jeudi 11 octobre 2018

Emily Dickinson et son pain d'épices

La vie secrète d'Emily Dickinson de Jerome Charyn





Après deux semaines d'interruption d'activité blogguesque, je reviens avec une relecture. Je n'ai pas l'habitude de relire des romans mais c'était vraiment une période particulière pour moi et je n'avais envie de rien de nouveau. J'avais lu ce roman une première fois en 2013 il me semble et je l'avais adoré, surtout la première partie. Et je trouvais que la seconde était un peu plus sombre et finalement à la relecture, j'ai redécouvert cette partie.

Ceci n'est vraiment pas une biographie même si le personnage principal a véritablement existé et l'auteur le mentionne dès le début. Des personnages ont été inventés mais dans l'ensemble, il s'agit de raconter la vie de cette poétesse américaine. L'histoire débute quand Emily est au pensionnat Mont Holyoke, elle y fait la connaissance d'une élève sans le sou Zilpah March, et le factorum Tom qui auront une grande importance dans sa vie. En effet, elle tombera amoureuse de ce Tom tatoué qui ne cessera de la hanter toute sa vie sous différentes identités. Tom ne sera pas son seul amoureux, il y aura d'autres rencontres intéressantes.

Elle parle également de sa plume et de son inspiration., On voit que dans sa vie son père a une importance capitale, ce qui explique peut être qu'elle ne se soit jamais mariée. Et en même temps si elle avait été mariée et mère de plusieurs enfants, serait elle devenue célèbre pour sa poésie ? Je n'en suis pas sûre.



J'ai beaucoup aimé dans ce livre, le ton avec lequel l'auteur écrit. C'est assez magique, on se sent vraiment dans la tête d'Emily et en même temps, c'est fluide, poétique, vraiment magique. Même quand elle vieillit et traverse des périodes sombres, ce ton reste. J'ai beaucoup aimé les métaphores et cela contribue à créer son monde. Je ne connaissais pas cet auteur avant de lire ce roman, mais il a écrit bien d'autre livres que j'aimerai bien découvrir.

Et vous est ce que vous le connaissiez ?

Pour la partie cuisine de cet article, j'ai voulu rendre honneur à la jeune Emily qui aimait faire du pain le matin pour ses camarades, elle y rajoutait des épices. Il était vraiment beaucoup apprécié par les pensionnaires de Mont Holyoke. Voici donc la recette d'un pain d'épices. Je n'ai malheureusement pas pu y goûter puisque je l'ai oublié chez mes parents. Eux par contre ont apprécié cet oubli  alors qu'ils  ne se sont à la base pas fan du pain d'épices du commerce. Je pense donc l'avoir réussi.




Le pain d'épices


Ingrédients :
 - 180 g de miel
 - 250 g de farine
 - 100 g de sucre
 - 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
 - 100 g de beurre
 - 150 mL de jus d'orange pressée
 - 1 cuillère à café de mélange pour pain d'épices

Préchauffez votre four à 180°C. Dans une casserole, faites chauffer à feu doux le jus d'orange, le beurre et le miel. Une fois le beurre fondu, laissez tiédir le mélange.

Transvasez ce mélange dans un cul de poule, ajoutez les ingrédients secs et mélangez bien. Versez le tout dans un moule à cake préalablement beurré ou en silicone.

Enfournez votre pain pour 35 min. Laissez le tiédir et démoulez le avant de déguster.

jeudi 20 septembre 2018

Entrons dans la Vie secrète des arbres

La vie Secrète des arbres de Peter Wohlleben





Cela fait quelque temps que je tourne autour de ce livre. Il me donnait envie pourtant ce n'était jamais le bon moment et puis ce moment est venu. Et je suis entrée dans la forêt de ce forestier de génie qui prône un retour au naturel. Ce déclic lui est venu grâce aux visiteurs qui lui ont ouvert les yeux et fait redécouvrir la beauté des arbres. Ces derniers ne sont pas que des potentiels futures planches de bois et justement ceux qui ne correspondent pas aux critères des sylviculteurs ne sont-ils pas les plus impressionnants, les plus beaux ?

Il s'est donc penché sur des études, avide d'en apprendre plus. Il s'est mis à observer et a finis par écrire ce livre pour transmettre toutes ses connaissances et son amour des forêts à un public plus large. On y apprend plein de choses : la communication entre les arbres, leur relation avec les champignons, la compétition pour une place au soleil, les conséquences du réchauffement planétaire, les arbres des villes, la reproduction, la migration et encore plein d'autres thèmes. Vous allez apprendre comment les arbres font disparaître le vert de leurs feuilles à l'automne et comment ils se défendent contre les insectes.



Ce livre est vraiment intéressant parce qu'à partir de données scientifiques, d'études, l'auteur nous parle des arbres comme s'ils étaient des personnages. Pour lui, ils ressentent des choses, crient, souffrent de la déshydratation, communiquent... En lisant ce livre, je me suis dit "ouahh, j'ai en partie arrêté de manger de la viande à cause de la maltraitance animale alors maintenant sachant ça je fais quoi". Je me suis limite entendu penser au cri de la carotte. D'ailleurs si les arbres communiquent entre eux qu'en est il des plantes que l'on a dans son potager, du blé qui pousse dans les champs ? 

Ce livre fait réfléchir sur l'environnement. Je ne sais pas s'il existe des lieux gérés comme cette forêt en France mais j'aimerai bien. Ce livre donne aussi envie de se promener en forêt et d'observer tout les arbres, d'essayer de reconnaître les hêtres, les chênes, leurs blessures, leurs cicatrices.

Pour célébrer l'automne, je vous propose de profiter des belles couleurs de la forêt et de manger des muffins aux noisettes.



