l'Allemagne envoie des espions pour trouver des indices. Hitler est soucieux et pense que ce débarquement aura lieu en Normandie.




Ce roman ne m'a pas déçue du tout. J'y ai plongé toute entière. Vous savez quand vous n'avez qu'une envie dans la journée, c'est de rentrer chez vous et de vous blottir dans votre canapé pour poursuivre votre lecture ! C'était ça avec ce roman. Je l'ai lu assez rapidement. Ken Follett avait déjà cette écriture cinématographique qui fait que vous attendez patiemment plusieurs chapitres avant de retrouver votre personnage favori et de savoir ce qui lui arrive.

Mon personnage favori était Lucy. L'auteur dans la préface indique que son roman était assez novateur pour l'époque parce qu'il plaçait au premier plan une femme. Cela a plu à l'époque, et cela m'a plu également aujourd'hui. Pourtant cette femme n'a rien d'extraordinaire : elle s'est marié à un homme beau qui avait un avenir prometteur. Malheureusement, quelques heures après avoir dit oui, ils auront un accident qui rendra handicapé David. Leur famille les envoya sur une petite île habité seulement d'un gardien. Rien de cette vie ne leur promettait un rôle décisif dans cette guerre et pourtant. 

Pendant ce temps, Henry Faber effectuait sa dernière mission avant de retourner chez lui en Allemagne couler des jours heureux. Sa mission était de trouver des preuves du lieu du prochain débarquement. Sa principale qualité était sa discrétion : personne ne pouvait parler de son visage. Ils mourraient tous avant ! Son arme favori étant un stylet, un coup bien placé et la mort était assurée. Ce personnage bien que travaillant pour le camps nazi m'a plu. Je me suis surprise dans ma lecture à avoir peur pour lui et avoir envie qu'il réussisse à regagner l'Allemagne ce qui aurait voulu dire aider Hitler dans son entreprise ! Je pense que c'est là la véritable prouesse de l'auteur. Faire de ce personnage nazi un héro comme les autres.

De cette réflexion, est née cette question : pourquoi voulons nous toujours des gentils et des méchants dans nos histoires ? La vie est loin d'être seulement blanche et noire, il y a plein de couleurs et de nuances de gris. La vie est plus complexe que ça ! Nos décisions et celles des autres sont prises pour de multiples raisons. Des actions qui peuvent nous paraitre mauvaises peuvent pas forcément être excusées mais en tout cas, elles peuvent être expliquées. Je suis sûre que je ne suis pas la seule à être fan des reportages de 7 à 8 sur des faits divers. A chaque fois, on cherche à expliquer les raisons de terribles passages à l'acte. Alors pourquoi dans nos romans, on ne pourrait pas avoir ce genre de personnages et être captivé par leurs histoires. N'a t-on pas passé l'âge d'avoir besoin de morale à la fin de nos contes ?

Et vous alors est ce que vous avez une réponse à cette question ? Avez vous aimé ce roman et Faber ?

Ce roman et Lucy m'ont donné envie de gouter au porridge salé. Voici donc ma recette ci dessous.




Porridge salé à la courge butternut


Ingrédients :

 - une demi courge butternut

 - romarin

 - 60 g de flocons d'avoine

 - 140 ml de lait et 140 ml d'eau

 - un mélange de salade d'hiver composé de betteraves rouge, chou rouge, carotte râpé et de mâche


Commençons par préparer la purée de courge butternut. J'ai essayé la cuisson avec la peau pour gagner du temps. Lavez votre courge puis la placer dans un grand volume d'eau bouillante. Laissez la cuire environ une dizaine de minutes. 

Prenez votre courge sans enlevez l'eau de votre casserole/marmite. Epluchez la ! Vous verrez c'est magique, la peau s'en va assez facilement. La courge n'est pour l'instant pas totalement cuite. Enlevez les graines et coupez des morceaux assez gros. Replongez vos morceaux dans l'eau bouillante et laissez de nouveau cuire pendant 10 minutes. Assaisonnez à votre convenance. J'ai ajouté pour ma part du romarin. 

