jeudi 13 décembre 2018

L'impératrice reine Marie thérèse

Le pouvoir au féminin d'Elisabeth Badinter

Merveilleux Pain d'épices de Mima Sinclair




Je vous ai fait découvrir mes lecture d'Elisabeth Badinter en commençant par L'amour en plus, un essai qui traitait de l'allaitement maternelle dans l'histoire en le mettant en parallèle avec la place de la femme dans la société. Aujourd’hui, je vais vous présenter encore un livre qui parle de l'Histoire des femmes en vous plongeant dans la vie de cette impératrice reine Marie Thérèse d'Autriche, connu en France pour être la maman de Marie Antoinette. 

Il y a peu de femme dans l'Histoire qui ont eu autant de pouvoir. Et lorsque l'on parle de ces femmes, on n'est pas tendre avec elles. On a une image de femmes avides de pouvoir délaissant leurs places dans leur famille. Regardez ce que l'opinion publique pense d'Angela Markel !  Elle est devenue reine ou plutôt roi de Hongrie parce que son père n'avait pas d'héritier masculin et pourtant, il ne l'a pas formé à gouverner car il espérait que sa femme meurt, qu'il puisse en épouser une autre afin d'avoir un héritier mâle.

C'est une femme intéressante puisqu'en plus de prendre pleinement son rôle de chef d'Etat, elle fut une épouse aimante et la mère de seize enfants. En tant que Chef d'Etat, elle a du faire face à plusieurs guerres déclarées pour la plupart par son ennemi de toujours le terrible Frédéric II de Prusse. Et pourtant, elle a su innover dans sa pratique du pouvoir par rapport à ses prédécesseurs. Elle a essayé de se montrer proche du peuple au début de son règne. A ce moment là, elle a du faire aussi des choix entre sa vie de femme et sa vie de Reine. En effet, son mari co-régent ne prenait pas forcément de bonnes décisions et il n'excellait pas en tant que militaire. Elle a donc évincé son mari pour mener son pays au mieux.



En plus de cette carrière, elle a mis au monde seize enfants, elle les a élevés et les emmenait avec elle lorsqu'elle voyageait. Mettre au monde des enfants et notamment des garçons était pour elle un signe de puissance. Sa lignée était préservée contrairement à la génération précédente. Elle est la première à se faire représentée avec ses enfants.

Cette biographie était intéressante, j'ai beaucoup appris sur cette période de l'histoire. L'auteure s'est bien documentée et les sources sont intéressantes. Il y a beaucoup de témoignages d'ambassadeurs mais aussi de lettres écrites de la main de notre héroïne.

J'apprécie également que l'on mette en avant des femmes qui ont marqué l'Histoire. Les manuels d'Histoire en manque énormément. Mis à part Jeanne d'Arc, j'en vois pas d'autre. Néanmoins, j'ai trouvé quelques longueurs. On parle beaucoup de la guerre de succession et moins de comment elle a pu gérer les affaires de son peuple. En tant que mère, on apprend beaucoup de son rôle lorsque ses enfants étaient petits et peu par la suite lorsque ses filles se marièrent. J'avais envie d'en savoir un peu plus sur sa relation avec Marie Antoinette par exemple. Le seul fils sur lequel on en apprend davantage est son co-régent puis successeur Joseph avec lequel cela n'a pas été tout rose.

Je vous conseille tout de même cette biographie si vous voulez connaitre la vie de cette grande dame. Et pour illustrer cet ouvrage, j'ai pensé à cette recette qui permet d'utiliser de la pâte à pain d'épices de façon originale et qui est issus du livre Merveilleux Pain d’épices de Mima Sinclair.




Tarte façon Streusel aux pommes & Pain d'épices

Ingrédients : 


pour la garniture

 - 4 pommes
 - 1 citron non traité
 - 75 g de sucre en poudre
 - 75 g de cassonade
 - 3 cuillère à soupe de farine
 - 1 cuillère à café de cannelle en poudre
 - 1/4 de cuillère de quatre épices
 - 1/2 cuillère à café de de sel
 - 75 g de raisin sec
 - 20 g de beurre en dé

pour le crumble

 - 40 g de farine
 - 40 g de sucre en poudre
 - 1/2 cuillère à café de gingembre
 - 1 pincée de sel
 - 60 g de beurre froid en petit dés
 - 30 g de noix au choix (pécan ...)

Entre deux feuilles de papier cuisson, étalez votre pâte pour obtenir un cercle de 32 cm de diamètre. Déposez la dans votre moule à tarte. Appuyer bien sur les bords pour qu'elle épouse le moule parfaitement. Coupez le surplus de pâte. Réserver le au frais. Placer le fond de tarte au congélateur pendant 20 min.

Pelez, épépinez les pommes. Coupez les tranches fines. Arrosez les rapidement de jus de citron pour éviter qu'elle noircissent. Placez les dans un saladier auquel vous ajouterez le sucre, la cassonade la farine et les épices, le sel et les raisins.

Sortez votre pâte à tarte du congélateur et garnissez la de ce mélange. Parsemez de dés de beurre et enfournez dans un four préalablement préchauffé à 180°C (th 6). Laissez cuire pendant 20 min.

Pour le crumble, mélangez la farine le sucre, le gingembre et le sel. Coupez 50 g de votre reste de pâte en petit morceaux et ajoutez au mélange. Malaxez avec les doigts pour former des grumeaux. Pour une fois qu'on aime les grumeau en cuisine ! Ajoutez des noix de pécan, ou des noix. Personnellement j'ai oublié de les mettre et c'est bon aussi sans.

Après les 20 min de cuisson, ajoutez votre crumble au dessus de votre tarte et enfournez à nouveau pour 30 minutes. La surface doit être dorée et les pommes moelleuses. Déguster tiède ou froid. Attention cette tarte est bien riche. Si vous êtes au régime, passez votre chemin.





jeudi 6 décembre 2018

Mangeons des rennes (en pain d'épices) dans une forêt finlandaise

La forêt des renards pendus de Nicolas Dumontheuil
Merveilleux Pain d'épices de Mima Sinclair




C'est bien ce titre loufoque qui m'a attiré dans cette lecture. L'envie également de me promener dans des forêts nordiques en cette période de l'année (du fond de mon canapé et enveloppée dans mon plaid, bien entendu !) m'a convaincu d'emprunter cette bande dessinée.

Deux personnages cherchant la tranquillité d'une forêt reculée vont se rencontrer : un militaire alcoolique et un malfaiteur cherchant à cacher son or. Ils vont conclure un accord : le malfaiteur paiera le militaire pour qu'ils prennent soin de lui : repas, ménage, bricolage contre la possibilité de rester avec lui dans son campement et de chercher de l'or. Il faut dire qu'il n'aime rien faire !

D'autres personnages vont faire leur apparition pour notre plus grand bonheur : Cinq cent balles le renard voleur de billets qui aime qu'on lui donne des saucisses, Naska, une vielle dame de 90 ans qui s'est échappé lorsqu'on est venu la chercher pour la mettre en maison de retraite, puis deux prostituées suédoises vont rejoindre la joyeuse bande.



Ces personnages peuvent paraître étranges et pourtant on s'attache à eux. Qui peut résister à cette grand mère qui prend les deux prostitués pour ses belles filles et les oblige à cuisiner avec elle et les gronde par rapport à leurs tenues légères. Et ce malfaiteur parti pour se planquer et qui pourtant accueille tout ce petit monde et dépense pour eux son argent pour leur faire un logis plus confortable.