Muffins aux noisettes


Ingrédients :

 - 4 œufs
 - 170 g de sucre
 - 250 g de noisettes en poudre
 - 2 cuillères à soupe de farine
 - 1/2 sachet de levure

Préchauffez le four à 180°C.
Mélangez les œufs et le sucre à l'aide d'une cuillère en bois pour les plus courageux, d'un batteur pour les autres. Ajoutez la farine, la levure et la poudre de noisettes et mélangez. Versez le mélange dans des moules à muffins.
Enfournez votre tournée de muffins et laissez les cuire pendant 20 à 25 min.

Bel Automne !



vendredi 14 septembre 2018

L'amie Prodigieuse, tartines et marque page !

L'Amie Prodigieuse d'Elena Ferrante




Aujourd’hui, je vais vous présenter un livre trouvé dans une boîte à livres. J'ai eu envie après cette lecture de le rendre à une autre boîte à livres mais d'y laisser une trace pour montrer son histoire. Je ne l'abandonne pas parce qu'il ne m'a pas plus mais parce que j'ai envie de continuer de partager cette lecture intéressante avec d'autres. Et puis n'est ce pas la raison de ce dispositif !

Pour laisser une trace, j'ai crée un marque page et j'ai voulu vous le montrer puisqu'il est a l'image de ce blog et il vous montrera mes tocs de rat de bibliothèque. En effet, depuis des années, j'utilise mes marques pages, une simple feuille de papier A4 pliée en 4, pour noter tout les titres des livres que je lis. De ce fait, je n'ai pas besoin de les posséder tous pour m'en souvenir. Cela me permet de faire les comptes, et puis de temps en temps, j'aime me plonger dans ces listes et me remémorer les périodes de ma vie où je lisais ces livres.





Voilà après ce moment nostalgique ou complètement toqué, entrons dans le vif du sujet ! L'amie Prodigieuse est le premier tome d'une saga ayant un succès certain dans le monde. La narratrice, Elena Greco raconte son enfance, son adolescence, le début de son amitié avec Raffaella Cerullo.

Elles sont assez similaires, essaient de survivre dans l'univers impitoyable d'une quartier napolitain au milieu des années 50. Elles sont avides de connaissances, et rivalisent pour devenir première de la classe et la chouchou de la maîtresse. Leur destinée vient à se séparer lorsque les parents de Lila (Raffaella) refuse qu'elle entre au collège, elle aidera sa mère à la maison, son père et son frère dans leur métier de cordonnier. Son rêve de devenir riche en écrivant des livres se transformera en devenir riche en ayant une usine à chaussures. Dés lors, créer sa propre paire deviendra son obsession. Leur compétition continuera tout de même, Lila empruntera des livres en cachette à la bibliothèque pour apprendre le latin et le grec et continuer ses apprentissages tandis que la narratrice continuera à l'admirer mais en même temps l'envier tout en réalisant que c'est une chance de poursuivre ses études d'autant plus qu'elle est brillante.



Je trouve que leur relation est assez étrange : ce mélange de compétition, de comparaison, alors même qu'elles ont besoin l'une de l'autre parce qu'elles sont intelligentes et cultivées et que la seule personne intéressante à qui parler est l'autre. Je trouve que la narratrice est plus dépendante de Lila que cette dernière et pourtant, cet état de fait pourrait basculer à tout moment, surtout au moment de l'adolescence. On voit qu'elle prend de l'assurance en même temps qu'elle bat des record en performance scolaire. J'ai beaucoup aimé aussi les différentes histoires de familles, de clans, mais aussi les histoires d'amour. Autant les histoires de Lila, qui les a tous à ses pieds ne m'intéressaient pas trop, c'est vraiment trop, autant celles de la narratrice sont intéressantes et on a envie qu'elle y aille, qu'elle se rende compte qu'elle aussi est admirable, belle et intéressante.

En résumé, j'ai aimé cette lecture pour ces personnages complexes, cette vie de quartier même si cette compétition permanente entre ces deux jeunes filles me rend folle. Est ce vraiment de l'amitié ? Vaste question ! Qu'en pensez vous ?

Après ce pavé, un peu de légèreté avec ces tartines que l'on peut proposer en apéritif dînatoire.



Tartines Apéritives :


Pesto-poivron :
 - 1 poivron
 - Quelques tartines de pain épaisses
 - 1 gousse d'ail
 - 20 g de feuilles de basilic
 - 10 g de noisettes (ou de pignons de pin si vous êtes un puriste)
 - 5 cL d'huile d'olive
 - 20 g de parmesan

Commençons par le pesto à moins que vous en avez en conserve. Hachez la gousse d'ail et les feuilles de basilic. Dans votre blender, versez le parmesan, les feuilles de basilic, l'ail, les noisettes, mixez. Ajoutez ensuite dans le bol du blender, l'huile d'olive. Mixer de nouveau.

Préchauffez le four à 180°C. Coupez en lamelle le poivron. Dans une poêle huilée chaude, faite cuire vos lamelles de poivron.

Préparez ensuite vos tartines. Sur le pain, tartinez le pesto, placez y les lamelles de poivron cuites et enfournez pour quelques minutes.

Tomates mozza
 - Quelques tomates
 - Huile d'olive
 - une gousse d'ail
 - une demi boule de mozzarella
 - quelques tartines de pain épaisses
 - jambon sec (facultatif)

Préchauffez le four à 180°C. Frottez une demi gousse d'ail contre le pain. Coupez les tomates en morceaux ainsi que la mozzarella. Déposez ces morceaux sur le pain. Arrosez légèrement d'huile d'olive et enfournez pour quelques minutes.