Une fois vos morceaux de courge cuit, vous pouvez mixer. J'ai souhaité la faire assez épaisse. Je n'ai donc pas ajouté d'eau. Vous pouvez réaliser cette partie de la recette la veille ou le dimanche après midi. C'est aussi une excellente recette pour les bébés. Ma fille d'un an a adoré pour une fois quelque chose que je cuisinais.

Pour préparer le porridge salé, commencez par mettre à bouillir le mélange eau lait. Ajoutez ensuite en pluie les flocons d'avoine et environ 120 g de purée de courge. A l'aide d'une cuillère en bois, mélangez jusqu'à ce que le mélange s'épaississe. après quelques minutes de cuisson, votre porridge est prêt. Vous pouvez le servir dans une assiette creuse et y déposer quelques légumes de votre salade d'hiver.

Bon appétit.

dimanche 13 décembre 2020

Préparons Noël avec nos bambins


Cache cache Petit renne de Huang Yu-Hsuan

Noël approche à grand pas. C'est une fête que j'attend avec impatience surtout en cette fin d'année. 2020 aura vraiment été bizarre ! J'aimerai transmettre cette ambiance magique à ma fille. Nous faisons les préparatifs ensemble : la décoration du sapin, on regarde chaque soir en revenant de chez la nounou les lumières des voisins et de la ville. Elle ne regarde pas encore les dessins animés spécial noël mais nous pouvons nous rattraper avec les livres. 

J'ai acheté Cache Cache Petit Renne l'année dernière alors qu'elle n'était pas née. Je lui ai lu tout de suite puis le printemps arrivant, je l'ai rangé. Elle n'y prêtait pas particulièrement attention, au début. Elle était encore un peu jeune. Le livre indique "à partir de 6 mois". Mais depuis quelques temps, elle adore soulever les cachettes en feutrines pour découvrir les animaux. On n'y voit pas le père noël mais Hugo, l'ami renne du père noël qui l'aide à distribuer des cadeaux. A chaque page, un nouveau cadeau est distribué à un ami de la forêt et à la dernière page, on peut voir que le père noël n'a pas oublié Hugo. J'aime les illustrations et je peux vous dire qu'il est assez solide pour résister buccales de ma fille. La feutrine est également solidement attachée, ce qui fait un livre idéal pour les tout petits.

Cette période de l'année est l'occasion d'offrir à nos bambins des livres. En effet, le livre est chez moi un jouet comme les autres. Ma fille adore les sortir tous, tourner les pages même si je ne suis pas là pour lire. Je suis sûre que dans quelques mois elle jouera à la bibliothécaire ! Je vous ai donc sélectionné deux livres.



Petit Panda (Editeur TamTam)

Le coup de cœur de mon bébé. Depuis toute petite, elle a adoré ce livre. A chaque page, petit panda rencontre un animal d'une couleur différente : du perroquet rouge à la panthère noire. Je pense que les forts contrastes ont participé à son succès. C'est un livre hochet, ce qui permet à Bébé d'y faire ses dents. Il n'y a pas que nous qui dévorons les livres ! Sa présentation sous forme de calepin facilite la tâche aux plus petits qui veulent tourner les pages.




Sur le chemin de Martine Perrin. 

J'aime beaucoup les livres de cette collection. J'en ai déjà emprunté un autre sur la forêt à la bibliothèque qui nous a beaucoup plu. Ils sont très colorés et contrastés. Les découpes dans les pages permettent aux plus petits de les tourner plus facilement. Sur le chemin nous fait rencontrer des animaux dans leurs univers : la mare, la mer, les chemins fleuris, la plage... Les hippocampes peuvent croiser de terribles pieuvres derrière un buisson d'algues et des abeilles faire attention à la toile qui cache l'araignée mortelle. De quoi commencer à apporter la notion de chaine alimentaire chez nos enfants et ne pas attendre que votre chat zigouille une souris devant elle/lui.