J'ai bien apprécié cette lecture, cet univers loufoque. Les illustrations sont similaires à la couverture. A l'intérieur, elles sont aussi en sépia. Si vous vous posez la question au sujet des renards pendus, je vous invite à lire cette bande dessinée.

Pour le mois de décembre, je vous concocte une série de recettes parfaites pour les fêtes de fin d'année. On va inaugurer ce début de mois avec des sablés au pain d'épices. Je me suis inspiré d'une recette de ce livre de cuisine : Merveilleux Pain d'épices de Mima Sinclair.



Pâte à pain d'épices blonde


Ingrédients

 - 140 g de miel
 - 200 g de cassonade blonde (j'ai fais un mix blonde et brune avec mes fonds de placard)
 - 200 g de beurre doux
 - le zeste d'un citron non traité
 - 7 cuillères à café de mélange pain d'épices ou (4 cuillères à café de gingembre en poudre, 2 cuillères à café de cannelle en poudre, 1/2 cuillère à café de poudre de noix de muscade, 1/4 de cuillère à café de clou de girofle en poudre)
 - 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
 - 500 g de farine
 - 1 cuillère à café de sel
 - 1 œuf moyen battu 

Versez le miel dans une grande casserole, ajouter la cassonade, le beurre, le zeste de citron et les épices. Faites chauffer à feu doux, remuer jusqu'à la dissolution de la cassonade. Porter ensuite à ébullition en augmentant le feu. Hors du feu, ajoutez le bicarbonate de soude et laissez ensuite refroidir pendant environ 15 min.

Toujours dans la casserole (ça évite trop de vaisselle), incorporez petit à petit la farine et le sel. A vous de choisir cotre méthode : cuillère en bois ou robot !
Dans le livre, on conseille de pétrir la pâte. La mienne était vraiment trop gluante, j'ai préféré passer à l'étape suivante. Enveloppez votre pâte dans du film alimentaire et mettre au réfrigérateur pendant au moins 1h.

Préchauffez le four à 160°C (th5-6). Après l'étape réfrigération, étalez la pâte avec un rouleau jusqu'à ce qu'elle atteigne l'épaisseur de 5 mm. Je l'ai mise entre deux feuilles de papier sulfurisé pour éviter qu'elle colle. Découpez ensuite des rennes avec l'emporte pièce. Enfournez et laissez cuire pendant 10 min.

J'ai choisi de ne pas faire de glaçage mais cette recette s'y prête très bien.

A la semaine prochaine pour un autre article spécial noël.




jeudi 29 novembre 2018

Le plaisir de lire. Comment le transmettre avec Daniel Pennac

Comme un roman de Daniel Pennac



J'ai découvert Daniel Pennac avec Journal d'un corps que j'avais adoré. J'ai découvert Comme un roman dans une boite à livres, je l'ai amené chez moi. Malgré ce que dit le titre, ce livre n'est pas un roman et pourtant il se lit vraiment Comme un roman. A travers l'histoire de personnages, l'auteur nous fait réfléchir sur la pression que la société exerce sur nous sur le devoir de lire, Pour réussir à l'école, il faut lire et aimer lire.

Daniel Pennac nous raconte l'histoire de deux parents qui s'efforcent de lire des histoires chaque soir à leur fils. On peut voir que ce rituel est pesant pour eux : que lire ? Aller c'est ton tour ! Lire la même histoire pendant des semaines, quel ennui ! Heureusement, bien vite le petit enfant entre au CP et apprend à lire, il pourra retrouver ses héros préférés seul. L'apprentissage se révèle pas simple et le plaisir de lire n'est pas le même que lorsque papa ou maman raconte l'histoire. Petit à petit, l'enfant grandit et se retrouve au collège puis au lycée. Il doit lire des livres qui ne l'intéressent pas. Des livres de centaines de pages, trop de pages et lui qui reste bloquer pendant des heures sur la même page.


Vient ensuite le prof qui se pose des questions et testent des choses plus ou moins intéressantes. Pourquoi les élèves ne lisent pas, et pourquoi n'aiment ils pas ce livre cet extraordinaire roman qui lui a changé la vie ? Et puis de temps en temps, il se passe quelque chose de fantastique : un prof qui redonne envie de lire et de découvrir des oeuvres, des classiques...

La dernière partie est totalement différente il s'agit des dix commandements de Daniel Pennac sur la lecture, il détaille ensuite chaque commandement. Vous pouvez les trouver sur la page wikipedia. Il y a par exemple : le droit de ne pas lire, le droit de ne pas parler de ses lectures, le droit de ne pas finir un livre ...

J'ai bien aimé cet essai. C'était très plaisant à lire. Je me suis posée des questions sur pourquoi j'aimais lire, j'ai toujours aimé les livres les bibliothéques. J'ai vite appris à lire et j'ai dévoré tout ce qu'il me tombait entre les mains. Pourquoi ? Je ne sais pas. Je ne me souviens pas d'histoires que je lisais tous les jours en étant enfant. Je me souviens ado de mes lectures, de certains profs passionnants mais ce ne sont pas eux qui ont fait ce que je suis.

J'ai adoré les dix commandements de Daniel Pennac, en effet est ce qu' on en fait pas un peu trop avec la lecture et les enfants. Le plaisir ne vient pas avec l'obligation de lire, de lire des classiques... Ce sont les belles histoires, les bandes dessinées, les mangas qui donnent du plaisir. Et puis dans nos blogs, on parle beaucoup des classiques anglais américains qu'on étudie pas à l'école et très peu des classiques français. Ça donne à réfléchir sur la façon d'étudier ces oeuvres à l'école. Découvrir oui, mais à quel prix, si c'est pour s'en détourner ensuite est ce utile ? Est ce la bonne méthode ?

Par cette saison froide et pluvieuse, j'aime bien lire enveloppée dans mon plaid et boire un bon chocolat chaud accompagnée d'une chantilly gourmande. La chantilly a été pour moi un défi ces jours ci. Je n'arrivais pas à la rendre ferme. J'ai acheté un kit ma chantilly en 30 secondes. Il y avait un petit livre de recettes et un piston pour battre la crème. J'ai essayé une première fois, ce n'était pas assez ferme. La deuxième fois j'ai utilisé le piston puis mon batteur électrique. Le résultat n'était pas parfait mais c'était pas raté. Avec de l'entrainement, je pourrai y arriver parfaitement. Je vous montrerai une prochaine fois mon achat.

Voici donc le recette du chocolat chaud et sa chantilly. Si vous souhaitez une recette de chocolat maison, vous pouvez trouver la recette ici.



Chocolat chaud et sa chantilly


Ingrédients :

 - une tasse de lait de noisette
 - quelques cuillères de chocolat en poudre selon votre goût
 -15 cL de crème florette 30% de matière grasse froide
 - 25g de sucre glace

Faites chauffer votre lait et ajoutez votre chocolat en poudre.
Si vous avez acheté ce fameux kit, versez la crème froide dans le piston, ajoutez le sucre glace, mélangez et battez.
Si vous n'avez pas de piston, versez votre crème et le sucre glace dans un cul de poule, mélangez. Fouettez à l'aide d'un batteur électrique.
Vous pouvez préalablement mettre au congélateur vos ustensiles pour qu'ils soient froids. Cela aide à la réussir.
Une fois la crème ferme, versez la dans une poche à douille et décorer votre chocolat gourmand.