Dégustez ces tartines avec quelques amis et si vous voulez en plus des toasts au cheddar, la recette est ici. Bonne soirée !






jeudi 6 septembre 2018

Rendez vous au cupcake café

Rendez vous au cupcake café de Jenny Colgan




Vous connaissez peut être l'auteure de ce livre : Jenny Colgan qui a écrit également la très célèbre Petite boulangerie du bout du monde. Je n'ai pas eu l'honneur de lire son précèdent livre, je la découvre donc avec ce Cupcake café. En voyant ce livre, je me suis dit : il est parfait pour le blog mais je ne suis pas sûre d'avoir envie d'une lecture légère et finalement, je me suis laisser prendre par cet univers.

D'une société immobilière à un salon de thé bien kitch ou comment rebondir après un licenciement. Voici Izzy, trentenaire en coloc embourbée dans une histoire avec son ancien patron mais en même temps tombée sous le charme de son banquier, elle montrera à tout le monde qu'elle est capable de monter sa propre affaire, de rendre fier son grand père lui même boulanger, et de s'épanouir dans une nouvelle carrière malgré les embûches. 

A chaque nouveau chapitre, elle nous partage une de ces recettes. Au menu : Gâteau tatin aux poires, cake au citron "Exauceur" de souhaits, cupcake meringués à la fraise... D'autres nous font envie comme ce cukcake chocolat épices qui lui reste toujours sur les bras parce que peut être un peu trop avant-gardiste pour ses clients, personnellement, celui ci me tente bien. Imaginez la cannelle, le chocolat, ça doit bien se marier. 

Et quand je vous disais que ce roman est fait pour blog, son grand père voue un culte aux cuillères en bois. Il refuse tout recourt aux batteurs, aux fouets, pour lui, rien de tel que cet outil mythique : la cuillère en bois. Ça fait les bras et ça rend meilleurs les gâteaux.



J'ai beaucoup aimé cette histoire, je me suis reconnue un peu dans cette histoire de licenciement : Que faire ensuite ? Et si je changeais totalement de carrière professionnelle ? Elle montre que c'est possible, qu'il ne faut pas avoir peur de sortir de son cercle de confort surtout si on ne s'épanouit pas dans l'actuel. Et puis un changement dans un domaine de sa vie entraîne aussi parfois d'autres changements dans d'autres sphères qui peuvent être bénéfiques aussi.

J'ai adoré aussi cet univers girly, sa cuisine rose, son cupcake café, j'adorerai m’asseoir à la table près de la cheminé, boire un chocolat chaud et manger une de ces fabuleuses pâtisseries et ses tenues. On est tellement mieux dans une petite robe à fleurs.

Et puis je ne peux que conclure cet article avec une recette de cupcake. C'est la dernière qui est proposée, elle est simple, personnalisable et permet aux moins doués d'entre nous de réussir ces petits gâteaux.



Cupcake pour débutants


Ingrédients : (pour 12 cupcakes)

 - 125g de beurre doux, à température ambiante
 - 125 g de sucre
 - 2 œufs à température ambiante
 - 125 g de farine
 - 1 cuillère à café de levure
 - 1 cuillère à café d'extrait de vanille
 - 2 cuillères à soupe de lait d'amande

Pour la crème au beurre
 - 125 g de beurre doux à température ambiante
 - 250 g de sucre glace
 - 1 cuillère à café d'extrait de vanille
 - un peu de lait d'amande (commencez par incorporer une cuillère à soupe, un peu plus si la crème n'a pas la texture désirée)
 - un peu de colorant en poudre naturel pour rendre cette crème plus girly.

Préchauffez votre four à 180°C(Th7).

Fouettez le beurre et le sucre avec une magnifique cuillère en bois jusqu'à obtenir un mélange clair, homogène. Plusieurs minutes sont nécessaires pour obtenir ce résultat. Ajoutez les œufs, la farine, la vanille, le lait et mélangez le tout pour obtenir une pâte lisse et fluide. Si cette dernière n'est pas assez lisse, il fait ajouter une cuillère de lait.

Versez la pâte dans les caissettes. Faites les cuire pendant 12 minutes. Faites le test du couteau pour vérifier s'ils sont assez cuits.

Laissez vos petits gâteaux refroidir et passons à la crème au beurre.
Dans un saladier, fouettez de nouveau avec une cuillère en bois le beurre jusqu'à ce qu'il soit mousseux. Ajoutez le sucre glace. Continuez à mélanger jusqu'à ce que le mélange soit homogène et jusqu'à ce que la préparation ne soit plus granuleuse lorsque vous en placez un peu sous votre palais. J'aime beaucoup ce test.

Incorporez ensuite la vanille le lait et la poudre colorante. Ajoutez un peu de lait supplémentaire si la crème n'est pas assez onctueuse mais faites attention à ne pas la rendre trop liquide.

Ensuite vient l'étape plus difficile de la poche à douille. Remplissez celle ci avec la crème au beurre. Et déposez la crème sur vos cupcakes. Vous pouvez aussi ajoutez des petits décors pour rendre vos petits gâteaux encore plus kitch.

Dégustez, profitez, et refaites des cupcakes.





jeudi 30 août 2018

Moyen-Âge, Ken Follet Partie 3 : Une colonne de feu

Une Colonne de Feu de Ken Follett



Pour ce troisième tome de cette saga, nous sommes plus dans la période du Moyen-Âge à proprement parlé mais dans la Renaissance. Mais ce livre fait bien partie de cette série. On retrouve notre chère ville de Kingsbridge, et sa cathédrale majestueuse. Cette fois, le fil conducteur de ce tome sera la guerre entre les religions : le protestantisme qui se développe face au catholicisme.

