jeudi 16 août 2018

Blogger Recognition Award

https://3.bp.blogspot.com/-m18EAJs3oDQ/W2MAypNMW1I/AAAAAAAACTM/0J5tr7TK7pYb9DcWGE3QOQbv_cdXOmUegCLcBGAs/s1600/blogger-recognition-award1-e1529307981815.jpg 

Au début du mois d'Août, Gaëtane m'a nominé au Blogger Recognition Award.  Je l'en remercie beaucoup. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé ce qu'elle a écrit sur ce blog. Je répond donc avec une grande joie à ce tag.


Comment est-né mon blog ?

L'idée de ce blog est née au début d'une période de chômage. Je passais beaucoup de temps sur Hellocoton. Je bavais devant des blogs de cuisine, de DIY et même des blogs famille. J'ai découvert tout un monde qui correspondait à mes aspirations, mes envies. C'est devenu une source d'inspiration et même d'information. J'ai maturé pendant des mois cette envie. J'ai su rapidement que je voulais un blog littéraire parce que la lecture est une de mes passions depuis que je sais lire, l'idée d'y rajouter la  cuisine est venue assez rapidement aussi mais la question était comment associer les deux.

J'ai commencé à prendre des photos de mes idées d'articles, j'ai commencé aussi à prendre des notes puis je me suis lancée. Quelques semaines après mes débuts, je recommençais à travailler et de façon très intensive. Je n'avais pas anticipé pour que mon blog continue à vivre pendant mes périodes d'indisponibilité. Après l'été, j'ai repris la main, j'ai commencé à prendre ma routine, j'ai découvert d'autres blogueuses littéraires, moi qui n'étais étrangement pas une lectrice de blogs littéraires.

Un peu plus d'un an après, j'ai réussi à trouver un emploi stable, mon blog a de plus en plus de vues, et j'ai réussi à trouver un équilibre entre les deux. Je suis plutôt contente de cela et l'inspiration est toujours là.





Mes conseils aux blogueurs débutants :

 1. S'organiser 

Avoir un blog prend du temps et si on ne veut pas être débordé entre son blog, son taf et la vie, il faut s'organiser. C'est pour cela que j'ai choisi de ne publier qu'un article par semaine. Je n'ai pas le temps d'en faire plus. Surtout que dans mon cas, je dois lire un livre et réaliser un plat par semaine. Ensuite, il faut prendre des photos, et écrire l'article.

Mes articles sont programmés. Ils sont donc publié toujours le même jour de la semaine à la même heure. ça me donne une deadline et cela crée un rendez vous pour mes lecteurs.

2. Ne pas se prendre la tête

Avoir un blog pour moi est un loisir, ça ne doit pas devenir une source de stress. Il ne faut donc pas se mettre la pression avec des objectifs en terme de vues, de nombres de commentaires et même de publications. Si vous n'avez pas le temps, c'est pas grave. Préférez vivre votre vie.

Et surtout lire ou cuisiner doit rester un plaisir. Je ne vais pas lire un livre que je n'ai pas envie de lire pour faire plaisir à mon lectorat, pareil pour la cuisine.

3. Créer du contenu

Durant mes promenades sur le net, j'ai trop vu d'articles de blogs sans contenu avec des titres accrocheurs. Je ne vois pas trop l'intérêt, et ce n'est pas mon but. Et je pense que tout futur blogueur a intérêt à créer du contenu à son image pour attirer et fidéliser les lecteurs.

4. Privilégier la lumière naturelle

Pour les photos, peu importe votre appareil, nous n'avons pas tous un budget de fou pour s'acheter un appareil photo pro mais pour avoir de belles images la lumière naturelle est ce qu'il y a de mieux. 

5. Respectez vos lecteurs, les auteurs ...

Votre blog va être amener à être lu et même si vous avez des avis parfois très tranchés, je pense qu'il faut toujours se montrer respectueux des autres mais aussi des auteurs. En effet, le livre qui nous a pas plu a été est le bébé de quelqu'un. Cette personne y a mis tout son cœur donc soyez constructif dans votre critique. Ne dites pas ce livre est une bouse, mais je n'ai pas aimé ce livre pour telle et telle raisons. Vous allez crée aussi ainsi un dialogue avec vos lecteurs où ils pourront exprimer leurs avis contraire ou pas avec le votre. 

6. Lisez, commentez, aimez d'autres blogs

La créativité ne vient pas seule, il faut la nourrir, il faut être curieux. La lecture d'autres blogs permet entre autre cela. Bien évidement, il faut apporter sa pâte et ne pas pomper votre voisin. La lecture de blogs vous apprendra plein de choses aussi : comment créer son blog, comment augmenter sa visibilité et puis commenter, aimer, s'abonner vous permettra d'échanger mais aussi de faire connaitre votre propre blog et  créer votre communauté.

Les nominés pour les Blogger Recognition Award :


Tout comme les blogueuses précédentes, je fais faire une liste de blogs que j'aime beaucoup. Lors des tags précédents, je n'ai jamais nommé d'autres personnes parce que j'estime qu'on est libre ou pas de le faire et que je n'oblige personne à lire mon blog ou à répondre à ce genre de choses. Donc soyez libre, faites ce que vous voulez !

Manon Woodstock : j'aime beaucoup ses articles qui traitent d'écologie, de problèmes de société et de thèmes toujours pertinents. Les articles sont longs mais toujours documentés, détaillés et très intéressants.

Not Parisienne : un blog de cuisine avec des recettes toujours gourmandes mais simple à réaliser. Je salive beaucoup en regardant ce blog. 😋

DEEDR : Un blog littéraire écrit à quatre mains. Des chroniques littéraires intéressantes, des billets écrits par deux amies très drôles et qui montrent leur complicité.

Bliss Cocotte : un blog très coloré parlant de familles, de créations... Son univers me fait rêver.

Si elle ne l'avait pas fait avant, j'aurai également nominé Gaëtane. Je vous invite d'ailleurs à aller sur son blog. Si vous aimez la littérature anglaise, les polars, vous allez trouver votre bonheur. Son blog donne beaucoup d'idées de lecture. Elle n'hésite pas à donner son avis mais toujours de façon constructive qui fait que vous pouvez discuter avec elle, donner votre avis, et vous fier aussi au sien.


Les règles pour les nominés, pour présenter votre Award :
 - Écrire un article montrant votre Award
 - Dans cet article, remercier le blogueur qui vous a nominé et donnez le lien vers son blog
 - Décrire brièvement comment est né votre blog
 - Donner quelques conseils aux blogueurs débutants
 - Sélectionner 15 blogs qui selon vous méritent l’award
 - Allez écrire un commentaire sur chacun de ces blogs pour leur faire savoir que vous les avez nominés
 - Soyez inspirés pour profiter de chaque instant tous les jours de votre vie.

 




jeudi 9 août 2018

Mais qui est Pierre Rabhi ?

Éloge du génie créateur de la société civile de Pierre Rabhi

 


Le livre Demain et mes visites en librairie m'ont donné envie de découvrir qui est Pierre Rabhi. Il évoque des concepts intéressants comme la sobriété heureuse, et je suis effectivement d'accord avec ce qu'il dit dans Demain, mais il me manquait quelques chose donc j'ai lu le premier livre de cet homme qui m'ait tombé entre les mains.