Bonne dégustation et bonne lecture.

jeudi 22 novembre 2018

Testons le Golden Latte avec la Maîtresse des épices.

La Maîtresse des épices de Chitra Banerjee Divakaruni



Je vous ai déjà raconté à quel point j'aimais la littérature indienne dans la chronique concernant un roman sur une famille juive indienne. Aujourd'hui, je vous présente un roman mais d'un autre genre. Un roman qui mêle tradition indienne, modernité occidentale et magie.

Nous faisons la rencontre de Tilo, une maîtresse des épices. Elle n'a pas toujours été cette femme. Elle a multiplié les identités durant sa vie mais les autres ont toujours senti en elle un certain pouvoir. Petite alors qu'elle n'était pas désirée, fille dans une famille pauvre que la mariage appauvrirai encore, les villageois se rendent compte qu'elle est détentrice d'un pouvoir. Ils se mettent à lui demander des choses, à lui apporter toutes sortes d'offrandes, de sortes que ces parents voient en elle une source d'argent mais ont tout de même peur d'elle. En effet, peu de temps après, elle est enlevée par des pirates que les villageois disent qu'elle les a appelés, invoqués. Elle changera d'identité à ce moment là, aidant les pirates dans leurs œuvres et puis un jour elle se rapprochera d'une île mystérieuse, île où elle sera formée en tant que Maîtresse des épices.



Elle sera ensuite catapultée dans sa boutique californienne où petit à petit les habitués se confieront à elle qui essayera de les aider au mieux. Une rencontre avec l'Américain changera sa vie. Elle devra alors faire des choix pour protéger ceux qu'elle aime.

Si vous vous intéressez aux propriétés curatives des plantes, ce roman peut vous fasciner parce qu'on découvre absolument plein de choses sur les épices. En effet, chaque chapitre est consacré à l'une d'entre elle. Il y a même un message d'avertissement concernant l'usage de celles ci. La science de la maîtresse des épices donne envie, nous aussi on aimerait utiliser de la sorte ces épices mais n'est pas qui veux maître en la matière.

Si vous souhaitez simplement une belle histoire, ce roman est aussi très appréciable. Moi je l'ai adoré ! Tilo a su m'emporter dans son monde. J'ai beaucoup aimé les belles rencontres avec ces personnages qui lui demandent de l'aide consciemment ou pas : cette femme qui n'est que la femme de son mari pour l'instant, ce grand père qui ne comprend pas comment son fils peut laisser sa fille vivre à l'américaine, ce chauffeur de taxi qui multiplie les heures de travail, ce jeune garçon qui se perd dans cette bande de voyou... Et puis il y a cet américain qui n'aura pas de prénom tout de suite, qui troublera notre chère Tilo. Il nous racontera également sont histoire, par épisodes, ce qui nous donne envie d'en découvrir plus à chaque fois. Et puis, que va devenir leur relation ? Amour, ou pas ? Restera t-elle fidèle à ses épices ? Je ne vous spoilerai pas, promis.

Moi aussi, j'ai eu envie de travailler les épices. Comme cela m'avait plutôt réussi dans cette recette de riz, j'ai voulu me lancer dans le golden latte. Cela m'a pas vraiment réussi. J'ai trouvé étrange de boire quelque chose d'épicé et de chaud parce c'était chaud de par la chaleur mais aussi à cause des épices. J'ai trouvé cela bon mais vraiment ça ne m'a pas réussi. Je pense que je n'ai pas assez filtré. Si vous voyez d'autres choses n'hésiter à m'en faire part.

Voici donc ma recette de Golden Latte




Golden Latte


Ingrédients :
 - Une tasse de lait de noisette ou d'amande si vous souhaitez une jolie couleur dorée
 - une cuillère à café de cannelle
 - une cuillère à soupe de miel
 - une cuillère à café de curcuma
 - une pincée de gingembre

Versez dans une casserole votre lait végétal, la cannelle, le curcuma et le gingembre. Mélangez et portez à ébullition. Laissez infuser pendant 10 min à feu doux.

Avant de déguster, filtrez votre golden latte. Je pense que c'est cette étape que j'ai mal réalisé et c'est pour cela que ça ne m'a pas réussi. Ajoutez le miel et testez cette boisson vous même.

jeudi 15 novembre 2018

Dans la cuisine d'Agatha Christie

Crèmes et châtiments Recettes délicieuses et criminelles d'Anne Martinetti et François Rivière




La semaine dernière, je vous présentais via les aventures de la fabuleuse Agatha Raisin, un livre de cuisine basé sur les romans d'Agatha Christie : Crèmes et Châtiments. J'ai eu envie de m'arrêter un peu plus sur ce livre qui colle très bien à ce blog : de la littérature et de la cuisine, tout ce que j'aime !

Ce livre de cuisine est divisé en six chapitres, quatre sont consacré à l'auteure elle même et deux à ses personnages favoris : Hercule Poirot et Miss Marple. Avant chaque chapitre, on en apprend davantage sur la vie de l'auteure et son rapport à la nourriture, à différents plats, ainsi qu'à ses personnages. Comme on peut l'imaginer, ce livre met à l'honneur la gastronomie anglaise. Pour une végétarienne comme moi, c'est un peu compliqué de cuisiner les recettes salées proposées. Même les haricots blancs à la tomate ne sont pas végétariens puisqu'on y met de la graisse d'oie (on se doute bien que l'oie n'a pas subi de liposuccion mais a été tuée).



Heureusement, j'ai pu me rattraper sur les recettes sucrées. Et il y a de quoi faire ! Entre le tea time chez Miss Marple, les Breakfast à Torquay, les douceurs d'Hercule Poirot, il y a plein de bonnes choses à cuisiner et à déguster. J'ai testé les crumpets la semaine dernière, j'ai choisi de faire un pudding à la confiture cette semaine. J'ai envie aussi de goûter à la mort exquise, au lemon cheesecake, à certains cocktails ... 

Ce qui est intéressant aussi dans cet ouvrage, c'est les références aux romans. Chaque recette fait référence à un passage d'un roman d'Agatha Christie. Elle a beaucoup utilisé les empoissonnements et donc certains plats étaient mis en avant. Le pudding se retrouve dans Miss Marple au club du mardi par exemple. A chaque extrait, on a le droit également à une petite mise en bouche de l'énigme qui donne vraiment envie de lire les romans. Ce livre de cuisine ravira les fans de l'auteure mais pas seulement !

Voici donc sans tarder la recette du pudding à la confiture qui permettra de ne pas jeter votre pain rassis. 


Pudding à la confiture


Ingrédients :
 - 25 cL de lait
 - 120 g de sucre
 - 250 g de pain rassis ou de la brioche ou gâteaux secs ...
 - 50 g de farine
 - 1 sachet de levure
 - 3 œufs
 - 1 pot de confiture au choix
 - Beurre
 - Cannelle ou vanille

Faites chauffer jusqu'à ébullition le lait avec le sucre. Trempez votre pain avec ce mélange, ajoutez ensuite le sachet de levure et la farine. Laissez reposer une nuit. Mixez si vous souhaitez un mélange plus homogène, c'est ce que j'ai fait personnellement.

Ajoutez ensuite les jaunes d’œufs et la confiture. J'ai choisi une confiture de prunes mais vous pouvez mettre celles que vous souhaitez ou simplement que vous avez dans vos placards.
Battez les blancs en neige puis incorporez les à votre pâte. Ajoutez la cannelle pour parfumer.