Cette guerre des religions ne frappera pas que l'Angleterre mais toute l'Europe : en effet, nous voyageons avec ce livre : l'Espagne, la Hollande espagnole, la France, Paris mais aussi Calais, l'Ecosse et même le nouveau monde. Encore une fois, une multitude de personnage sont présents et lutterons pour vivre selon leurs convictions.

L'auteur nous a même préparé au début de ce livre la liste des personnages en les classant selon leurs familles et en indiquant s'ils ont réellement existé ou s'ils sont issus de son imagination. Cela peut aider ses lecteurs dans la compréhension de cette histoire.



Nous ferons donc la rencontre de Ned Willard, un jeune fils de marchand, au début de ce livre qui deviendra avec les aléas de sa vie espion pour la future Reine Elisabeth. Il entrera à son service après avoir vu un habitant de Kingbridge brûler, parce qu'il était protestant. Il aurait aimé prendre la suite de sa mère et épouser la belle et intelligente Margery Fitzgerald mais sa famille a préféré l'unir au futur comte de Shiring, Bart. Les luttes pour le pouvoir et s'élever dans la hiérarchie n'ont pas disparu avec ce tome.

Nous suivrons également les aventures du frère de Ned Barney qui au début de ce roman se trouve dans l'Espagne très Catholique chez son cousin. Ils travaillent ensemble à construire un four pour fondre le métal plus rapidement. Ils sont aidé dans leur tâche par l'esclave de la famille Ebrima. Bien vite, ce petit monde sera bousculé également par les puritains qui les menaceront, ils seront obligés de fuir sur un bateau, c'est ainsi qu'ils partiront à l'aventure vers d'autres contrés.

En France, le famille Palot possède une petite librairie fleurissante tout prêt de Notre Dame. Ils sont protestants et vendent secrètement des Bibles en Français. Eux aussi feront face aux ultra catholiques de la puissante Famille de Guise proche des souverains français et de la tolérante Catherine de Médicis.

Ce roman est encore une fois riche, puissant, intéressant, très prenant. On révise beaucoup son histoire de France (et d'Angleterre) et j'ai eu la chance de le lire pendant mes vacances dans le Val de Loire. Donc j'ai visité les magnifique châteaux qu'ont fait construire la famille royale et où se sont déroulé quelques uns des événements importants de ce roman. Les personnages ne m'ont pas quitté une seule seconde pendant mes vacances, j'en discutais avec mon conjoint, nos voisins de camping ...  Ils sont vraiment attachants. C'est vraiment signe d'un très bon roman. Et encore une fois, ce livre est très bien documenté. On apprend vraiment beaucoup de choses.

La fin laisse paraître peut être un nouveau tome ailleurs dans le monde. J'aimerai beaucoup prolonger ma lecture de cette saga donc Mr Ken Follett, j'espère que l'imagination et l'envie est encore là pour un autre tome.

Avant de cuisiner, je vous laisse admirer quelques cuisines de l'époque des châteaux de la Loire. On a envie d'y cuisiner au coin du feu, je trouve.

Cuisine du château de Beaugency

Cuisine du château de Meug sur Loire

Cuisine du château de Langeais


Buvons à cet excellent roman que je vous conseille comme cet Hydromel (avec modération bien entendu) qui accompagnera très bien un repas médiéval. Vous pouvez trouver ici et ici des idées pour le réaliser.



L'Hydromel


Ingrédients :

 - 1 kg de miel
 - 2 L d'eau dont 1 L réfrigéré pendant au moins 24h
 - 10 g de levure de boulanger
 - Épices de votre choix : gingembre, clous de girofle, cardamome, bâton de cannelle ...

L'hydromel se fabrique de la même façon que la bière. Si vous avez déjà testé la bière maison, cela va vous rappelez des souvenirs.

Désinfectez préalablement tout votre matériel. J'utilise pour cela un produit fait maison composé d'un litre d'eau de deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude, et de deux cuillères à soupe de vinaigre blanc. Nettoyer vos bouteilles, votre dame Jeanne ...

Faire fondre le miel jusqu'à ébullition. Ajoutez un litre d'eau bouillante et les épices dans un nouet de toile fine (un torchon propre fait très bien l'affaire) , laissez bouillir encore pendant 30 min.

Dans une marmite, versez votre mélange de miel puis ajoutez votre litre d'eau froide pour faire un choc thermique. Versez ce mélange dans une dame Jeanne. Prélevez un peu de votre mélange dans un verre et mesurez la température. Lorsque celle ci sera comprise entre 21 et 27°C, ajoutez et délayez votre levure. La température est importante, en dessous de 21°C la levure ne fera pas son taf, au dessus de 27°, elle sera cuite.

Ajoutez ensuite votre levure dans la dame Jeanne. Laissez fermenter pendant 3 jours dans une pièce chaude à 20°C au moins (je fais ça dans ma salle de bain, ça fonctionne bien).

Filtrez et mettez en bouteille. Ne remplissez pas jusqu'au bout, car la fermentation n'est peut être pas finie et le mélange peut mousser. Privilégiez d'ailleurs des bouteilles de bières à bouchon mécanique type Fisher qui peuvent supporter la pression.

Gardez ensuite vos bouteilles au frais, à la cave par exemple.


jeudi 23 août 2018

Moyen Âge Ken Follet Partie 2 : Un monde sans fin

Un monde sans fin de Ken Follet



Ce roman est la suite du premier tome : Les Piliers de la terre mais si vous n'avez pas lu le premier tome, ce n'est pas grave puisque l'action se déroule des siècles plus tard. Les personnages du premier tome sont mentionnés comme étant important dans l'Histoire de la ville seulement. Je l'ai lu rapidement après le premier tome et j'ai adoré tout autant.