Cet ouvrage a été publié à l'automne 2011 pour lancer le débat sur des thèmes d'écologie pendant la présidentielle de 2012 et mettre en lumière toutes les innovations, les initiatives des artisans, des hommes et des femmes qui ont envie de faire bouger les choses. Lors de la campagne présidentielle de 2002, il a essayé de se présenter dans le même but mais n'a pu réunir les 500 signatures nécessaires. Le mouvement Colibri a été crée également dans un contexte de campagne électorale en 2006 pour donner un espace de parole hors de tout clivage politique et permettre la visibilité nécessaire à ce combat.

Il débute cet essai par un constat sans pour autant être pessimiste sur le monde qui va mal. Il met en avant certaines questions : la faim dans le monde, les inégalités entre les hommes et les femmes, la condition animale, la société qui compte sur les associations et les ONG pour combattre les inégalités sociales. Et ensuite, il raconte comment il a mis sa vie au service de ces questions. Il a commencé par l'Agroécologie qui pour lui est le seul modèle d’agriculture viable pour répondre aux besoins alimentaires des paysans les plus pauvres. Cette expérience a commencé par l'achat d'une ferme familiale en Ardèche avant de faire des petits, de former d'autres paysans français mais aussi africains notamment au Burkina Faso.



Au delà des paysans, la sauvegarde de notre planète concerne tout le monde c'est pour cela que Pierre Rabhi a essayé de semer ces idées d'utopie à d'autres structures : une école, la ferme des enfants s'inspirant de la pédagogie Montessori, le Monastère de Solan qui se consacre à la sauvegarde de la Création en cultivant leur domaine agricole de façon écologique, le domaine de Kerbastic, l'institut bouddhiste Karma Ling...

A la fin de cet ouvrage se trouve en annexe le programme pour les élections présidentielles de 2002 et c'est vraiment bien dommage qu'il n' a pas pu se présenter parce que ce programme est positif, il montre que ce sont les citoyens individuellement qui peuvent être acteur d'un renouveau. Il démontre que la croissance n'est pas bénéfique, arrêtons avec la surconsommation, il prône le local, le respect du vivant, l'enthousiasme d'apprendre, le féminin au cœur du changement. Quand je lis cela j'ai envie de faire des cœurs avec les doigts. J'ai jamais kiffé autant un programme électoral. Cet essai est court et j'ai envie d'en savoir plus encore sur ces différentes expériences. Il met les liens en note de bas de page mais ce n'est pas suffisant pour moi même si j'ai apprécié tous ce qui a été dit. C'est une mise en bouche avant de me plonger dans d'autres ouvrages.

Et encore une fois, je vois ce lien entre féminisme et écologie, je vois que ce lien est souvent fait. Manon Woodstock en a fait même un article sur son blog que je vous invite à lire, il est vraiment sympa et bien documenté. Le problème est que je ne vois pas pourquoi ça serai davantage un problème de femme. Bon intuitivement, je vois le lien entre la mère nourricière et la terre qui nourrit ses enfants ... Mais j'ai surtout vu aussi beaucoup d'hommes connus qui se sont battu pour cette cause et peu de femmes donc je suis un peu dans le flou concernant cette question. Si vous avez des réponses, je suis preneuse.

En résumé, si vous voulez une façon rapide de vous informer sur qui est Pierre Rabhi, quels sont ces combats, ce livre est intéressant, si vous voulez des détails, privilégiez d'autres livres écrits par lui.

Pour vous rafraichir sans pour autant enrichir l'industrie agroalimentaire, je vous conseille de vous faire des eaux détox. Voici une de mes recettes préférées que je fais régulièrement dans ma gourde pour aller travailler.




Eau détox au citron et basilic

Ingrédients :
 - trois rondelles de citron obligatoirement bio si vous ne voulez pas être intoxiqué par les pesticides
 - trois feuilles de basilic qui vient de votre jardin, de votre balcon ou cuisine

Coupez trois rondelles de citron, plongez les dans votre gourde, ou un bocal en verre si vous restez à la maison, ajoutez les feuilles de basilic. Remplissez votre récipient d'eau. Laissez infuser quelques heures au frigo avant de vous rafraichir.  



jeudi 2 août 2018

Les femmes peuvent-elles renoncer aux hommes ?

L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes de Karine Lambert

 

Je vais vous présenter aujourd'hui une lecture parfaite pour un été passé au bord de la mer avec des enfants qui hurlent autour de vous. Dans ce roman, on fait d’abord la rencontre de Juliette, jeune femme, monteuse, célibataire, qui emménage dans l'appartement de Carla qui elle part pour quelques mois en Inde. Elle lui a fait part avant de partir des règles particulières de cet immeuble. Aucun homme n'y est admis. Pas même un électricien. Le seul mâle s'appelle Jean-Pierre et aime être caressé entre les oreilles. Je parle bien évidement d'un chat.

Les habitantes forment en quelques sorte une communauté autour d'une Reine, ancienne danseuse étoile, propriétaire de l'immeuble. Toutes vivent très bien sans hommes ou presque. En effet, Juliette va raviver quelques envies.

Les personnages sont intéressants. On apprend avec Juliette pourquoi elles ont renoncé. Les histoires sont assez touchantes : une Reine qui vit le déclin physique, une Sicilienne cherchant à se défaire de l'emprise familiale, une ancienne femme d'affaire avec le cœur brisé rêvant devant des cartes postales... Et Juliette cherchant l'amour alors que ses parents n'ont pas su l'aimer, elle.

J'ai aimé cette lecture même si elle n'a pas changé ma vie comme je le disais en introduction, ce roman est parfait pour la plage. J'ai été assez choquée de voir que ce livre était dénigré sur Babelio. Il n'était pas assez féministe, trop cliché. Je pense vraiment qu'il faut arrêter d'être snob, on ne lit pas tous et toutes tout le temps du Proust ou du Tolstoï. Et de temps en temps une lecture légère nous fait le plus grand bien.

Et de là à dire qu'il n'est pas assez féministe, je trouve cela fort de café. Je pense même que certains devrait relire la définition du féminisme. Pour rappel, les féministes recherchent l'égalité Homme-Femme. En quoi des femmes qui ont renoncé aux hommes puis qui ont de nouveau envie de rencontrer l'amour, ce n'est pas féministe ?


Moi, je vois bien au contraire dans ce roman des femmes sachant se débrouiller seules, vivant autonomes, ayant des carrières qu'elles ont choisies. L'amour n'entre en rien dans les combats féministes. On a le droit de vouloir l'égalité Homme-Femme et être amoureuse d'un homme. ça n'a rien de contradictoire. Être amoureuse ne veut pas dire  être asservie, et être au service de l'homme. Le meilleur exemple sont les hommes qui eux même tombent aussi amoureux et peuvent se montrer très machos.

La seule petite critique que je pourrais faire serait que l'histoire est trop hétéro-centrée. Et encore sur six femmes, il n'est pas déconnant que d'y avoir que des hétéros. Je pense aussi que ce livre peut montrer que parfois pour mieux se connaitre, se trouver, avoir sa vie à soi, rien de mieux que le célibat.