Préchauffez votre four à 180°C. Beurrez votre moule à charlotte ou à cake. Pour ces proportions, j'ai réalisé deux cakes, vous pouvez donc diviser les portions par deux si vous ne voulez qu'un cake.
Versez la pâte dans votre moule et mettez le dans un bain marie.

Enfournez et laissez cuire pendant une heure.
Démoulez et décorer le de fruits et pourquoi pas de vermicelles sans poison si possible.



jeudi 8 novembre 2018

Préparons randonnée et crumpets avec Agatha Raisin

Agatha Raisin enquête Randonnée mortelle de M.C. Beaton
Crème et Châtiments d'Anne Martinetti et François Rivière





Ma chère Agatha Raisin

J'ai lu cette semaine le récit de vos aventures intitulé Randonnée Mortelle. Je dois vous dire que ce retour à la campagne vous fait le plus grand bien. L'air de la ville, l'ambiance de la capitale vous rend aussi mauvaise que Voldemort même si vous m'avez surprise avec vos talents de négociatrice face à ces fichus journalistes sans talents qui vivent aux crochets d'autres boites. Vous avez bien fait de renoncer à cette reprise d'activité pour vous consacrer uniquement aux Cotwolds. D'ailleurs votre ami ou ex ami Roy (je ne sais pas où vous en êtes avec lui) nous a fait remarquer qu'il vous préférez à la campagne lorsque vous faisiez des crumpets pour vos voisins. Je suis d'accord avec lui et puis j'aime bien les crumpets. J'ai d'ailleurs trouvé dans le livre de recette d'Agatha Christie une formidable recette de crumpets. Je vous la recopie à la fin de cette lettre, vous m'en direz des nouvelles.



Je dois remarquer que vous améliorez de plus en plus dans la résolution d'enquêtes. C'est peut être pour cela qu'on a fait appel à vous pour celle-ci. Avoir eu l'idée de passer pour un couple avec votre compère James Lacey pour entrer dans le club de randonnée de Dembley est une idée de génie. Et puis cela vous a permis de tester la vie de couple avec votre séduisant voisin. Qui n'aimerez pas cela ? Ne culpabilisez pas de le sortir de temps en temps de son "livre sur l'armée". Il a besoin de s'aérer et est ce que cette histoire de livre n'est pas une façon pour lui de vous montrer qu'il est très occupé quand il n'a pas envie vous voir. Je ne suis pas sûre qu'il le publie un jour !



Vous m'avez également surprise à la fin de cette histoire. La façon dont vous avez découvert le meurtrier et comment vous êtes prise pour sauver la victime m'a collé au fauteuil. Vous faites preuve de sang froid et plus rien ne compte dans ces moments là. Je ne sais pas si comme vous j'ai l'âme d'une super héroïne. J'aimerais bien avoir dans mon village une voisine aussi courageuse et aussi drôle pour me sauver de situations périlleuses. Si un jour vous décidez de déménager en France, pensez à moi. Je suis très accueillante et je fais d'excellents gâteaux. Je sais que c'est ni bon pour votre taille ni la mienne mais on pourrait faire une petite randonnée en forêt pour éliminer à moins que cette aventure vous a vacciné de ce type d'activité.

J'ai hâte de vous relire dans une nouvelle aventure.

Votre chère Cuillère en bois et Marque Page.

PS : Voici comme promis la recette des crumpets



Crumpets


Ingrédients :
 - 100 g de farine
 - 63 g de maïzena
 - 2 œufs
 - 20 g de sucre
 - 20 cL de lait
 - 1/2 sachet de levure
 - Huile ou beurre pour la poêle à blinis
 - une pincée de sel

Dans un saladier, mélangez la farine et la levure. Ajoutez ensuite la maïzena, la pincée de sel et le sucre. Mélangez le tout.

Séparez les jaunes des blancs et ajoutez les jaunes d’œufs à votre mélange de farine.Réservez les blancs. Versez petit à petit le lait et battez le mélange au fouet.

Dans un autre saladier, montez les blancs en neige et incorporez le plus délicatement possible à votre précédent mélange. Vous obtiendrez une pâte aérienne.

Graissez votre poêle à blinis avant de la faire chauffez. Versez une demi louche ou 3 cuillères à soupe et faites cuire vos crumpets comme des petites crêpes. Je trouve d'ailleurs que cela ressemble étrangement à des pancakes.

A vous ensuite de choisir comment vous désirez les manger : beurre miel, confiture, sirop d'érable mon régal...




jeudi 1 novembre 2018

Rencontre avec les trésors normands d'Arsène Lupin

Arsène Lupin, la Comtesse de Cagliostro de Maurice Leblanc





Quand on me connait, on sait que Romain Duris est mon acteur fétiche. Je l'aime beaucoup dans le film Arsène Lupin réalisé par Jean-Paul Salomé. J'aime cet esprit Dandy, j'aime beaucoup cette époque de la fin du XIXe début XXe, la fin d'une ère. De là, j'ai eu envie de lire les romans de Maurice Leblanc. Je commence donc par la première aventure d'Arsène Lupin : La comtesse de Cagliostro. Ce n'est pourtant pas le premier roman écrit de cette série par l’auteur.

Si vous avez déjà vu le film, le roman est assez différent. Selon Wikipedia, le réalisateur s'est inspiré de deux romans : la comtesse de Cagliostro et de l'Aiguille Creuse. Il a fait aussi quelques changements dans la narration, les événements passés.



Néanmoins ce roman est assez intéressant, on touche aux origines d'Arsène Lupin. Il est tout jeune, rêve de se marier à la belle Clarisse. Son père lui refuse ma main, ce qui ne l'empêche pas de tourner autour de sa chambre. Au détour d'une visite, il tombe sur un courrier intriguant et décide de suivre cet homme. Cela le mène à un pseudo procès où est réuni la bourgeoisie normande autour d'une femme. Une très belle femme accusée du pire, la sorcellerie, d'être vieille, d'avoir traversé les époques et pourtant de garder cette apparence de jeune fille. Raoul d'Andresy pseudo d'Arsène lupin est intriguée par cette femme et va la secourir alors qu'on l'avait condamné et emmené au large dans un barque trouée.

Avec cette femme, il découvrira l'amour et une énigme : celle d'un trésor datant du moyen âge et caché par les moines en Normandie. Il partira à la recherche de ce trésor. On découvre alors un homme talentueux, perspicace, charmeur qui sera lui aussi charmé par l’audacieuse Comtesse de Cagliostro. Leur relation est vraiment particulière. C'est un peu je t'aime moi non plus et pourtant il y a une attirance, une obsession qui fait qu'ils ne se lâchent pas.

L'auteur nous emmène sur des chemins et arrive à nous surprendre avec les réponses aux énigmes à la fin de ce roman. C'est une délicieuse découverte que ce livre. Le style est fluide. Le suspense est total. Les personnages sont intéressants et on se pose des questions sur eux tout au long du roman ce qui donne envie de poursuivre page après page. J'ai beaucoup aimé cette lecture et je suis ravie de m'être plongé dans ce classique. L'aiguille creuse me fait maintenant de l’œil. J'ai hâte aussi de découvrir la suite des aventures de la Comtesse et de son obsession pour Arsène Lupin.

Et pour faire honneur au trésor de la Normandie, voici une recette de tartine pomme camembert. J'aime beaucoup cette association sucré salé. La force du camembert et la douceur de la pomme se marient à merveille sur cette tranche de pain.