Dans ce roman, l'histoire se déroule au XIVe siècle dans la belle ville imaginaire de Kingsbridge. Comme pour le roman précédent, il y a beaucoup de personnages, et de petites intrigues qui font avancer l'Histoire avec un grand H. En effet, quatre enfants dans la première partie sont témoins malgré eux d'un meurtre. Deux soldats au service de la Reine sont tués, et une lettre mystérieuse est enterrée dans la forêt. Ces quatre enfants sont Gwenda, une jeune paysanne vivant dans une famille pauvre qui ont peu l'esprit de famille en effet son père la vendra. Elle devra faire preuve de ressource incroyable pour survivre dans ce monde impitoyable.

Merthin et son frère Ralf sont également témoins de ce crime. L'histoire de Merthin restera gravée dans l'histoire dans la ville puisqu'il deviendra bâtisseur. Il fera son apprentissage auprès d'Elfric. Leur relation sera vraiment compliquée puisqu'il seront concurrents et auront des visions différentes pour la ville et leurs familles.

Caris est la dernière enfant à être présente à ce moment dans la forêt. Elle est issue d'une lignée de marchands de laine. Elle vit avec sa tante qui a des projets pour elle qui lui plaisent pas. Elle s'intéresse aux remèdes, côtoie une vieille femme qui sera accusée de sorcellerie. Elle même le sera plus tard, l'obligeant à devenir religieuse ce qui mettra en péril la relation qu'elle entretenait avec Merthin.

Le Comté de Shiring et le Prieuré de Kingsbridge seront encore le lieu de batailles pour le pouvoir et l'argent. Les personnages devront faire face à l’effondrement d'une partie de la cathédrale, un pont trop vieux et trop étroit qui s'effondrera également, et la peste noire.

Tout comme dans le tome précédent, on prie, on serre les fesses pour que tout se passe bien pour nos personnages préférés, tout en maudissant les vilains qui ne rêve de pouvoir et d'argent. Malgré ce pavé, on tourne les pages les unes après les autres pour connaitre la suite de leurs aventures et sans s'en rendre compte on lit des centaines de pages.



Encore une fois, Ken Follet a réussi à me scotcher à ce livre. Les personnages sont vraiment intéressants et attachants. J'aime beaucoup aussi comment il met en valeur les personnages féminins. On pensent tous que le rôle des femmes à cette époque est de faire des enfants et de s'occuper du foyer et bien non, elles ont aussi un rôle dans le commerce, et d'autres pans de la société, même si cette dernière reste très violente à leur égard.

J'ai essayé de résumer au mieux ce livre mais honnêtement cela est impossible, si vous ne me croyez pas regardez la page Wikipedia. C'est tellement riche, il y a tellement de personnages et d'intrigues, on ne s'ennuie vraiment pas une seconde. Pour ceux qui aurait peur de s'y perdre, je pense qu'il faut choisir un moment où vous savez que vous allez lire tout les jours comme les vacances par exemple. Malgré cela le style est simple mais efficace.

Pour le troisième tome que j'ai fini récemment, rendez vous la semaine prochaine et en attendant voici une recette médiévale.


La porez navets-pommes

Ingrédients : 
 - 4 navets
 - 3 pommes
 - 2 bonnes grosses cuillères à soupe de miel
 - 1 cuillère à café de cannelle
 - 1 cuillère à café de muscade
 - 1 bonne noisette de beurre
 - 1 pincée de sel
 - eau

Épluchez, épépinez et coupez en petits cubes les pommes. Faites de même pour les navets. Mettez ensuite tous les ingrédients dans un faitout, une marmite, couvrez d'eau et laissez mijoter 30 à 45 minutes. Rajoutez de l'eau si nécessaire.

Une fois cuit, écrasez vos morceaux en purée. Le mélange doit être homogène, ce n'est pas le cas sur ma photo, mes navets étaient un peu dur encore mais c'était très bon. 

Vous pouvez accompagner votre porez de viande, le porc se marie très bien avec la pomme. Pour ma part, je ne mange pas de viande. Je me suis contentée de l'accompagner de pain aux graines pour un repas léger.

Si vous souhaitez d'autres recettes médiévales, méfiez vous de ce que l'on peut trouver sur internet, elle sont souvent modifiés. Il faut avoir à l'esprit que dans l'Europe Médiévale, la pomme de terre, le sucre et bien d'autres ingrédients n'existent pas. Ils sont originaires du nouveau monde. J'ai trouvé cette recette sur le site d'une compagnie belge de reconstitution : Les Fers de lance qui organise chaque premier week-end d’août une super fête à Rebecq en Belgique (Pour les fans de bière, c'est où est brassée la Barbar!) 

A la semaine prochaine pour la suite et fin de cette saga.

jeudi 16 août 2018

Blogger Recognition Award

https://3.bp.blogspot.com/-m18EAJs3oDQ/W2MAypNMW1I/AAAAAAAACTM/0J5tr7TK7pYb9DcWGE3QOQbv_cdXOmUegCLcBGAs/s1600/blogger-recognition-award1-e1529307981815.jpg 

Au début du mois d'Août, Gaëtane m'a nominé au Blogger Recognition Award.  Je l'en remercie beaucoup. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé ce qu'elle a écrit sur ce blog. Je répond donc avec une grande joie à ce tag.


Comment est-né mon blog ?

L'idée de ce blog est née au début d'une période de chômage. Je passais beaucoup de temps sur Hellocoton. Je bavais devant des blogs de cuisine, de DIY et même des blogs famille. J'ai découvert tout un monde qui correspondait à mes aspirations, mes envies. C'est devenu une source d'inspiration et même d'information. J'ai maturé pendant des mois cette envie. J'ai su rapidement que je voulais un blog littéraire parce que la lecture est une de mes passions depuis que je sais lire, l'idée d'y rajouter la  cuisine est venue assez rapidement aussi mais la question était comment associer les deux.