Et si quelques fois, vous êtes comme Juliette, vous avez besoin de vous jeter sur une barre de céréales au chocolat voici, une recette que vous pouvez tenter et qui sera toujours plus saine que ce que l'ont peut trouver en supermarché.



Barre aux céréales et chocolat

Ingrédients (pour 9 petites barres):
 - 200 g de flocons d'avoine
 - 6cL de crème liquide
 - 60g de sucre en poudre
 - 3cL de sirop d'agave
 - 60g de beurre
 - 100g de chocolat noir
 - Quelques noisettes

 Commençons par préparer un caramel. Pour cela, versez dans une casserole le sucre et le faire fondre. Une fois que le caramel se forme, versez la crème liquide et ajoutez le beurre puis le sirop d'agave. Laissez chauffer sur un feu doux pour que le mélange devienne homogène.

Dans un saladier, mélangez les flocons d'avoine, les noisettes, puis versez votre caramel. Mélangez de nouveau afin que vos céréales soient toutes enrobées de caramel.

Dans une grande casserole,  versez votre mélange, et laissez chauffer pendant 10 min à feux doux. Mélangez de temps en temps pour ne pas que cela attache dans le fond de la casserole. Le passage à la case vaisselle est toujours désagréable dans ces cas là.

Dans des moules à mini cake, versez votre mélange, tassez bien. Une fois, vos barres refroidies, versez votre chocolat fondu sur celles-ci puis réservez au réfrigérateur pendant quelques heures avant de les dévorer.

jeudi 26 juillet 2018

Panne de lecture, Pique-nique et Le Grand Meaulnes

Le grand Meaulnes d'Alain Fournier

 



Ce livre m'a été conseillé par Simone de Beauvoir dans ses Mémoires d'une jeune fille rangée. Elle l'a conseillé à beaucoup de monde et je me suis dit pourquoi pas surtout qu'il attendait déjà patiemment dans ma bibliothèque. En effet je l'ai sauvé d'une réserve poussiéreuse d'un collège (avec l'accord de ma hiérarchie bien évidement). Il avait été désherbé d'un CDI et attendait qu'on prenne une décision à son propos. Au vu de l'âge de ce livre de cette édition, je ne comprend pas trop sa présence dans ce collège. Pour moi, il est beaucoup mieux chez moi. 

Je l'ai commencé, et j'ai été assez surprise par l'histoire le style. J'ai un peu décroché, la vie m'éloignant en ce moment de mes lectures et puis je n'ai plus eu envie, j'ai du lire un essai entre deux pour me redonner l'envie de le lire et finalement la dernière partie a fini de me convaincre. Je comprends totalement pourquoi ce livre a été un coup de cœur de la jeune Simone de Beauvoir.

Je vais vous raconter d'abord l'histoire que raconte ce roman. On y fait la rencontre du jeune François, élève d'une école typique de la 3eme République qui nous racontera sa rencontre avec Augustin Meaulnes. Il est tout d'abord un peu jaloux de l'effet qu'il fait aux autres élèves de l'école puis bien vite les deux deviennent amis. Cependant, Augustin a envie de revoir sa famille et fugue un jour alors qu'on attendait l'arrivée de membres de la famille de François. Ce dernier reviendra quelques jours plus tard. Il racontera avoir assisté à une fête extraordinaire, les fiançailles d'un jeune garçon. Il y avait des invités venus de Paris et de la Province, des saltimbanques, des costumes d'une autre époque et surtout une magnifique jeune fille, la sœur du fiancé. Quand il revint, le grand Meaulnes n’eut qu'une idée en tête c'était d'y retourner et de retrouver cette jeune fille. François en fera également sa quête pour rendre son ami heureux.



Je pense que ce livre a eu du succès et notamment chez les jeunes de l'époque de Simone de Beauvoir parce que ces jeunes gens n'en font qu'à leur tête et suivent leurs envies, leurs désirs. Les adultes sont peu présents ou ont une sorte de présence bienveillante même si personne ne s'inquiétait de l'absence d'Augustin. Leurs postures permettent donc à ces jeunes gens de vivre leurs rêves sans être empêché par la morale, la bienséance des parents. Simone de Beauvoir en a beaucoup souffert. Tout était contrôlé dans sa vie : ses fréquentations, ses études, ses lectures, ses sorties ... Ce livre devait être donc une bouffée de liberté. Je suis curieuse maintenant de voir l'adaptation cinématographique et les lieux dans lesquels les personnages vivaient.

Je pense que je n'ai pas lu ce livre dans une période propice et c'est pour ça que j'ai eu cette panne. Néanmoins, j'ai beaucoup aimé la dernière partie. J'ai mis du temps à m'accrocher à cette histoire. Et finalement, même si ce livre est centré sur Augustin Meaulnes, celui qui me donnait envie de lire c'est François. Je trouve ce personnage intéressant et c'est bien lui qui œuvre en secret pour que son ami soit heureux. Et pourtant, cela parait bien difficile au vu du comportement de celui-ci. J'aurai aimé un peu une autre fin pour François.

Et vous, qu'avez vous penser de cette histoire ?

Ce livre donne envie aussi de se promener à travers des chemins campagnards et de s'arrêter manger sur un coin d'herbe à l'ombre, sortir de sa boîte en plastique sa salade de pâte aux courgettes. Donc voici la recette.



Salade de pâte de courgette pour un pique-nique

Ingrédients :
 - 80 g de pâte par personne. J'ai choisi ici des pâtes à la farine d’épeautre.
 - 1 petite courgette
 - 1 moitié de mozzarella
 -  un peu de parmesan rappé
 - le jus d'un demi citron
 - quelques feuilles de basilic
 - un peu de persil
 - Huile d'Olive
 - Sel/Poivre

Faire cuire les pâtes al dente. Une fois cuites, passez les sous l'eau froide. Ajoutez un filet d'huile d'olive. Tranchez finement des rondelles de courgette. Salez et versez le jus de citron sur vos rondelles.
Dans un saladier, versez vos pâtes, vos rondelles de courgette, émincez votre mozzarella et ajoutez y les morceaux. Hachez vos feuilles de basilic, votre persil et saupoudrez votre plat de ces herbes. Assaisonnez à votre gout. Au moment de la dégustation froide ou tiède, saupoudrez cette salade de parmesan. Vous pouvez également ajoutez quelques tomates cerises si l'envie vous en prend.

jeudi 19 juillet 2018

Moyen Âge, Ken Follet Partie 1 : Les Piliers de la Terre

Les Piliers de la Terre de Ken Follet

 



Dans l'article des un an du blog, je vous avez promis de vous parler un peu du moyen âge. J'aime bien pendant mes vacances me déconnecter totalement et ce qui me permet d'y arriver ce sont les romans historiques. J'ai découvert celui là l'été de mes vacances de PACS. Je vais donc vous présenter ce premier tome de la trilogie.  Il est assez conséquent : 1050 pages. Ce pavé est donc parfait pour les vacances, il nous plonge dans un autre monde. Cette trilogie tourne autour de la cathédrale de Kingsbridge en Angleterre et le premier tome autour de sa construction.