Tartine Pomme Camembert


Ingrédients (pour 4 tartines) : 

 - 1 pomme boskoop
 - un quart de camembert
 - quelques belles tranches de pain

Préchauffez le four à 180°C. Épluchez et épépinez une pomme. Coupez là en quart puis faites de belles tranches. Dans une poêle chaude, faite fondre une noisette de beurre et faites revenir les tranches de pommes. Disposez les ensuite sur vos tranches de pain. Rajoutez les tranches de fromage au dessus de vos morceaux de pomme. Faites cuire pendant 5 minutes afin que le fromage fonde.

Dégustez accompagné d'une salade.


jeudi 25 octobre 2018

La vie dont vous êtes le héros

La vie dont vous êtes le héros de Stéphanie Assante





Il m'est arrivé de lire lorsque j'étais petite des livres dont vous êtes le héros. Vous incarnez un personnage et vous prenez des décisions qui influent le cours de l'histoire. L'auteur a décidé ici de prendre ce principe et d'en faire un livre de développement personnel. En effet, vous êtes bien le héros de votre vie, en principe, c'est bien vous qui prenez ces fameuses décisions qui influent le cours de votre histoire mais il arrive bien trop souvent de penser que les événements vous tombent dessus et que vous n'avez aucun pourvoir. Vos rêves sont loin et la dépression pointe le bout de son nez. 

Ce livre permet de relativiser cela et de vous recentrer sur vous, vos envies, vos sensations, vos rêves.
Vous incarnez ici Marion, une femme mariée ayant des enfants, travaillant et se sentant un peu coincée dans cette vie. Son mari ne l'aide pas et ne la comprends pas, les devoirs avec les enfants ressemblent à l'enfer et son boulot est très loin d'être épanouissant. Elle trouve un livre sur un banc, l'embarque et l'ouvre à un moment compliqué d'une journée. Elle arrive dans un autre monde, sur un bateau de croisière précisément et une chouette va la guider pour retrouver le chemin d'une vie épanouissante.


Outre l'histoire qui au final n'a pas grand intérêt, on apprend quelques astuces et outils pour voir la vie d'une autre façon et réfléchir, prendre du recul sur ce qu'on vit actuellement. Les différents pans de la vie sont abordés : la vie amoureuse, professionnelle et familiale. Même si le concept est intéressant, je pense que c'est tout de même assez simplifié. Je pense que remettre en question un pan de sa vie est plus complexe. On a besoin de davantage que ces outils. On a vraiment l'impression en lisant l'histoire que c'est l'outil magique or le psychisme humain est bien plus complexe que ça. Je n'ai rien contre le développement personnel bien au contraire, il existe des livres très intéressants comme Power Patate par exemple, mais ici, c'est abordé de façon trop superficiel.

En conclusion, pour une introduction au développement personnel pourquoi pas mais si vous chercher un roman ou un livre vous permettant de réfléchir à votre vie de façon plus poussée passez votre chemin.

Si vous souhaitez un cake vous redonnant la banane voici mon cake à la banane qui est peut être parfait pour un premier jour de service civique. Testé et approuvé par mes volontaires !


Cake à la banane


Ingrédients : 
 - 3 bananes
 - 200 g de farine
 - 200 g de sucre en poudre
 - 100 g de beurre + une noisette pour beurrer le moule
 - 3 œufs
 - 1 sachet de sucre vanillé
 - 1/2 sachet de levure chimique

Beurrez votre moule à cake avec un peu de beurre à moins que vous possédiez un moule en silicone.
Préchauffez le four à 180°C.

Mélangez le beurre mou avec les sucres à l'aide d'une cuillère en bois comme le grand père de l’héroïne du cupcake café. Vous pouvez aussi utiliser un fouet. Intégrez ensuite vos œufs. Pelez les bananes et écrasez les en purée avec une fourchette. Ajoutez cette purée fruitée au mélange beurre-sucre, puis la farine et la levure. La pâte doit être bien consistante.

Versez ce mélange dans votre moule beurré et enfournez pour une durée de 45 minutes.

Dégustez en bonne compagnie. Soi-même compte bien évidement.

jeudi 18 octobre 2018

Victor Hugo, sa mort et un œuf cocotte

Victor Hugo vient de mourir de Judith Perrignon



Il n'y aura pas d'article Halloween cette année ici, mais si vous tenez absolument à en lire, je peux vous conseiller celui de l'année dernière. Mais ce n'est pas pour autant qu'on oublie les morts puisque j'ai lu cet ovni sur la mort de Victor Hugo la semaine dernière. Je m'étais déjà plongé dans ses écrits personnels de la fin de sa vie où il nous montre son investissement dans la vie politique : il a participé à la Commune, mais aussi dans sa vie de Grand Père. 

L'auteure a eu envie de plonger dans l’atmosphère parisienne de cette époque. On peut voir que la santé et sa fin de vie était scrutées par tout le monde : la préfecture, la presse, les révolutionnaires... Sa mort a été ressentie comme un événement qui marquera l'Histoire. L'hommage national a été voté assez rapidement ainsi que la panthéonisation. Panthéon qui redeviendra temple de la République à cette occasion. Tandis que les pauvres veulent être présents pour voir défiler le cortège funèbre de cet homme qui leur a consacré quelque'un de ses écrits, les anarchistes eux se battent pour savoir s'ils défileront avec le drapeau rouge signe de la Commune, événement auquel Victor Hugo a participé.



Judith Perrignon raconte ces instants de la mort de Victor Hugo et ses suites de façon très détaillées et documentées. On reconnait à ces écrits son métier de journaliste. Je regrette un peu qu'on ne s'attarde pas sur les petits-enfants du poète, leur ressenti face à cette hommage national. Ne se sentent ils pas déposséder de leur grand père ? A quelques semaines de l'hommage national qui a été rendu à Azenavour, la famille a voulu tout de même un enterrement en tout intimité c'est pour cela que je me pose cette question.

Néanmoins, l'auteure met en scène quelques personnages comme Mr Lockroy, nouveau mari de la belle-fille de Victor Hugo. Il recevra beaucoup de courriers notamment d'habitants de Paris, ouvriers qui voudront que soit l'enterrement ait lieu un dimanche soit que ce jour soit férié afin d'y assister. Il essayera de convaincre les décideurs en vain.

Je ne sais pas ce qui m'a orienté vers ce livre. Je reste plutôt perplexe à la fin de cette lecture, j'ai appris plein de choses, j'ai retrouvé le Victor Hugo de ses écrits mais je n'ai pas pour autant été transporté dans la vie des personnages. J'ai du mal à me dire que ce livre est un roman tellement il est différent de ce que j'ai pu lire avant.

Et vous si vous l'avez lu, qu'en pensez vous ?

Pour rendre hommage à Victor Hugo et son amour des œufs, je vous propose une recette d’œuf cocotte. Après tout il aimait aussi les cocottes ! Voyez le sens qu'il vous plaira.




Oeuf cocotte


Ingrédients (pour des œufs cocotte en amoureux) :

 - 2 œufs
 - une échalote
 - quelques champignons de paris
 - persil
 - crème fraîche liquide
 - sel/poivre
 - jambon (facultatif)

Faites bouillir une casserole d'eau. Préchauffez le four à 180°C.
Émincez les champignons et échalotes. Disposez dans les mini cocottes les champignons, l'échalote, et des lamelles de jambon pour les carnivores. Faites un puits et y mettre délicatement l’œuf. Ajoutez un peu de crème fraîche, parsemez de persil. Salez, poivrez.