J'ai commencé à prendre des photos de mes idées d'articles, j'ai commencé aussi à prendre des notes puis je me suis lancée. Quelques semaines après mes débuts, je recommençais à travailler et de façon très intensive. Je n'avais pas anticipé pour que mon blog continue à vivre pendant mes périodes d'indisponibilité. Après l'été, j'ai repris la main, j'ai commencé à prendre ma routine, j'ai découvert d'autres blogueuses littéraires, moi qui n'étais étrangement pas une lectrice de blogs littéraires.

Un peu plus d'un an après, j'ai réussi à trouver un emploi stable, mon blog a de plus en plus de vues, et j'ai réussi à trouver un équilibre entre les deux. Je suis plutôt contente de cela et l'inspiration est toujours là.





Mes conseils aux blogueurs débutants :

 1. S'organiser 

Avoir un blog prend du temps et si on ne veut pas être débordé entre son blog, son taf et la vie, il faut s'organiser. C'est pour cela que j'ai choisi de ne publier qu'un article par semaine. Je n'ai pas le temps d'en faire plus. Surtout que dans mon cas, je dois lire un livre et réaliser un plat par semaine. Ensuite, il faut prendre des photos, et écrire l'article.

Mes articles sont programmés. Ils sont donc publié toujours le même jour de la semaine à la même heure. ça me donne une deadline et cela crée un rendez vous pour mes lecteurs.

2. Ne pas se prendre la tête

Avoir un blog pour moi est un loisir, ça ne doit pas devenir une source de stress. Il ne faut donc pas se mettre la pression avec des objectifs en terme de vues, de nombres de commentaires et même de publications. Si vous n'avez pas le temps, c'est pas grave. Préférez vivre votre vie.

Et surtout lire ou cuisiner doit rester un plaisir. Je ne vais pas lire un livre que je n'ai pas envie de lire pour faire plaisir à mon lectorat, pareil pour la cuisine.

3. Créer du contenu

Durant mes promenades sur le net, j'ai trop vu d'articles de blogs sans contenu avec des titres accrocheurs. Je ne vois pas trop l'intérêt, et ce n'est pas mon but. Et je pense que tout futur blogueur a intérêt à créer du contenu à son image pour attirer et fidéliser les lecteurs.

4. Privilégier la lumière naturelle

Pour les photos, peu importe votre appareil, nous n'avons pas tous un budget de fou pour s'acheter un appareil photo pro mais pour avoir de belles images la lumière naturelle est ce qu'il y a de mieux. 

5. Respectez vos lecteurs, les auteurs ...

Votre blog va être amener à être lu et même si vous avez des avis parfois très tranchés, je pense qu'il faut toujours se montrer respectueux des autres mais aussi des auteurs. En effet, le livre qui nous a pas plu a été est le bébé de quelqu'un. Cette personne y a mis tout son cœur donc soyez constructif dans votre critique. Ne dites pas ce livre est une bouse, mais je n'ai pas aimé ce livre pour telle et telle raisons. Vous allez crée aussi ainsi un dialogue avec vos lecteurs où ils pourront exprimer leurs avis contraire ou pas avec le votre. 

6. Lisez, commentez, aimez d'autres blogs

La créativité ne vient pas seule, il faut la nourrir, il faut être curieux. La lecture d'autres blogs permet entre autre cela. Bien évidement, il faut apporter sa pâte et ne pas pomper votre voisin. La lecture de blogs vous apprendra plein de choses aussi : comment créer son blog, comment augmenter sa visibilité et puis commenter, aimer, s'abonner vous permettra d'échanger mais aussi de faire connaitre votre propre blog et  créer votre communauté.

Les nominés pour les Blogger Recognition Award :


Tout comme les blogueuses précédentes, je fais faire une liste de blogs que j'aime beaucoup. Lors des tags précédents, je n'ai jamais nommé d'autres personnes parce que j'estime qu'on est libre ou pas de le faire et que je n'oblige personne à lire mon blog ou à répondre à ce genre de choses. Donc soyez libre, faites ce que vous voulez !

Manon Woodstock : j'aime beaucoup ses articles qui traitent d'écologie, de problèmes de société et de thèmes toujours pertinents. Les articles sont longs mais toujours documentés, détaillés et très intéressants.

Not Parisienne : un blog de cuisine avec des recettes toujours gourmandes mais simple à réaliser. Je salive beaucoup en regardant ce blog. 😋

DEEDR : Un blog littéraire écrit à quatre mains. Des chroniques littéraires intéressantes, des billets écrits par deux amies très drôles et qui montrent leur complicité.

Bliss Cocotte : un blog très coloré parlant de familles, de créations... Son univers me fait rêver.

Si elle ne l'avait pas fait avant, j'aurai également nominé Gaëtane. Je vous invite d'ailleurs à aller sur son blog. Si vous aimez la littérature anglaise, les polars, vous allez trouver votre bonheur. Son blog donne beaucoup d'idées de lecture. Elle n'hésite pas à donner son avis mais toujours de façon constructive qui fait que vous pouvez discuter avec elle, donner votre avis, et vous fier aussi au sien.


Les règles pour les nominés, pour présenter votre Award :
 - Écrire un article montrant votre Award
 - Dans cet article, remercier le blogueur qui vous a nominé et donnez le lien vers son blog
 - Décrire brièvement comment est né votre blog
 - Donner quelques conseils aux blogueurs débutants
 - Sélectionner 15 blogs qui selon vous méritent l’award
 - Allez écrire un commentaire sur chacun de ces blogs pour leur faire savoir que vous les avez nominés
 - Soyez inspirés pour profiter de chaque instant tous les jours de votre vie.