Cette épopée nous fait suivre la vie et les moult péripéties de différents personnages :
 - La famille de Tom le bâtisseur
 - Ellen et son fils Jack
 - Aliena, fille du comte de Shiring et son frère Richard
 - Le Prieur Philip
 - Waleran Bigod
 - William Hamleigh

Deux camps s'affrontent à travers la construction de la cathédrale, la possession du comté de Shiring et la guerre civile.
On rencontre au début de ce roman, Tom construisant la nouvelle demeure de William Hamleigh. Il est pauvre et vit de petits chantiers alors que William convoite Aliena, la fille du comte de Shiring mais cette dernière a refusé de l'épouser. Il renvoie Tom de la construction de la maison alors même que sa femme est prête à accoucher. Celle ci mourra en couche obligeant la famille à abandonner le bébé. Ce même jour, ils rencontreront Ellen et son fils. C'est une femme particulière, elle sait lire et pourtant préfère vivre dans la forêt.
Aliena sera déshérité après la mort de son père et ce sera le début de l’affrontement avec la famille Hamleigh qui fera tout pour se mettre en travers de son chemin. Elle retournera en bas de l'échelle et deviendra une commerçante sur le marché de la laine.
Le Prieur Philip arrivera pendant cette période trouble à Kingsbridge et rêve d'en faire une cité fleurissante avec une belle cathédrale. Tout ne se passera pas comme il l'imagine.



Les vies de ces personnages sont imbriquées. On vit avec eux, on est pris par leurs buts, leurs motivations. On souffre avec eux pendant toutes les épreuves et les embuches qu'ils peuvent rencontrer. On se dit que jamais cette histoire ne finira tant le camps adverse est imaginatif et pourtant les pages défilent, on passe un très bon moment dans la lecture de cette épopée. Jamais, je n'ai lu un livre aussi gros, aussi rapidement ! Il est vraiment prenant, et la période des vacances est vraiment idéale pour se plonger à corps perdu dans cette lecture.

J'ai adoré les personnages d'Ellen, d'Aliena et de Jack, le fils d'Ellen qui vont vraiment au bout des choses et ont une force exemplaire. Même si la cathédrale de Kingsbridge n'existe pas, on perçoit bien les heures et les heures de recherche de l'auteur. Ce roman est assez bien documenté et donne vraiment l'impression d'être au moyen-âge. J'ai beaucoup apprécié également la mini série. Jack est joué par Eddie Redmayne, ce qui rajoute un charme certain à cette histoire. Bien évidement, regardez la série avant de lire le livre sinon vous serez déçu. Tout les petits détails présents dans ce pavé ne peuvent pas figurer dans cette série, ce qui est bien dommage.

Vous pouvez ensuite continuer de vivre au moyen-âge pendant le temps de la lecture en préparant cette recette de rissoles à jour de poisson ou en participant à l'une des nombreuses fêtes médiévales ayant lieu en France ou à l'étranger tout l'été.



Rissoles à jour de poisson

Ingrédients :

 - 500g de farine
 - 125g de beurre
 - 1/2 verre d'huile
 - 1/2 cuillère à café de sel
 - un peu d'eau ou de lait
 - Fruits de garde : raisin secs, pruneaux, figues sèches, noisettes, amandes, noix... 
 - 4 pommes
 - un peu de miel
 - Les épices que vous préférez : cannelle, muscade, gingembre ...

Mélangez l'ensemble des ingrédients afin de former une sorte de pâte peu grasse.
Pour la farce, hachez les fruits secs. J'ai choisi pour cette recette des raisins secs et des noisettes. Ajoutez les pommes rappées, puis le miel et les épices que vous avez choisies.
Étalez la pâte pour qu'elle soit assez fine et déposez-y en des petits tas votre farce sur la moitié de la pâte. Humectez votre pâte à l'endroit de la découpe et déposez y la deuxième moitié. Cela doit former un chausson, vous pouvez aussi opter pour la méthode du pliage.
Faites cuire vos rissoles dans un four préalablement préchauffé à 200°C (th7) pendant environ 20 min.
Laissez refroidir avant de déguster. 

vendredi 13 juillet 2018

Expatriation en Australie, l'histoire d'une Coréenne

Parce que je déteste la Corée de CHANG Kang-myoung




 
L'été est propice au changement, d'habitudes, de vie. C'est dans cette période où j'ai pris des décisions radicales comme mon végétarisme par exemple. C'est aussi une période pour voyager donc même si vous restez dans votre jardin, allongé dans l'herbe avec un bon roman, j'ai envie de vous faire voyager. Je vous conseille donc Parce que je déteste la Corée.

Ce roman a un début très prometteur. Dés les premières pages, la narratrice tue le père, la mère et le petit ami. Ceci est une métaphore mais son départ semble dévastateur et est une véritable rébellion envers sa famille, son pays, et tout ce qui s'y rapproche. Elle nous montre par certains retour dans le passé pourquoi la vie en Corée ne lui convenait plus. Elle n'avait pas envie de se retrouver dans le moule de la vie parfaite des coréens. Alors elle a dit Fuck je me casse en Australie. Elle partira contre l'avis de tous. Elle tombera sur des gens comme elle : des coréens venus pour apprendre l'anglais, étudier, voyager, ou s'expatrier. Et comme en Corée, elle se retrouvera confronté à ce système de classes sociales avec les expatriés coréens alors qu'en Australie, les différences ne sont pas si flagrantes.

Elle racontera également les différentes rencontres amoureuses, amicales qu'elle fera. Cela la mènera dans des situations intéressantes : des rencontres avec la justice, des aventurières américaines, des propositions de mariages.  



J'ai bien aimé lire ce roman, le début est très accrocheur, et on s'attache vite à cette jeune personne rebelle. Je me suis un peu reconnue dans cette volonté de ne pas rentrer dans le moule, et de refuser les jugements que les autres portent sur notre façon de vivre. Et comme elle, je pense également que le boulot n'est pas tout dans une vie même si c'est important d'y être bien. Je suis parfois aussi restée sur ma faim, il m'a manqué quelques détails. L'histoire se déroule sur plusieurs années mais il y assurément plein d'histoires cocasses qui n'ont pas été écrites.

Il me reste un petit mystère à résoudre sur ce livre. L'auteur est journaliste et écrit sur des phénomènes de société, je me demande s'il s'est inspiré dans un ancien amour pour ce roman puisque le petit ami du personnage principale érudit pour devenir journaliste. Si vous avez la réponse, je suis preneuse.

Dans le roman, beaucoup de plat sont évoqués mais beaucoup avec de la viande. A un moment, elle commande une pizza à la patate douce donc je vais vous partager la mienne.