En parlant de nourriture, il n'y aura pas de recette aujourd'hui, ma fille ne veut se nourrir que de pain et de Babybel, ce qui ne me rend pas trop créative. Le passage aux morceaux n'est pas simple. J'y reviendrai peut être dans un autre article. Je peux vous conseiller tout de même si vous chercher des idées recettes pour votre bambin l'excellent site Cooking for my baby.


samedi 14 novembre 2020

Quand Netflix rime avec Littérature

 Sélection de 5 films inspirés de romans





Après avoir résisté quelques années à la fameuse plateforme, nous nous sommes abonnés grâce à / à cause d'une offre alléchante de notre fournisseur d'internet. Nous sommes faibles et je pense surtout aux salles de cinéma qui souffre énormément à cause de la crise. Si vous devez retenir un message de cet article c'est : faites vivre le cinéma, achetez des films, offrez du cinéma à Noël, allez en salles, participez à des ciné-débats ou faites vous plaisir avec des blockbusters en 3D …

En attendant de pouvoir retourner dans la petite salle de mon village, voici ma sélection de films inspirés de romans à visionner sur Netflix ou en DVD, VOD … Cela vous fera peut être envie aussi de lire.


1. Rebecca de Ben Wheatley inspiré du roman de Daphné du Maurier




Le pitch : une jeune femme rencontre sur la côte d'Azur un homme riche et veuf. Ils se marient assez rapidement. Il l'emmène vivre dans sa demeure de Manderley où vit encore le souvenir de son ancienne femme Rebecca.

Ce roman est le chef d'œuvre de Daphné du Maurier. C'est un livre que j'aime d'amour, il est passionnant, plein de suspense, les décors sont magnifiques. Elle est arrivée à faire d'une demeure et d'une défunte des personnages presque plus important que l'héroïne. D'ailleurs saurez vous me dire comment elle s'appelle ?

Le petit plus du film : C'est le premier film produit par Netflix que je vois. Je trouve que c'est assez bien réalisé. L'actrice principale qui m'est totalement inconnue incarne parfaitement ce rôle et n'est absolument pas éclipsée par Kristin Scott Thomas qui incarne la terrible Mme Danvers. Les couleurs, les décors permettent d'amener davantage de mystère autour du personnage de Rebecca. Sa chambre est vraiment extraordinaire et nous fait perdre nos repères. Je ne l'imaginait absolument pas comme ça.

Ce film est assez différent de celui sorti en 1940 et réalisé par Alfred Hichcock. Ce dernier vaut également le détour et peut être une premier approche du cinéma de cette époque. Moi qui n'a pas l'habitude de regarder des films anciens, il ne m'a pas piqué les yeux ! Le noir et blanc est aussi intéressant pour mettre en image ce film.


2. Jack et la mécanique du cœur de Mathias Malzieu et Stéphane Berla inspiré de la Mécanique du Coeur de Mathias Malzieu



Le pitch : Jack est né le jour le plus froid du monde, son cœur a gelé c'est pour cela qu'on l'a doté d'une horloge à la place du cœur. Il doit respecter trois règles pour ne pas l'abimer : ne pas toucher ses aiguilles, maitriser sa colère et ne pas tomber amoureux. Le début des ennuis arrive lorsqu'il rencontre la belle Miss Acacia.

J'ai adoré le roman. L'univers de Mathias Malzieu s'exprime pleinement dans ce roman poétique. L'histoire a l'air d'être enfantine mais cela permet bien aux adultes de rêver. Il faut écouter l'album de Dionysos du même nom pour vraiment s'entourer de l'atmosphère de cette histoire.

Le petit plus du film : Il a été réalisé, imaginé par l'auteur du roman. Cela change tout ! Le film est fidèle au roman et à l'univers de l'auteur, de Dionysos. La musique est très présente mais sert beaucoup le film. Je suis la première à critiquer Disney pour l'utilisation quelque peu à mon gout abusive de chansons (ne me frappez pas, je sais que beaucoup apprécie !). J'ai vraiment l'impression que les personnages chantent tout le temps. Dans ce film, je n'ai pas eu cette impression, peut être est ce lié aux nombreuses heures d'écoute de l'album il y a quelques années. 