Dans un grand plat, disposez vos mini cocottes, et versez l'eau tout autour. Enfournez le tout et laissez cuire pendant environ 12 minutes.

Dégustez avec des mouillettes de pain.




jeudi 11 octobre 2018

Emily Dickinson et son pain d'épices

La vie secrète d'Emily Dickinson de Jerome Charyn





Après deux semaines d'interruption d'activité blogguesque, je reviens avec une relecture. Je n'ai pas l'habitude de relire des romans mais c'était vraiment une période particulière pour moi et je n'avais envie de rien de nouveau. J'avais lu ce roman une première fois en 2013 il me semble et je l'avais adoré, surtout la première partie. Et je trouvais que la seconde était un peu plus sombre et finalement à la relecture, j'ai redécouvert cette partie.

Ceci n'est vraiment pas une biographie même si le personnage principal a véritablement existé et l'auteur le mentionne dès le début. Des personnages ont été inventés mais dans l'ensemble, il s'agit de raconter la vie de cette poétesse américaine. L'histoire débute quand Emily est au pensionnat Mont Holyoke, elle y fait la connaissance d'une élève sans le sou Zilpah March, et le factorum Tom qui auront une grande importance dans sa vie. En effet, elle tombera amoureuse de ce Tom tatoué qui ne cessera de la hanter toute sa vie sous différentes identités. Tom ne sera pas son seul amoureux, il y aura d'autres rencontres intéressantes.

Elle parle également de sa plume et de son inspiration., On voit que dans sa vie son père a une importance capitale, ce qui explique peut être qu'elle ne se soit jamais mariée. Et en même temps si elle avait été mariée et mère de plusieurs enfants, serait elle devenue célèbre pour sa poésie ? Je n'en suis pas sûre.



J'ai beaucoup aimé dans ce livre, le ton avec lequel l'auteur écrit. C'est assez magique, on se sent vraiment dans la tête d'Emily et en même temps, c'est fluide, poétique, vraiment magique. Même quand elle vieillit et traverse des périodes sombres, ce ton reste. J'ai beaucoup aimé les métaphores et cela contribue à créer son monde. Je ne connaissais pas cet auteur avant de lire ce roman, mais il a écrit bien d'autre livres que j'aimerai bien découvrir.

Et vous est ce que vous le connaissiez ?

Pour la partie cuisine de cet article, j'ai voulu rendre honneur à la jeune Emily qui aimait faire du pain le matin pour ses camarades, elle y rajoutait des épices. Il était vraiment beaucoup apprécié par les pensionnaires de Mont Holyoke. Voici donc la recette d'un pain d'épices. Je n'ai malheureusement pas pu y goûter puisque je l'ai oublié chez mes parents. Eux par contre ont apprécié cet oubli  alors qu'ils  ne se sont à la base pas fan du pain d'épices du commerce. Je pense donc l'avoir réussi.




Le pain d'épices


Ingrédients :
 - 180 g de miel
 - 250 g de farine
 - 100 g de sucre
 - 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
 - 100 g de beurre
 - 150 mL de jus d'orange pressée
 - 1 cuillère à café de mélange pour pain d'épices

Préchauffez votre four à 180°C. Dans une casserole, faites chauffer à feu doux le jus d'orange, le beurre et le miel. Une fois le beurre fondu, laissez tiédir le mélange.

Transvasez ce mélange dans un cul de poule, ajoutez les ingrédients secs et mélangez bien. Versez le tout dans un moule à cake préalablement beurré ou en silicone.

Enfournez votre pain pour 35 min. Laissez le tiédir et démoulez le avant de déguster.

jeudi 20 septembre 2018

Entrons dans la Vie secrète des arbres

La vie Secrète des arbres de Peter Wohlleben





Cela fait quelque temps que je tourne autour de ce livre. Il me donnait envie pourtant ce n'était jamais le bon moment et puis ce moment est venu. Et je suis entrée dans la forêt de ce forestier de génie qui prône un retour au naturel. Ce déclic lui est venu grâce aux visiteurs qui lui ont ouvert les yeux et fait redécouvrir la beauté des arbres. Ces derniers ne sont pas que des potentiels futures planches de bois et justement ceux qui ne correspondent pas aux critères des sylviculteurs ne sont-ils pas les plus impressionnants, les plus beaux ?

Il s'est donc penché sur des études, avide d'en apprendre plus. Il s'est mis à observer et a finis par écrire ce livre pour transmettre toutes ses connaissances et son amour des forêts à un public plus large. On y apprend plein de choses : la communication entre les arbres, leur relation avec les champignons, la compétition pour une place au soleil, les conséquences du réchauffement planétaire, les arbres des villes, la reproduction, la migration et encore plein d'autres thèmes. Vous allez apprendre comment les arbres font disparaître le vert de leurs feuilles à l'automne et comment ils se défendent contre les insectes.



Ce livre est vraiment intéressant parce qu'à partir de données scientifiques, d'études, l'auteur nous parle des arbres comme s'ils étaient des personnages. Pour lui, ils ressentent des choses, crient, souffrent de la déshydratation, communiquent... En lisant ce livre, je me suis dit "ouahh, j'ai en partie arrêté de manger de la viande à cause de la maltraitance animale alors maintenant sachant ça je fais quoi". Je me suis limite entendu penser au cri de la carotte. D'ailleurs si les arbres communiquent entre eux qu'en est il des plantes que l'on a dans son potager, du blé qui pousse dans les champs ? 

Ce livre fait réfléchir sur l'environnement. Je ne sais pas s'il existe des lieux gérés comme cette forêt en France mais j'aimerai bien. Ce livre donne aussi envie de se promener en forêt et d'observer tout les arbres, d'essayer de reconnaître les hêtres, les chênes, leurs blessures, leurs cicatrices.

Pour célébrer l'automne, je vous propose de profiter des belles couleurs de la forêt et de manger des muffins aux noisettes.



Muffins aux noisettes


Ingrédients :

 - 4 œufs
 - 170 g de sucre
 - 250 g de noisettes en poudre
 - 2 cuillères à soupe de farine
 - 1/2 sachet de levure

Préchauffez le four à 180°C.
Mélangez les œufs et le sucre à l'aide d'une cuillère en bois pour les plus courageux, d'un batteur pour les autres. Ajoutez la farine, la levure et la poudre de noisettes et mélangez. Versez le mélange dans des moules à muffins.
Enfournez votre tournée de muffins et laissez les cuire pendant 20 à 25 min.

Bel Automne !



vendredi 14 septembre 2018

L'amie Prodigieuse, tartines et marque page !

L'Amie Prodigieuse d'Elena Ferrante




Aujourd’hui, je vais vous présenter un livre trouvé dans une boîte à livres. J'ai eu envie après cette lecture de le rendre à une autre boîte à livres mais d'y laisser une trace pour montrer son histoire. Je ne l'abandonne pas parce qu'il ne m'a pas plus mais parce que j'ai envie de continuer de partager cette lecture intéressante avec d'autres. Et puis n'est ce pas la raison de ce dispositif !

Pour laisser une trace, j'ai crée un marque page et j'ai voulu vous le montrer puisqu'il est a l'image de ce blog et il vous montrera mes tocs de rat de bibliothèque. En effet, depuis des années, j'utilise mes marques pages, une simple feuille de papier A4 pliée en 4, pour noter tout les titres des livres que je lis. De ce fait, je n'ai pas besoin de les posséder tous pour m'en souvenir. Cela me permet de faire les comptes, et puis de temps en temps, j'aime me plonger dans ces listes et me remémorer les périodes de ma vie où je lisais ces livres.