Pizza à la patate douce

Ingrédients :
 - une pâte à pizza
 - une patate douce
 - une boule de mozzarella
 - du parmesan
 - Le zeste d'un citron

Coupez en fines rondelles la patate douce préalablement lavée et épluchée. Dans une casserole d'eau bouillante, plongez les rondelles de patate douce et laissez cuire 5 minutes.
Préchauffez le four à 180°C. Sur une plaque de four, placez la pâte à pizza, saupoudrez la généreusement de parmesan rappé, puis déposez y les rondelles de patate douce. Coupez la boule de mozzarella en morceau et placez les sur la pizza. Zestez finement un citron et parsemez les sur cette pizza. Enfournez la et laissez la cuire pendant 12 minutes.

Dégustez avec de la salade de roquette. 

 

jeudi 5 juillet 2018

Le rêve le plus doux

Le rêve le plus doux de Doris Lessing

 



Doris Lessing fait partie des rares femmes à avoir obtenu un prix Nobel de littérature. C'est une bonne raison de se plonger dans son œuvre. J'ai déjà lu parmi ses écrits une nouvelle appelée Les Grand mères qui était très intéressante et avant de me plonger dans son roman le plus connu et le plus adoré Les carnets d'or, j'ai décidé de m'attaquer au Rêve le plus doux.

A travers l'histoire d'une famille, de trois femmes : Julia, Frances et Sylvia, Doris Lessing nous plonge dans l'histoire du XXe siècle. Les années 60 sont le pivot de cette histoire puisque les protagonistes habitent sous un même toit : la maison familiale de Julia.

Julia, la mère de Johnny, invite sous son toit Frances, sa belle-fille alors abandonnée avec ses deux garçons par Johnny, éternel militant communiste. Frances, mère courage, abandonne ses rêves de théâtre pour travailler dur afin de nourrir ses fils, et leur offrir le meilleur. Elle accueillera aussi moult brebis abandonnées, des amis de ses fils, mais pas seulement. Johnny, même s'il ne participe pas à la vie des garçons, est toujours présent pour leur offrir des discours militants, se mettre à la table familiale, éblouir les invités présents du jour. Il demandera à sa famille d'accueillir par la suite Sylvia, la fille de sa nouvelle femme.



Dés les premières pages, j'ai pris pitié de Frances puis je l'ai détesté parce que pour moi elle se laisse marcher sur les pieds par son mari. J'ai eu l'impression qu'elle acceptait tout de lui et même d'accueillir la fille de sa nouvelle femme. Ce qui est pour moi impensable. J'ai détesté Johnny qui pour moi est typiquement le gars qui ne devrait pas avoir de famille, puisqu'il n'est pas responsable. Il cherche une femme comme lui, puis quand elle montre des signes de faiblesse l'abandonne. Et pourtant, il s'accroche. Je l'ai trouvé aussi arrogant envers sa mère, ses différentes femmes, ses fils et puis vers la fin du roman j'ai eu pitié de lui et j'ai aimé Frances. J'ai beaucoup aimé Sylvia aussi qui choisira une voie atypique et pourtant assez similaire en certains points à celle de son beau père.

J'ai aimé les deux garçons qui ont souffert mais pourtant ont eu le courage de se rebeller et puis je n'ai pas forcément aimé leur choix de vie. J'ai eu l'impression qu'ils aimaient souffrir. Et puis Julia, mère, grand-mère, chef de tribu qui a eu un parcours impressionnant, qui n'a pas mis de côté sa vie de femme même si elle a du réparer les fautes de son fils et prendre des responsabilités qui n'étaient pas les siennes.

J'ai aimé le lien qui continuera à exister entre ces personnages pendant des décennies et tout autour de la planète. J'ai aimé cette diversité des parcours de ces personnages, ils ont le pouvoir de changer, de se mettre un coup de pied aux fesses pour avancer dans la vie.

Pour résumer, j'ai adoré ce roman. Les personnages sont loin d'être lisses, ils sont travaillés, intéressants. J'ai beaucoup aimé leur façon d'évoluer à travers les époques. J'ai beaucoup aimé avoir leurs visions des différents évènements de ce siècle : les différentes guerres, la violence des régimes soviétiques, la prise de pouvoir des dirigeants africains, l'apparition du SIDA ... J'ai hâte de découvrir la suite de son œuvre et de vous partager mes lectures.

Je vous ai parlé des grandes tablées de Frances et pour faire manger Sylvia, elle était obligé de cuisiner des pommes de terre. Donc je vais vous partager une recette de pomme de terre à la suédoise version végétarienne. Si vous aussi, vous adorez les pommes de terre, vous pouvez cliquez ici, ou .


Pomme de terre à la suédoise version végétarienne

Ingrédients :
 - 2 pommes de terre par personne
 - huile d'olive
 - herbe de Provence
 - Sel Poivre
 - Chaussé aux Moines (Je sais que le Chaussé aux moines n'est pas très suédois mais vous devriez le découvrir fondu, c'est exquis)

Préchauffez le four à 200°C. Lavez, épluchez les pommes de terre. Coupez dans le sens de la longueur partiellement les pommes de terre. Elles ne doivent pas être coupées en rondelles mais les entailles doivent être assez grandes pour accueillir le fromage. 

Huilez, salez, poivrez, assaisonnez puis déposez vos pommes de terre au four pendant 30 min. Sortez les ensuite lorsqu'elles sont cuites (vérifiez la cuisson à l'aide d'un couteau) afin d'y déposer le fromage dans les entailles puis enfournez encore quelques minutes afin de faire fondre ce fromage au cœur des pommes de terre.

Régalez vous.
 

jeudi 28 juin 2018

Direction l'Inde : famille juive indienne et riz coloré

La ville en ses murs de Esther David

 



Dans l'article anniversaire, je vous avais promis de vous parler de mon amour pour la littérature indienne. Cette passion a commencé suite à l'édition "Bombaysers de Lille" dans le cadre de Lille 3000. J'ai découvert la culture indienne, j'ai lu un, deux, plein de livres sur l'Inde. Je trouve ce pays fascinant. Cette grandeur, cette population, la spiritualité qu'a ce peuple. J'ai l'impression que le stress n'existe pas dans ce pays alors que les embouteillages sont bien plus énormes qu'en France. Et pourtant, il y a plein de choses qui devraient m'effrayer : la place de la femme, les inégalités qui existent entre castes, système qui normalement est aboli, la pollution, ...

Le livre que j'ai choisi de vous présenter aujourd'hui est assez particulier puisqu'il nous plonge dans une famille juive en Inde. On y fait la rencontre d'une fillette qui nous raconte la vie de son entourage : sa famille et ses amies. C'est l'occasion d'aborder pas mal de sujets propres à cette famille voire peut être aux juifs d'Inde : la place de la religion et des rites religieux dans la vie, la place des dieux indous qui bizarrement ont une place assez énorme dans cette famille qui n'est pas indouiste. On y aborde la nourriture comme dans tous les livres indiens.


Quand je vous dit que la littérature et la nourriture ont des liens ! Mais aussi les interdits alimentaires dus à la religion et les différences donc entre les plats de cette famille juive et des autres voisins n'appartenant à cette communauté. Cette fillette grandit entourée des ses oncles, tantes et cousins. Elle raconte ses ressentis à propos de sa mère qui travaille, de son père qui lui n'a pas d'activité, de cette pression que l'on met sur les femmes de sa famille pour effectuer des études et trouver un emploi. Sa grand mère décédée a aussi une grande place dans sa vie par son histoire mystérieuse. En effet, sa mère ne veut pas que son grand père lui raconte sa vie et sa mort.