J'ai apprécié aussi les clins d'œil à l'univers du groupe : j'y ai entendu une chanson d'un album précédant, et la femme chocolat d'Olivia Ruiz. Les personnages sont magnifiques, les décors aussi. Mon seul bémol serait que je trouve que les voix des jeunes garçons sont particulièrement graves. C'est un peu étrange mais je peux comprendre que Grand Corps Malade ne peut pas trop aller dans les aigus.

3. Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Felix Herngren inspiré du roman de Jonas Jonasson



Le pitch : Un homme de 100 ans s'apprête à fêter son anniversaire dans une maison de retraite en Suède. Il s'enfuit, c'est le début d'une aventure quelque peu étrange.

J'ai apprécié le roman, l'histoire est complètement loufoque. J'ai passé un bon moment en le lisant.

Le petit plus du film : Qu'est ce que c'est drôle ! Je connaissais l'histoire, je savais comment cela allait se terminer donc pas de suspense. J'ai passé un très bon moment, cela m'a donné envie de me replonger dans le livre. Le film m'a fait penser à Forest Gump dans la façon naïve que le personnage a de raconter son histoire, son implication à travers les grands moments de l'histoire, et sa façon toute naturelle d'échapper au pire ou à la tristesse de certaines situations. 

Je me suis rendu compte de pleins détails également : on a affaire à un groupe de motard sans motos, des policiers qui n'ont pas envie de travailler (cela change des autres films !). Les personnages ont l'air vraiment de planer, je réagirai tellement différemment ! C'est ce qui rend l'ensemble tellement loufoque et drôle. 

4. Mange, Prie, Aime de Ryan Murphy inspiré du roman d'Elizabeth Gilbert


Le pitch : Une femme au carrefour de sa vie décide de prendre une année sabbatique pour voyager et réaliser ses rêves.

Le roman m'a fait rêver, moi aussi j'ai eu envie de tout plaquer et de voyager : aller dans un Ashram en Inde, manger des pizzas en Italie (ont-elles le même gout qu'en France ?) et buller à Bali. Ce livre m'a fait beaucoup réfléchir sur ma vie, mes envies.

Le petit plus du film : Julia Roberts et Javier Bardem : un magnifique couple (et l'accent brésilien peut être surjoué mais rrhh!😍) ! Au delà de ça, le film est arrivé à me faire du bien. A la fin du visionnage, je ressens une bouffée de bonheur, de bien être. J'ai envie d'y retourner. Le seul bémol : mais pourquoi tant de harcèlement de rue en Italie ! Sachant que le film est sorti est 2010 et que le documentaire de la Belge Sofie Peteers qui a attiré l'attention sur le phénomène, date lui de 2012, je comprend un peu pourquoi cela peut apparaitre dans le film. Mais est ce que cela fait vraiment parti des clichés sur l'Italie ?


5. La trilogie Millenium inspiré des romans de Stieg Larsson


Le pitch : La rencontre de Mikael Blomkvist, un journaliste d'investigation de la revue Millenium et de Lisbeth Salender, hackeuse à l'histoire compliquée. Ensemble, ils vont résoudre plusieurs affaires dont celle concernant le passé de Lisbeth.

Quelle trilogie ! Cette histoire est noire, pleine de mystères, de suspense. Lisbeth est fascinante. Elle est rebelle, intelligente et pourtant sous la coupe d'hommes de pouvoirs. Comment un petit bout de femme a pu vivre autant d'évènements sordides ? On a envie qu'elle s'en sorte, qu'elle soit libérée de son passé. Cette trilogie donne un autre regard sur la société suédoise. On en a l'image de pays nordique où le bonheur, l'éducation est mis en avant. Cette trilogie casse cette image et montre les dessous des services secrets et du poids de l'Histoire.

Le petit plus du film : Je vais parler ici de la trilogie suédoise. Daniel Craig a beau être talentueux, j'ai une préférence nette pour la version suédoise. Elle est je pense plus fidèle à l'œuvre et a davantage ce côté suédois que la production américaine. Noomi Rapace est excellente dans ce rôle et apporte beaucoup au film. Les décors et les costumes sont fabuleux et montre la froideur, la noirceur des évènements. On y voit la violence, les scènes ne sont pas suggérées. ça prend aux trippes, j'ai été captivée ! Pour ceux qui ont hâte de voir la suite, le film issu du 4e volet de la série est disponible en ce moment sur Canal +.