Voilà après ce moment nostalgique ou complètement toqué, entrons dans le vif du sujet ! L'amie Prodigieuse est le premier tome d'une saga ayant un succès certain dans le monde. La narratrice, Elena Greco raconte son enfance, son adolescence, le début de son amitié avec Raffaella Cerullo.

Elles sont assez similaires, essaient de survivre dans l'univers impitoyable d'une quartier napolitain au milieu des années 50. Elles sont avides de connaissances, et rivalisent pour devenir première de la classe et la chouchou de la maîtresse. Leur destinée vient à se séparer lorsque les parents de Lila (Raffaella) refuse qu'elle entre au collège, elle aidera sa mère à la maison, son père et son frère dans leur métier de cordonnier. Son rêve de devenir riche en écrivant des livres se transformera en devenir riche en ayant une usine à chaussures. Dés lors, créer sa propre paire deviendra son obsession. Leur compétition continuera tout de même, Lila empruntera des livres en cachette à la bibliothèque pour apprendre le latin et le grec et continuer ses apprentissages tandis que la narratrice continuera à l'admirer mais en même temps l'envier tout en réalisant que c'est une chance de poursuivre ses études d'autant plus qu'elle est brillante.



Je trouve que leur relation est assez étrange : ce mélange de compétition, de comparaison, alors même qu'elles ont besoin l'une de l'autre parce qu'elles sont intelligentes et cultivées et que la seule personne intéressante à qui parler est l'autre. Je trouve que la narratrice est plus dépendante de Lila que cette dernière et pourtant, cet état de fait pourrait basculer à tout moment, surtout au moment de l'adolescence. On voit qu'elle prend de l'assurance en même temps qu'elle bat des record en performance scolaire. J'ai beaucoup aimé aussi les différentes histoires de familles, de clans, mais aussi les histoires d'amour. Autant les histoires de Lila, qui les a tous à ses pieds ne m'intéressaient pas trop, c'est vraiment trop, autant celles de la narratrice sont intéressantes et on a envie qu'elle y aille, qu'elle se rende compte qu'elle aussi est admirable, belle et intéressante.

En résumé, j'ai aimé cette lecture pour ces personnages complexes, cette vie de quartier même si cette compétition permanente entre ces deux jeunes filles me rend folle. Est ce vraiment de l'amitié ? Vaste question ! Qu'en pensez vous ?

Après ce pavé, un peu de légèreté avec ces tartines que l'on peut proposer en apéritif dînatoire.



Tartines Apéritives :


Pesto-poivron :
 - 1 poivron
 - Quelques tartines de pain épaisses
 - 1 gousse d'ail
 - 20 g de feuilles de basilic
 - 10 g de noisettes (ou de pignons de pin si vous êtes un puriste)
 - 5 cL d'huile d'olive
 - 20 g de parmesan

Commençons par le pesto à moins que vous en avez en conserve. Hachez la gousse d'ail et les feuilles de basilic. Dans votre blender, versez le parmesan, les feuilles de basilic, l'ail, les noisettes, mixez. Ajoutez ensuite dans le bol du blender, l'huile d'olive. Mixer de nouveau.

Préchauffez le four à 180°C. Coupez en lamelle le poivron. Dans une poêle huilée chaude, faite cuire vos lamelles de poivron.

Préparez ensuite vos tartines. Sur le pain, tartinez le pesto, placez y les lamelles de poivron cuites et enfournez pour quelques minutes.

Tomates mozza
 - Quelques tomates
 - Huile d'olive
 - une gousse d'ail
 - une demi boule de mozzarella
 - quelques tartines de pain épaisses
 - jambon sec (facultatif)

Préchauffez le four à 180°C. Frottez une demi gousse d'ail contre le pain. Coupez les tomates en morceaux ainsi que la mozzarella. Déposez ces morceaux sur le pain. Arrosez légèrement d'huile d'olive et enfournez pour quelques minutes.

Dégustez ces tartines avec quelques amis et si vous voulez en plus des toasts au cheddar, la recette est ici. Bonne soirée !






jeudi 6 septembre 2018

Rendez vous au cupcake café

Rendez vous au cupcake café de Jenny Colgan




Vous connaissez peut être l'auteure de ce livre : Jenny Colgan qui a écrit également la très célèbre Petite boulangerie du bout du monde. Je n'ai pas eu l'honneur de lire son précèdent livre, je la découvre donc avec ce Cupcake café. En voyant ce livre, je me suis dit : il est parfait pour le blog mais je ne suis pas sûre d'avoir envie d'une lecture légère et finalement, je me suis laisser prendre par cet univers.

D'une société immobilière à un salon de thé bien kitch ou comment rebondir après un licenciement. Voici Izzy, trentenaire en coloc embourbée dans une histoire avec son ancien patron mais en même temps tombée sous le charme de son banquier, elle montrera à tout le monde qu'elle est capable de monter sa propre affaire, de rendre fier son grand père lui même boulanger, et de s'épanouir dans une nouvelle carrière malgré les embûches. 

A chaque nouveau chapitre, elle nous partage une de ces recettes. Au menu : Gâteau tatin aux poires, cake au citron "Exauceur" de souhaits, cupcake meringués à la fraise... D'autres nous font envie comme ce cukcake chocolat épices qui lui reste toujours sur les bras parce que peut être un peu trop avant-gardiste pour ses clients, personnellement, celui ci me tente bien. Imaginez la cannelle, le chocolat, ça doit bien se marier. 

Et quand je vous disais que ce roman est fait pour blog, son grand père voue un culte aux cuillères en bois. Il refuse tout recourt aux batteurs, aux fouets, pour lui, rien de tel que cet outil mythique : la cuillère en bois. Ça fait les bras et ça rend meilleurs les gâteaux.



J'ai beaucoup aimé cette histoire, je me suis reconnue un peu dans cette histoire de licenciement : Que faire ensuite ? Et si je changeais totalement de carrière professionnelle ? Elle montre que c'est possible, qu'il ne faut pas avoir peur de sortir de son cercle de confort surtout si on ne s'épanouit pas dans l'actuel. Et puis un changement dans un domaine de sa vie entraîne aussi parfois d'autres changements dans d'autres sphères qui peuvent être bénéfiques aussi.

J'ai adoré aussi cet univers girly, sa cuisine rose, son cupcake café, j'adorerai m’asseoir à la table près de la cheminé, boire un chocolat chaud et manger une de ces fabuleuses pâtisseries et ses tenues. On est tellement mieux dans une petite robe à fleurs.

Et puis je ne peux que conclure cet article avec une recette de cupcake. C'est la dernière qui est proposée, elle est simple, personnalisable et permet aux moins doués d'entre nous de réussir ces petits gâteaux.



Cupcake pour débutants


Ingrédients : (pour 12 cupcakes)

 - 125g de beurre doux, à température ambiante
 - 125 g de sucre
 - 2 œufs à température ambiante
 - 125 g de farine
 - 1 cuillère à café de levure
 - 1 cuillère à café d'extrait de vanille
 - 2 cuillères à soupe de lait d'amande

Pour la crème au beurre
 - 125 g de beurre doux à température ambiante
 - 250 g de sucre glace
 - 1 cuillère à café d'extrait de vanille
 - un peu de lait d'amande (commencez par incorporer une cuillère à soupe, un peu plus si la crème n'a pas la texture désirée)
 - un peu de colorant en poudre naturel pour rendre cette crème plus girly.