Ce livre dans sa construction est assez particulier en effet, chaque chapitre est tourné autour d'un évènement important frappant cette famille. Il n'y a pas de narration linéaire et donc pas une histoire en tant que telle. Il y a plusieurs histoires et pourtant on suit la vie d'une héroïne. Cela m'a perturbé au début et puis finalement, j'ai tout de même réussi à m'attacher à cette fille qui deviendra femme à la fin de ce livre, et à sa famille. Même si j'ai aimé ce livre, il n'a pas autant retenti en moi comme d'autres livres de la littérature indienne tels que les romans d'Anita Nair par exemple.


Pour illustrer ce roman, j'ai eu envie de vous faire des chapatis qui apparaissent souvent dans cette histoire et puis finalement, je me suis tournée vers un riz coloré. (La recette vient du site 750g.fr) En effet, dans les restaurants indiens, j'ai beaucoup gouté aux différents riz. Ils ont des couleurs, des saveurs particulières et pourtant ce n'est que du riz. Donc voici cette recette toute simple.



Riz basmati coloré

Ingrédients (pour 2 personnes) :
 - 120 g de riz basmati
 - 180 g d'eau
 - 1 cuillère à café de curcuma
 - sel  

Laver votre riz basmati dans un premier temps pour retirer l'amidon dans un saladier, puis égouttez. Dans un petit verre d'eau, versez le curcuma et mélangez. Puis dans une casserole, versez le riz et l'eau, Celle ci doit être froide. Ajoutez le mélange à base de curcuma et mélangez encore. 

Démarrez la cuisson à feu doux. Couvrez et laisser cuire environ 17 minutes.  Une fois la cuisson terminée,  mettez hors du feu la casserole et laissez pendant quelques minutes reposer. Vous pouvez ensuite servir votre riz qui pourra accompagner moult plats indiens ou simplement quelques légumes.


jeudi 21 juin 2018

Cuillère en bois et Marque Page a un an ! 🎂






Il y a un an, je publiais mon premier article. J'en suis un an plus tard à mon 46e. Que de chemin parcouru et c'est la même chose dans ma vie personnelle et professionnelle.

J'ai commencé ce blog, j'étais au chômage, je m'ennuyais chez moi, je voulais avoir un projet bien à moi. Et très vite ma vie professionnelle m'a rattrapé et j'ai du apprendre à concilier mon travail, ma vie perso et ce blog. Je ne vous cache pas qu'il y a des semaines où c'est compliqué, c'est pour cela qu'il y a des semaines sans article. Je me met pas la pression. Je ne met pas dans l'objectif d'être professionnelle. J'ai déjà un travail qui me convient et me passionne. La lecture et la cuisine pour moi doivent rester un hobby, un plaisir tout comme ce blog. 

J'ai été ravie de partager mes coups de cœur (Manderley For ever, Demain, L'empreinte de toute chose), mes livres préférés avec vous comme par exemple Jane Eyre.
J'ai pu également exposer mon point de vue et semer des graines comme j'aime le faire dans mon travail. Je vous ai fait part de mon féminisme, mon végétarisme, mais dans le respect des autres. Je peux comprendre que tout le monde ne partage mes idées, et je vous ai même partager ma recette de flamkuchette version végétarienne et classique puisque je fais les deux quand je reçois. Et finalement, mon viendard d'homme préfère la version végétarienne ! Quelques fois mes graines poussent et donnent de fabuleuses plantes !

Je vous ai aussi parlé de mes envies de voyages. La Moldavie m'a donné envie de découvrir d'autres pays de l'est, l'ex-URSS et ses vestiges du communisme. L'un de mes articles a même été mis en avant sur Hellocoton. D'ailleurs, je trouve toujours étonnant que certains articles plaisent plus que d'autres. Ce ne sont pas toujours ceux auxquels que je pensais. Un de mes articles le plus vu concerne un petit roman espagnol La maison en chocolat qui étonnement a été partagé sur Facebook et a été beaucoup lu dans les pays hispaniques.

Je suis heureuse aussi de n'avoir eu que des retours bienveillants et plutôt enthousiaste à propos de mon blog, et de ce que j'écrivais. Cela m'encourage à continuer.

Pour cette nouvelle année bloguesque, j'ai plein d'envies et d'inspirations : le moyen âge, sa cuisine et des livres traitant de cette période, ma passion pour la littérature indienne et bien évidement pour sa gastronomie. J'ai envie de vous partager davantage de recettes pour des apéros, des petits déjeuners, choses que je n'ai pas trop faites cette année.



J'ai aussi envie d'apprendre à crocheter des marques pages. J'en ai épinglé plein dans mon pinterest. Ils sont vraiment fabuleux. J'ai envie de pyrograver des cuillères en bois et de vous montrer mes œuvres.

Et puis j'ai aussi envie de laisser la place au hasard. Il m'a emmené sur des chemins intéressants cette année, je compte sur lui pour m'en faire découvrir d'autres.

Si vous souhaitez la recette de ce fabuleux clafoutis aux cerises, je vous invite à regarder celui aux fraises, et à remplacer ces dernières par des cerises. Dans cette recette, j'ai laissé les noyaux. Il parait que cela donne plus de goût.


jeudi 14 juin 2018

Histoire de femmes Ouessantines

Oussantines de Weber-nicoby

 


Ce livre fait parti de ceux qui j'ai choisi par rapport à la couverture. J'aime les phares, la mer, ça me rappelle les vacances, mais aussi l'époque où moi aussi je vivais au bord de la mer. Le second aspect qui m'a convaincu de le lire, c'est cette histoire de femmes. Je vous raconte tout de suite :

Une femme décide de changer de vie après une séparation. Pourquoi ne pas ouvrir des chambres d'hôtes sur l'île de Ouessant. Malgré l'avis contraire de sa mère et l'accueil glacial des habitants, elle persiste à vouloir habiter sur cette île. Néanmoins, une femme assez âgée vient à sa rencontre, elles papotent, Soazic fait visiter sa maison, puis brusquement, la vieille dame s'en va après avoir vu un livre.

Peu de temps après, celle ci décède, et dans son testament elle charge la nouvelle venue de trier sa maison : de garder ce qui l'intéresse et de jeter le reste. Cette mission intrigue tout le monde, comment est ce possible?  Elles ne connaissaient pas tant que ça. Pourquoi a-t-elle choisi une inconnu pour cette tâche ?  Bien vite Soazic découvrira ses secrets.


J'ai bien aimé ce roman graphique parce que l'auteur a su montrer l’atmosphère particulière de la vie sur une île, et l'histoire de Ouessant. J'ai appris beaucoup de choses et d'ailleurs les dernières pages sont consacrées à expliquer l'histoire de cette île, les coutumes, des évènements importants. L'Histoire montre également le rôle important des femmes à diverses époques, en effet, quand les hommes sont absents parce qu'ils sont en mer, à la guerre ou décédés, ce sont les femmes qui font tourner la maison, le village, le pays. Elles prennent de grandes décisions, on leur donne des pouvoirs importants.
Et puis l'histoire de ce roman graphique est assez original. Jamais, je n'aurai imaginé la vérité sur cette femme. Je trouve que Soazic est bien perspicace. A sa place, je serais encore en train de chercher ou de faire des crêpes pour mes hôtes.