 




jeudi 9 août 2018

Mais qui est Pierre Rabhi ?

Éloge du génie créateur de la société civile de Pierre Rabhi

 


Le livre Demain et mes visites en librairie m'ont donné envie de découvrir qui est Pierre Rabhi. Il évoque des concepts intéressants comme la sobriété heureuse, et je suis effectivement d'accord avec ce qu'il dit dans Demain, mais il me manquait quelques chose donc j'ai lu le premier livre de cet homme qui m'ait tombé entre les mains.

Cet ouvrage a été publié à l'automne 2011 pour lancer le débat sur des thèmes d'écologie pendant la présidentielle de 2012 et mettre en lumière toutes les innovations, les initiatives des artisans, des hommes et des femmes qui ont envie de faire bouger les choses. Lors de la campagne présidentielle de 2002, il a essayé de se présenter dans le même but mais n'a pu réunir les 500 signatures nécessaires. Le mouvement Colibri a été crée également dans un contexte de campagne électorale en 2006 pour donner un espace de parole hors de tout clivage politique et permettre la visibilité nécessaire à ce combat.

Il débute cet essai par un constat sans pour autant être pessimiste sur le monde qui va mal. Il met en avant certaines questions : la faim dans le monde, les inégalités entre les hommes et les femmes, la condition animale, la société qui compte sur les associations et les ONG pour combattre les inégalités sociales. Et ensuite, il raconte comment il a mis sa vie au service de ces questions. Il a commencé par l'Agroécologie qui pour lui est le seul modèle d’agriculture viable pour répondre aux besoins alimentaires des paysans les plus pauvres. Cette expérience a commencé par l'achat d'une ferme familiale en Ardèche avant de faire des petits, de former d'autres paysans français mais aussi africains notamment au Burkina Faso.



Au delà des paysans, la sauvegarde de notre planète concerne tout le monde c'est pour cela que Pierre Rabhi a essayé de semer ces idées d'utopie à d'autres structures : une école, la ferme des enfants s'inspirant de la pédagogie Montessori, le Monastère de Solan qui se consacre à la sauvegarde de la Création en cultivant leur domaine agricole de façon écologique, le domaine de Kerbastic, l'institut bouddhiste Karma Ling...

A la fin de cet ouvrage se trouve en annexe le programme pour les élections présidentielles de 2002 et c'est vraiment bien dommage qu'il n' a pas pu se présenter parce que ce programme est positif, il montre que ce sont les citoyens individuellement qui peuvent être acteur d'un renouveau. Il démontre que la croissance n'est pas bénéfique, arrêtons avec la surconsommation, il prône le local, le respect du vivant, l'enthousiasme d'apprendre, le féminin au cœur du changement. Quand je lis cela j'ai envie de faire des cœurs avec les doigts. J'ai jamais kiffé autant un programme électoral. Cet essai est court et j'ai envie d'en savoir plus encore sur ces différentes expériences. Il met les liens en note de bas de page mais ce n'est pas suffisant pour moi même si j'ai apprécié tous ce qui a été dit. C'est une mise en bouche avant de me plonger dans d'autres ouvrages.

Et encore une fois, je vois ce lien entre féminisme et écologie, je vois que ce lien est souvent fait. Manon Woodstock en a fait même un article sur son blog que je vous invite à lire, il est vraiment sympa et bien documenté. Le problème est que je ne vois pas pourquoi ça serai davantage un problème de femme. Bon intuitivement, je vois le lien entre la mère nourricière et la terre qui nourrit ses enfants ... Mais j'ai surtout vu aussi beaucoup d'hommes connus qui se sont battu pour cette cause et peu de femmes donc je suis un peu dans le flou concernant cette question. Si vous avez des réponses, je suis preneuse.

En résumé, si vous voulez une façon rapide de vous informer sur qui est Pierre Rabhi, quels sont ces combats, ce livre est intéressant, si vous voulez des détails, privilégiez d'autres livres écrits par lui.

Pour vous rafraichir sans pour autant enrichir l'industrie agroalimentaire, je vous conseille de vous faire des eaux détox. Voici une de mes recettes préférées que je fais régulièrement dans ma gourde pour aller travailler.




Eau détox au citron et basilic

Ingrédients :
 - trois rondelles de citron obligatoirement bio si vous ne voulez pas être intoxiqué par les pesticides
 - trois feuilles de basilic qui vient de votre jardin, de votre balcon ou cuisine

Coupez trois rondelles de citron, plongez les dans votre gourde, ou un bocal en verre si vous restez à la maison, ajoutez les feuilles de basilic. Remplissez votre récipient d'eau. Laissez infuser quelques heures au frigo avant de vous rafraichir.  



jeudi 2 août 2018

Les femmes peuvent-elles renoncer aux hommes ?

L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes de Karine Lambert

 

Je vais vous présenter aujourd'hui une lecture parfaite pour un été passé au bord de la mer avec des enfants qui hurlent autour de vous. Dans ce roman, on fait d’abord la rencontre de Juliette, jeune femme, monteuse, célibataire, qui emménage dans l'appartement de Carla qui elle part pour quelques mois en Inde. Elle lui a fait part avant de partir des règles particulières de cet immeuble. Aucun homme n'y est admis. Pas même un électricien. Le seul mâle s'appelle Jean-Pierre et aime être caressé entre les oreilles. Je parle bien évidement d'un chat.

Les habitantes forment en quelques sorte une communauté autour d'une Reine, ancienne danseuse étoile, propriétaire de l'immeuble. Toutes vivent très bien sans hommes ou presque. En effet, Juliette va raviver quelques envies.