Préchauffez votre four à 180°C(Th7).

Fouettez le beurre et le sucre avec une magnifique cuillère en bois jusqu'à obtenir un mélange clair, homogène. Plusieurs minutes sont nécessaires pour obtenir ce résultat. Ajoutez les œufs, la farine, la vanille, le lait et mélangez le tout pour obtenir une pâte lisse et fluide. Si cette dernière n'est pas assez lisse, il fait ajouter une cuillère de lait.

Versez la pâte dans les caissettes. Faites les cuire pendant 12 minutes. Faites le test du couteau pour vérifier s'ils sont assez cuits.

Laissez vos petits gâteaux refroidir et passons à la crème au beurre.
Dans un saladier, fouettez de nouveau avec une cuillère en bois le beurre jusqu'à ce qu'il soit mousseux. Ajoutez le sucre glace. Continuez à mélanger jusqu'à ce que le mélange soit homogène et jusqu'à ce que la préparation ne soit plus granuleuse lorsque vous en placez un peu sous votre palais. J'aime beaucoup ce test.

Incorporez ensuite la vanille le lait et la poudre colorante. Ajoutez un peu de lait supplémentaire si la crème n'est pas assez onctueuse mais faites attention à ne pas la rendre trop liquide.

Ensuite vient l'étape plus difficile de la poche à douille. Remplissez celle ci avec la crème au beurre. Et déposez la crème sur vos cupcakes. Vous pouvez aussi ajoutez des petits décors pour rendre vos petits gâteaux encore plus kitch.

Dégustez, profitez, et refaites des cupcakes.





jeudi 30 août 2018

Moyen-Âge, Ken Follet Partie 3 : Une colonne de feu

Une Colonne de Feu de Ken Follett



Pour ce troisième tome de cette saga, nous sommes plus dans la période du Moyen-Âge à proprement parlé mais dans la Renaissance. Mais ce livre fait bien partie de cette série. On retrouve notre chère ville de Kingsbridge, et sa cathédrale majestueuse. Cette fois, le fil conducteur de ce tome sera la guerre entre les religions : le protestantisme qui se développe face au catholicisme.

Cette guerre des religions ne frappera pas que l'Angleterre mais toute l'Europe : en effet, nous voyageons avec ce livre : l'Espagne, la Hollande espagnole, la France, Paris mais aussi Calais, l'Ecosse et même le nouveau monde. Encore une fois, une multitude de personnage sont présents et lutterons pour vivre selon leurs convictions.

L'auteur nous a même préparé au début de ce livre la liste des personnages en les classant selon leurs familles et en indiquant s'ils ont réellement existé ou s'ils sont issus de son imagination. Cela peut aider ses lecteurs dans la compréhension de cette histoire.



Nous ferons donc la rencontre de Ned Willard, un jeune fils de marchand, au début de ce livre qui deviendra avec les aléas de sa vie espion pour la future Reine Elisabeth. Il entrera à son service après avoir vu un habitant de Kingbridge brûler, parce qu'il était protestant. Il aurait aimé prendre la suite de sa mère et épouser la belle et intelligente Margery Fitzgerald mais sa famille a préféré l'unir au futur comte de Shiring, Bart. Les luttes pour le pouvoir et s'élever dans la hiérarchie n'ont pas disparu avec ce tome.

Nous suivrons également les aventures du frère de Ned Barney qui au début de ce roman se trouve dans l'Espagne très Catholique chez son cousin. Ils travaillent ensemble à construire un four pour fondre le métal plus rapidement. Ils sont aidé dans leur tâche par l'esclave de la famille Ebrima. Bien vite, ce petit monde sera bousculé également par les puritains qui les menaceront, ils seront obligés de fuir sur un bateau, c'est ainsi qu'ils partiront à l'aventure vers d'autres contrés.

En France, le famille Palot possède une petite librairie fleurissante tout prêt de Notre Dame. Ils sont protestants et vendent secrètement des Bibles en Français. Eux aussi feront face aux ultra catholiques de la puissante Famille de Guise proche des souverains français et de la tolérante Catherine de Médicis.

Ce roman est encore une fois riche, puissant, intéressant, très prenant. On révise beaucoup son histoire de France (et d'Angleterre) et j'ai eu la chance de le lire pendant mes vacances dans le Val de Loire. Donc j'ai visité les magnifique châteaux qu'ont fait construire la famille royale et où se sont déroulé quelques uns des événements importants de ce roman. Les personnages ne m'ont pas quitté une seule seconde pendant mes vacances, j'en discutais avec mon conjoint, nos voisins de camping ...  Ils sont vraiment attachants. C'est vraiment signe d'un très bon roman. Et encore une fois, ce livre est très bien documenté. On apprend vraiment beaucoup de choses.

La fin laisse paraître peut être un nouveau tome ailleurs dans le monde. J'aimerai beaucoup prolonger ma lecture de cette saga donc Mr Ken Follett, j'espère que l'imagination et l'envie est encore là pour un autre tome.

Avant de cuisiner, je vous laisse admirer quelques cuisines de l'époque des châteaux de la Loire. On a envie d'y cuisiner au coin du feu, je trouve.

Cuisine du château de Beaugency

Cuisine du château de Meug sur Loire

Cuisine du château de Langeais


Buvons à cet excellent roman que je vous conseille comme cet Hydromel (avec modération bien entendu) qui accompagnera très bien un repas médiéval. Vous pouvez trouver ici et ici des idées pour le réaliser.



L'Hydromel


Ingrédients :

 - 1 kg de miel
 - 2 L d'eau dont 1 L réfrigéré pendant au moins 24h
 - 10 g de levure de boulanger
 - Épices de votre choix : gingembre, clous de girofle, cardamome, bâton de cannelle ...

L'hydromel se fabrique de la même façon que la bière. Si vous avez déjà testé la bière maison, cela va vous rappelez des souvenirs.

Désinfectez préalablement tout votre matériel. J'utilise pour cela un produit fait maison composé d'un litre d'eau de deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude, et de deux cuillères à soupe de vinaigre blanc. Nettoyer vos bouteilles, votre dame Jeanne ...

Faire fondre le miel jusqu'à ébullition. Ajoutez un litre d'eau bouillante et les épices dans un nouet de toile fine (un torchon propre fait très bien l'affaire) , laissez bouillir encore pendant 30 min.

Dans une marmite, versez votre mélange de miel puis ajoutez votre litre d'eau froide pour faire un choc thermique. Versez ce mélange dans une dame Jeanne. Prélevez un peu de votre mélange dans un verre et mesurez la température. Lorsque celle ci sera comprise entre 21 et 27°C, ajoutez et délayez votre levure. La température est importante, en dessous de 21°C la levure ne fera pas son taf, au dessus de 27°, elle sera cuite.

Ajoutez ensuite votre levure dans la dame Jeanne. Laissez fermenter pendant 3 jours dans une pièce chaude à 20°C au moins (je fais ça dans ma salle de bain, ça fonctionne bien).

Filtrez et mettez en bouteille. Ne remplissez pas jusqu'au bout, car la fermentation n'est peut être pas finie et le mélange peut mousser. Privilégiez d'ailleurs des bouteilles de bières à bouchon mécanique type Fisher qui peuvent supporter la pression.

Gardez ensuite vos bouteilles au frais, à la cave par exemple.