C'est d'ailleurs ce que je vous propose : une recette de pâte à crêpe sucrée et bretonne. Ma mère les appelle des crêpes en carton. Rassurez vous amis bretons, cela n'a rien de négatif, puis qu'on les adore et on les dévore.

La pâte à crêpes sucrées et bretonnes


Ingrédients pour une dizaine de crêpes :

 - 250g de farine de froment ou de blé type 55 (C'est la même chose, j'ai au moins appris cela avec cet article)
 - 50g de beurre
 - 50cL de lait
 - 10 cL d'eau
 - 4 œufs
 - 2 cuillères à soupe de sucre en poudre
 - 1 pincée de sel

Versez dans un saladier l'intégralité de la farine, le sucre et le sel. Mélangez. Petit à petit, ajoutez le lait puis l'eau tout en battant avec un fouet. Faites fondre le beurre, puis ajoutez le au mélange. Finissez par ajouter les quatre œufs.

Laissez la pâte se reposer au frais pendant 30 à 45 minutes.

Beurrez une poêle à crêpes, versez y un peu de pâte. Faites la cuire environ 2 min par face.

Dégustez avec de la confiture, de la vergeoise, ou de la pâte à tartiner au caramel beurre salé pour faire totalement breton.


jeudi 7 juin 2018

La simplicité d'une tomate farcie pour Françoise Héritier

Au gré des jours de Françoise Héritier

 


Je connaissais l'auteur de nom. Je n'ai jamais rien lu d'elle mais je savais qu'elle était féministe, c'est ce qui m'a attiré. Ce n'est pas un ouvrage traitant de la condition des femmes même si ce sujet est abordé. C'est un ouvrage un peu particulier, autobiographique, il fait suite au Sel de la vie écrit quelques années auparavant. Il est divisé en deux parties : de bric et de broc et façonnages. Dans la première partie, elle fait un inventaire de toutes les petites choses qui la définissent, qui font partie de sa vie qui font qu'elle est ce qu'elle est. C'est assez simple, on se reconnait parfois. Je vous cite quelques exemples pour le plaisir.

 "... se geler dans les Abribus, avoir du mal à détourner les yeux d'un beau profil, boire avec plaisir le potage du soir des Hôpitaux de Paris, pester en cherchant ses clés au fond du sac ..."

" ... taire obstinément un secret, retrouver un objet perdu depuis des lustres coquinement logé dans un endroit improbable, se précipiter aux toilettes après avoir été tenue sur le seuil de la porte par des visiteurs peu pressés de partir..." 

Elle y note des anecdotes, des remarques, elle parle aussi beaucoup de cinéma. Les références sont même notés à la fin du livre pour ceux qui aimerait se laisser tenter.


La partie Façonnages s'étale davantage sur des aspects de sa vie, des anecdotes plus développées. Elle y explique par exemple comment la vie a fait qu'elle devienne ethnologue, qu'elle passe une partie de sa vie en Afrique, qu'elle succède à Claude Lévi-Strauss au Collège de France mais aussi comment enfant elle a découvert ce qu'étaient les règles. Je parle évidement des menstrues. 

J'ai beaucoup aimé la lecture de ce livre. La partie De bric et de broc est assez rafraichissante. Cela donne l'envie de s'y mettre. C'est d'ailleurs ce qu'on fait une grande partie de ses lecteurs du Sel de la vie. Elle raconte au début de ce livre que de nombreuses personnes lui ont écrit pour lui montrer leurs résultats de l'exercice. De nombreux profs de français ont fait de même avec leurs classes. Ce livre leur est donc en partie destiné. Cet exercice montre aussi de façon rapide et efficace les changements de la société et les petites choses sur lesquels l'auteur peut s'attarder étonnée.

"... voir un homme jeune et trapu, crâne épais et rasé, mollets poilus, bermuda et rangers, pousser d'une main la voiture d'un bébé délicatement protégé du soleil par une mousseline, tenant de l'autre un cornet double de glace à la fraise et y observer quelques changements bénéfiques survenus dans les mœurs.."

Ces petites choses contrastent assez avec certaines anecdotes qu'elle a vécu où seule femme dans un monde d'homme, on lui demande de prendre en note le compte rendu de la réunion. On peut remarquer aussi ces changements et pas seulement sur les relations homme/femme quand elle évoque son enfance, la guerre. C'est une femme intéressante qui avec ce livre assez court (146 pages) j'ai appris à connaitre. Elle m'a donné envie de s'attarder davantage sur son travail et même sur son domaine d'étude. 

Et finalement, on se rend compte que même les grandes femmes de ce monde apprécient avant tout les petites choses de la vie, la simplicité.

"saliver devant des plats simples tels que de belles tomates farcies ou une brandade de morue ou un hachis parmentier fait maison"

Donc voici pour Françoise Héritier et vous une recette de tomate farcie végétarienne.


Tomate farcie végétarienne

Ingrédient :
 - une tomate à farcir
 - du gruyère rappé
 - un œuf
 - du thym
 - sel/poivre

Préchauffez le four à 150°C (th5). Coupez le chapeau de la tomate. Videz l'intérieur à l'aide d'une cuillère. Réservez le. Réalisez un petit tapis de gruyère rappé à l'intérieur de la tomate afin d'y glisser un œuf. Le jaune et le blanc. Salez, Poivrez, parsemez d'un peu de thym. Ajoutez encore un peu de Gruyère et couvrez la de son chapeau. Mettez la dans un plat, ajoutez la partie intérieur dedans, versez y un peu d'eau.
Enfournez pour une vingtaine de minutes.
Dégustez cette merveilleuse mais simplissime tomate farcie sur un lit de coquillettes (qui me rappelle mon enfance) ou de riz si vous préférez.


jeudi 31 mai 2018

Jardinage et Tea Time pour Agatha Raisin

Agatha Raisin enquête : Pas de Pot pour la jardinière de M.C Beaton







C'est le troisième tome de cette série et le deuxième que je lis. J'avais beaucoup aimé le deuxième tome. Il était pour moi une bouffée de fraîcheur dans mes lectures. C'est donc avec grand plaisir que j'y retourne. On retrouve donc Agatha après son retour de vacances. Les choses ne sont pas restées tel quel à Carsely en effet une nouvelle venue s'est installée dans la maison de la malheureuse défunte du deuxième tome. Elle a déjà jeté son dévolu sur le beau James et sur les habitants en remettant au goût du jour le jardinage. Un grand concours du plus beau jardin est annoncé, Agatha compte bien le gagner coûte que coûte. Malheureusement, tout ne se passe bien : des jardins sont saccagés, des poissons sont assassinés et la nouvelle venue Mary est retrouvée par le duo Agatha James suspendue à une corde la tête plantée dans un pot de fleur. Bien que tout le monde déconseille à Agatha de se mêler de cette affaire, elle reprend du service. 