J'espère que cette sélection vous a donné envie de passer du temps dans votre canapé. Et pour les petits creux, voici une recette de tartine sucrée/salée qui pourra agrémenter vos plateaux télé.





Tartines Brie/Poire


Ingrédients : 

 - du pain pour les tartines (j'ai utilisé ici du pain à cuire)

 - une poire

 - un morceau de brie (attention aux femmes enceintes, ce fromage est au lait cru et n'est pas conseillé pendant la grossesse. C'est ce fromage qui m'a valu des semaines d'angoisse par rapport à la listeria !)

 - une noisette de beurre

 - quelques noix


Préchauffez le four à 180°C. Epluchez les poires et les coupez en quartier. Epépinez vos morceaux.

Dans une poêle, faites fondre le beurre et faites y revenir vos morceaux de poire. Coupez vos tartines, déposez y vos morceaux de fruit. Coupez des belles tranches de brie et déposez les sur les poires.

Concassez vos cerneaux de noix et saupoudrez vos tartines avec ces petits morceaux. Enfournez le temps de faire fondre le fromage et dégustez vos tartines accompagnées d'une salade devant votre film.

Bon visionnage et bon appétit !

samedi 5 septembre 2020

Le chardonneret : rencontre entre la peinture flamande et la cuisine chinoise

 Le Chardonneret de Donna Tartt



Etes vous prêt pour ce pavé de plus de 1000 pages ? Je vous préviens il faut être en vacances ou confiné pour en venir à bout ! Si ces deux cas sont loin pour vous, prévoyez vous quelques week-end de lecture parce que ce roman vaut le coût qu'on y passe des heures. L’auteure a réussi à m'embarquer dans son histoire et de faire de ce tableau un personnage à part entière. 

Alors qu'est ce que ça raconte en quelques lignes ? Théo, une jeune américain est entré en possession d'un chef d'oeuvre de la peinture flamande le jour d'une terrible tragédie. Le musée dans lequel était exposé ce tableau a explosé, tuant sa mère et changeant sa vie à tout jamais. Il a été recueilli par la famille d'un de ses amis avant de partir à Las Vegas avec son père qui est réapparu un jour sans prévenir. Il fait la rencontre de Boris, un jeune garçon livré à lui même mais qui lui fera découvrir des paradis artificiels. 
Entre un père alcoolique et accro aux jeux, le manque cruel de sa mère, la vie ne lui fera pas de cadeaux. Au milieu de tout ça, le tableau est constamment évoqué comme une présence, un radeau quelque fois angoissant.




J'ai adoré ce roman.
Je me suis attaché à Théo, à son histoire et à son tableau. J'aurai voulu l'accueillir chez moi pour qu'il connaisse la stabilité, la chaleur d'un foyer aimant où on peut compter les uns sur les autres. Il y a dans ce roman des moments où on y croit, on se dit ça y est, il va trouvé la paix et non ! La vie lui joue beaucoup de mauvais tours sans qu'on se disent que l'auteure exagère. Elle a crée son personnage de sorte que je ne sais toujours pas si il connaîtra vraiment un jour la paix. Et le tableau, j'ai eu peur pour lui à de nombreuses reprises. ça ne m'était jamais arrivé d'avoir peur pour un tableau. J'ai lu qu'il avait beaucoup de succès après la publication de ce roman et je comprend bien le phénomène. Si j'avais l'occasion d'aller le voir, j'irai aussi.

Vous l'aurez compris, je suis vraiment entrée dedans. Il y a pas mal de rebondissements. On ne s'ennuie pas malgré le nombre de pages. A la fin du livre, Théo fait un peu parti de vous. Sans vous spolier, je peux vous dire que l'auteure a su conclure de la meilleure façon qu'il soit son histoire.

Côté cuisine, Théo se faisait souvent livrer de la nourriture chinoise alors voici ma recette de nouilles. Je la tiens d'un jeune allemand végétarien qui cuisinait incroyablement bien. Je vous laisse découvrir cette recette assez surprenante.




Nouilles chinoises accompagnées de sa sauce aux cacahuètes


Ingrédients (pour 4 portions) :

 - 300 g de carottes
 - 300 g de courgettes
 - 400 g de nouilles asiatiques
 - 2 gros oignons
 - 1 bocal de pousses de bambou
 - beurre de cacahuète
 - lait de noix de coco
 - sauce soja
 - Huile d'olive

Coupez les carottes et les courgettes en bâtonnets et l'oignon en petits cubes.
Dans une poêle huilée, faites frire tous les légumes et ajoutez un peu de sauce soja. Laissez les mijoter jusqu'à ce que les légumes deviennent fondants. 
Faites cuire les nouilles comme indiqué sur le paquet. En fin de cuisson, égouttez les pâtes. 
Ajouter dans votre casserole du lait de coco et du beurre de cacahuète, mélangez jusqu'à obtenir une consistance crémeuse. Ajoutez vos nouilles et mélangez les à cette sauce. Ajoutez ensuite les légumes.

Vous pouvez déguster sans attendre.





vendredi 14 août 2020

Mes plaisirs de l'été : un bon classique et des tomates

 Notre Dame de Paris tome 1 de Victor Hugo






Vous êtes peut être passé à côté mais Le Monde sort une collection avec l'oeuvre monumentale de Victor Hugo d’après les éditions Hetzel et ses magnifiques couvertures. Je me suis longtemps posé la question à savoir si c'était une bonne idée de la commencer au vu de ma PAL énormissime. Et puis, j'ai observé le seul livre de Victor Hugo que je possédais : un livre de poche datant du siècle dernier acheté à la braderie de Lille. Je me suis dit que Victor Hugo valait mieux que cela. C'est un classique, il me le faut dans une superbe édition. Et c'est vrai qu'il est magnifique ce livre !

Faire de Notre Dame de Paris le premier tome de cette collection n'est pas anodin et nous avons tous flairé l'appât ! L'incendie de la cathédrale nous a tous émus et les ventes du roman se sont envolés après l’événement. Et effectivement, c'est ce qui m'a fait sauter le pas. Mais évidement pour notre plus grand désespoir, le deuxième tome n'est pas Notre Dame de Paris mais Les Misérables, et il faut bien s'abonner pour lire la totalité des romans commencés. C'est un choix et je l'ai fait. 
Alors est ce que ce roman est si bien que ça ?



Victor Hugo m'a pas totalement dérouté par l'écriture de ce livre. Il faut dire que mes références à cette histoire viennent de Disney qui comme toujours enjolive les faits et fait chanter tous ces personnages dans des moments épiques. Désolé, je ne suis vraiment pas fan des chansons Disney ! Je trouve que ça gâche tout. 
Et en fait, la version originale est assez différente. Le tome est découpé en différents livres. Dans certains, on suit le narrateur un poète sans le sous qui de temps en temps rencontre les personnages de cette histoire : Esméralda, Quasimodo, Frollo, ... Et de temps en temps dans un livre, l'auteur change totalement de sujet. Il y a un livre consacré à la construction de Paris et les différentes restaurations de la cathédrale, ou une partie consacrée à la mort de l'architecture comme moyen d'expression avec l'avènement de l'imprimerie. C'est vraiment intéressant !

Des livres nous racontent également le passé des personnages, l'échange d’Esméralda et de Quasimodo lorsqu'ils étaient enfants, la quêtes du savoir de Frollo. On voit ainsi les personnages différemment. Frollo n'est pas si méchant. J'ai vraiment bien aimé la lecture de ce premier tome et j'attend le deuxième avec impatience.

Et vous, avez vous succombé à cette collection ?

L'été j'aime prendre le temps de lire des classiques et cette été dans ma cuisine, les tomates sont mises à l’honneur. L'année dernière ma grossesse m'a empêché d'en manger, je me rattrape cet été : salades, tartes, chaudes, froides, ...

Aujourd’hui, je vais vous partager ma recette de la tarte aux tomates.