J'ai beaucoup aimé ce tome. Agatha est toujours aussi fraîche, loufoque bien qu'elle évolue. En effet, James s'intéressant à Mary, elle se détache un peu de lui. Elle devient même amie avec les deux. Ne me jetez pas des pierres mais cela me fait penser à la théorie de l'élastique du fameux livre Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus. (Oui, je l'ai lu ! mais il y a très longtemps j'étais jeune et j'ai été influencée par les livres de Louise Reninson) Plus elle s'éloigne de James, plus il veut passer du temps avec elle. Bref, j'attends de voir ce que cela donnera dans les autres tomes, mon côté fleur bleue attends qu'il se passe quelque chose entre eux. Affaire à suivre.



Du côté de l'affaire justement, l'auteur développe certains personnages et on en apprends un peu plus sur les habitants, les relations entre eux et notamment la famille du pasteur. On est presque malheureux de connaître les conclusions de cette affaire. Je vous rassure il n'y a pas que des personnes antipathiques et psychopathes dans ce village. On s'attache aux habitants surtout lorsque l'on se rend compte qu'ils adorent tous leur Agatha. L'intrigue est bien ficelée et on découvre en même temps qu'Agatha l’assassin de cette pauvre Mary.

Ce tome me donne encore plus l'envie de continuer cette série. J'ai même appris qu'il existe une série télé qui a été diffusée sur France 3. Peut être que je m'y pencherai un jour.

Pour le côté gastronomique de cette article, je me suis inspirée du tea time très important dans ce roman. Voici donc une recette de scones. Ils sont délicieux accompagnés de confiture de prunes. Mes invités du jour en ont fait qu'une bouchée.
Si vous prend l'envie de manger des scones salées, c'est ici



Scones sucrés  

Ingrédients :

 -  12 cL de lait (je n'ai pas essayé avec du lait végétal mais ça doit fonctionner)
 - 3 cuillères à café de levure chimique
 - 50g de beurre
 - 200 g de farine

Sortez le beurre du frigo 30 minutes avant de commencer ou passez le un petit coup au micro onde. Il doit être mou pas liquide. Préchauffez votre four à 180°C. 

Versez la farine dans un saladier, ajoutez y le beurre et mélangez à l'aide d'une cuillère en bois ou pour les plus téméraires avec les mains. 

Ajoutez au mélange la levure puis petit à petit le lait jusqu'à ce que la pâte soit assez ferme. A l'aide d'un rouleau à pâtisserie, étalez votre pâte sur un plan de travail. Ne le farinez pas trop. La pâte doit être assez épaisse (3 cm d'épaisseur environ). Découpez vos scones avec un emporte pièce ou un verre. Badigeonnez les avec du lait pour les dorer.

Enfournez les environ 10 minutes.

Servez les à l'heure du tea time avec de la confiture, du miel, ou du beurre.





jeudi 24 mai 2018

Tag sur les livres

Bonjour,

Aujourd'hui, je vous propose un article un peu particulier : un tag sur les livres. J'ai été taggué par Gaëtane, vous pouvez lire ses réponses ici. Commençons ce tag.


1. Avec quel(le) auteur(e) voudriez-vous partager un déjeuner ? 

Si je devais choisir un auteur pour partager un déjeuner voire plus (attention n'y voyez pas de sous entendu sexuel, il n'y en pas.), je choisirai Elizabeth Gilbert. J'imagine avec elle tout d'abord préparer un repas et discuter pendant ce temps là de ses techniques de cuisine, de ces plats préférés de ses voyages, de tout et de rien. Ensuite nous dégusterons ces plats avec des amis. Je trouve que dans les dîners entre amis, les discutions les plus intéressantes se passent à l'écart dans la cuisine. Quand on coupe des légumes, on se livre, on rigole, c'est vraiment sympa.

J'ai beaucoup aimé Mange, Prie, Aime et L'empreinte de toute chose. Ces livres sont vraiment inspirants. Ils donnent envie de voyager, d'apprendre de nouvelles choses, de vivre plus simplement, sans stress. J'aimerai beaucoup lui poser plein de questions, et refaire le monde avec elle. 

2. Quel(le) auteur(e) voudriez-vous ramener à la vie ?  

Léon Tolstoï ! Il a écrit des chefs d’œuvres : Anna Karénine, Guerre et Paix. Imaginons s'il avez eu plus de temps, il aurait peut être pu en écrire bien d'autre. 

Mis à part l'envie de découvrir d'autres livres incroyables, j'aimerai bien aussi prendre du temps pour discuter avec lui. Je trouve qu'il a des idées incroyablement modernes pour son époque. Dans Anna Karénine, il met Lévine sur un piédestal parce qu'il ne veut pas habiter la ville, il préfère la campagne, le contact avec la nature. Il ne veut pas de cette vie moscovite superficielle que vivent les autres personnages. Cela fait aussi partie de mes principes de vie. Je veux prendre le temps, je ne veux pas me comparer aux autres, j'ai ce que j'ai et je n'en veux pas plus. J'ai l'impression que Tolstoï adhère aussi à ces principes. On s’entendrait peut être super bien.

3. Quel livre voudriez-vous racheter pour le plaisir d’avoir une édition plus belle ?


J'ai pas mal de belles éditions dans ma bibliothèque. Elles sont souvent chinés et viennent à moi sans que je les cherche spécialement. Généralement, ce sont des classiques : les contes de Grimm, les romans des sœurs Brontë, les romans de Jules Verne. Si je devais en avoir d'autres, j'aimerai bien de belles éditions des romans de Tolstoï, des livres de Simone de Beauvoir par exemple.





4. Quel livre, que tout le monde (ou presque) a lu, ne vous fait pas envie du tout ?

 

Je ne dis jamais que je ne lirai pas un livre. Ils viennent aussi à moi de façon aléatoire : entre les livres que l'on me prête, ceux que j'emprunte, je peux donc essayer sans avoir peur de me tromper. Quelques fois, la curiosité me pousse à lire des livres qui ont eu beaucoup de succès mais sans pour autant qu'ils m'attirent. C'est ce qui est arrivé pour Twilight. J'ai lu, j'ai vu ce que c'était. 

Si vraiment je dois citer des livres, je dirais les livres adolescents/jeunes adultes. Sur la blogosphère, je vois beaucoup de titres qui sont lus mais aucun me donne envie. J'ai l'impression que ces séries sont crées et écrites pour vendre du livre. J'ai lu des livres pour ado quand j'avais cet âge : les Meg Cabot, les journaux intimes de Georgia Nicolson ... A cette époque, je ne pense pas qu'il y avait autant de business autour.

5. Quel genre vous fait envie, sans que vous osiez vous lancer ?

 

La servante écarlate m'a donné envie de lire davantage de dystopie. J'ai déjà lu 1984 dans le passé, j'avais beaucoup aimé. J'aimerai découvrir ce style mais j'ai aucune idée d'autres titres que je pourrai lire et aimer. Si vous avez des titres, je suis preneuse.


Je ne taggue personne mais si vous êtes intéressé par ce tag, faites le moi savoir et je serai ravie de lire vos réponses.