Tarte aux tomates


Ingrédients : 

 - une pâte sablée pur beurre
 - du tomacouli
 - 3-4 tomates du jardin ou bio
 - une boule de mozzarella
 - Un oeuf
 - du thym

Préchauffez votre four à 180°C. Étalez votre pâte à tarte sur votre plaque de cuisson. Faites y des petits trous avec une fourchette. Fouettez l’œuf dans un bol et badigeonnez son contenu sur la pâte. Étalez le tomacouli (vous pouvez aussi utiliser une autre marque, cet article n'est pas sponsorisé !) sur la pâte. 

Coupez en rondelle les tomates et les placer sur la pâte. Coupez, déchirez votre mozzarella et disposez comme vous le souhaitez. Saupoudrez le thym. Enfournez votre tarte pour une durée de 30 minutes environ. Il n'y a plus qu'à déguster lors d'une soirée d'été.



vendredi 31 juillet 2020

Soirée soupe et musique classique pour un duo mère-fille

Mon petit Tchaïkovski de Emilie Collet et Séverine Cordier





Connaissez vous l'auteur de Casse Noisette et du Lac des cygnes ? Petits tricheurs et tricheuses vous avez vu le titre du livre que je vais vous présenter aujourd'hui ! Et oui, il s'agit de Tchaïkovski. En tant que rat de bibliothèque, j'aimerai que ma fille aime lire et il faut dire que cela facilite grandement les apprentissages scolaires ensuite. Pour son papa ce qui est important c'est la musique. Il l'initie tout doucement à la musique classique et au métal aussi. C'est dingue ce qu'il l'a fait dormir : de Mozart au black métal norvégien, il n'y a qu'un pas.

Pour éveiller les sens de ma fille, le livre musical est la parfaite solution. Elle adore les différents morceaux. Elle ne sait pas encore déclencher par elle même la musique mais elle n'a que sept mois. Elle a tout le temps devant elle pour savoir faire ça. Elle sourit dés qu'elle entend la musique. Elle adore manipuler son livre ou le manger. D'ailleurs il ne résiste pas très bien aux assauts très humides de bébé. C'est vraiment mon seul bémol.



Il n'y a pas que de la musique dans ce livre. Chaque page est dédié à un morceau et en dit un peu plus sur l'auteur ou sur l'oeuvre musicale de laquelle il est extrait. Si vous n'y connaissait rien en musique classique, ne vous inquiétez pas les morceaux sont connus et vont certainement vous plaire. On les a tous entendu dans des pubs ou des films.

Et pour le plaisir des yeux, ce livre est joliment illustré. On y voit des enfants, et leurs parents, mais aussi des animaux jouer de la musique ou danser. Les couleurs sont douces. Ce livre est vraiment un joli objet.



Pour éveiller le sens du gout, j'ai autre chose pour vous que du carton. Je vous propose de la soupe. Lors de la dernière visite au pédiatre, celui ci a dit qu'on pouvait donner de la soupe le soir. J'ai eu envie d'en faire une moi même pour ma fille et pour la même occasion pour moi. Avant ma grossesse, ce n'était vraiment pas quelque chose qui me faisait envie. J'ai eu une révélation à la maternité. Oui ! Il n'y a que moi pour aimer la nourriture de l'hôpital ! Je vous parlerai un jour de leur omelette aussi.

Alors voici ma recette de soupe à la courgette (qui est vraiment toute simple)

Soupe de Courgette pour bébé (à partir de 6 mois) et maman 


Ingrédients :

 - une grosse courgette bio ou du jardin
 - de l'eau
 - sel et poivre du Timut (pour maman)

Lavez votre courgette, coupez la en gros morceaux. Mettez les dans un faitout. Versez y de l'eau sans couvrir totalement si vous ne voulez pas que votre soupe soit trop liquide. La courgette contient déjà beaucoup d'eau. Laissez mijoter 20 minutes puis mixez.

Laissez un peu refroidir pour bébé. Pour maman, vous pouvez assaisonner avec du poivre du Timut, c'est délicieux.

Malheureusement pour moi, ma fille n'a pas trop aimé mais je ne m'avoue pas vaincue. Si elle aime la courgette industrielle, elle peut aimer ma soupe.