Les personnages sont intéressants. On apprend avec Juliette pourquoi elles ont renoncé. Les histoires sont assez touchantes : une Reine qui vit le déclin physique, une Sicilienne cherchant à se défaire de l'emprise familiale, une ancienne femme d'affaire avec le cœur brisé rêvant devant des cartes postales... Et Juliette cherchant l'amour alors que ses parents n'ont pas su l'aimer, elle.

J'ai aimé cette lecture même si elle n'a pas changé ma vie comme je le disais en introduction, ce roman est parfait pour la plage. J'ai été assez choquée de voir que ce livre était dénigré sur Babelio. Il n'était pas assez féministe, trop cliché. Je pense vraiment qu'il faut arrêter d'être snob, on ne lit pas tous et toutes tout le temps du Proust ou du Tolstoï. Et de temps en temps une lecture légère nous fait le plus grand bien.

Et de là à dire qu'il n'est pas assez féministe, je trouve cela fort de café. Je pense même que certains devrait relire la définition du féminisme. Pour rappel, les féministes recherchent l'égalité Homme-Femme. En quoi des femmes qui ont renoncé aux hommes puis qui ont de nouveau envie de rencontrer l'amour, ce n'est pas féministe ?


Moi, je vois bien au contraire dans ce roman des femmes sachant se débrouiller seules, vivant autonomes, ayant des carrières qu'elles ont choisies. L'amour n'entre en rien dans les combats féministes. On a le droit de vouloir l'égalité Homme-Femme et être amoureuse d'un homme. ça n'a rien de contradictoire. Être amoureuse ne veut pas dire  être asservie, et être au service de l'homme. Le meilleur exemple sont les hommes qui eux même tombent aussi amoureux et peuvent se montrer très machos.

La seule petite critique que je pourrais faire serait que l'histoire est trop hétéro-centrée. Et encore sur six femmes, il n'est pas déconnant que d'y avoir que des hétéros. Je pense aussi que ce livre peut montrer que parfois pour mieux se connaitre, se trouver, avoir sa vie à soi, rien de mieux que le célibat.

Et si quelques fois, vous êtes comme Juliette, vous avez besoin de vous jeter sur une barre de céréales au chocolat voici, une recette que vous pouvez tenter et qui sera toujours plus saine que ce que l'ont peut trouver en supermarché.



Barre aux céréales et chocolat

Ingrédients (pour 9 petites barres):
 - 200 g de flocons d'avoine
 - 6cL de crème liquide
 - 60g de sucre en poudre
 - 3cL de sirop d'agave
 - 60g de beurre
 - 100g de chocolat noir
 - Quelques noisettes

 Commençons par préparer un caramel. Pour cela, versez dans une casserole le sucre et le faire fondre. Une fois que le caramel se forme, versez la crème liquide et ajoutez le beurre puis le sirop d'agave. Laissez chauffer sur un feu doux pour que le mélange devienne homogène.

Dans un saladier, mélangez les flocons d'avoine, les noisettes, puis versez votre caramel. Mélangez de nouveau afin que vos céréales soient toutes enrobées de caramel.

Dans une grande casserole,  versez votre mélange, et laissez chauffer pendant 10 min à feux doux. Mélangez de temps en temps pour ne pas que cela attache dans le fond de la casserole. Le passage à la case vaisselle est toujours désagréable dans ces cas là.

Dans des moules à mini cake, versez votre mélange, tassez bien. Une fois, vos barres refroidies, versez votre chocolat fondu sur celles-ci puis réservez au réfrigérateur pendant quelques heures avant de les dévorer.

jeudi 26 juillet 2018

Panne de lecture, Pique-nique et Le Grand Meaulnes

Le grand Meaulnes d'Alain Fournier

 



Ce livre m'a été conseillé par Simone de Beauvoir dans ses Mémoires d'une jeune fille rangée. Elle l'a conseillé à beaucoup de monde et je me suis dit pourquoi pas surtout qu'il attendait déjà patiemment dans ma bibliothèque. En effet je l'ai sauvé d'une réserve poussiéreuse d'un collège (avec l'accord de ma hiérarchie bien évidement). Il avait été désherbé d'un CDI et attendait qu'on prenne une décision à son propos. Au vu de l'âge de ce livre de cette édition, je ne comprend pas trop sa présence dans ce collège. Pour moi, il est beaucoup mieux chez moi. 

Je l'ai commencé, et j'ai été assez surprise par l'histoire le style. J'ai un peu décroché, la vie m'éloignant en ce moment de mes lectures et puis je n'ai plus eu envie, j'ai du lire un essai entre deux pour me redonner l'envie de le lire et finalement la dernière partie a fini de me convaincre. Je comprends totalement pourquoi ce livre a été un coup de cœur de la jeune Simone de Beauvoir.

Je vais vous raconter d'abord l'histoire que raconte ce roman. On y fait la rencontre du jeune François, élève d'une école typique de la 3eme République qui nous racontera sa rencontre avec Augustin Meaulnes. Il est tout d'abord un peu jaloux de l'effet qu'il fait aux autres élèves de l'école puis bien vite les deux deviennent amis. Cependant, Augustin a envie de revoir sa famille et fugue un jour alors qu'on attendait l'arrivée de membres de la famille de François. Ce dernier reviendra quelques jours plus tard. Il racontera avoir assisté à une fête extraordinaire, les fiançailles d'un jeune garçon. Il y avait des invités venus de Paris et de la Province, des saltimbanques, des costumes d'une autre époque et surtout une magnifique jeune fille, la sœur du fiancé. Quand il revint, le grand Meaulnes n’eut qu'une idée en tête c'était d'y retourner et de retrouver cette jeune fille. François en fera également sa quête pour rendre son ami heureux.



Je pense que ce livre a eu du succès et notamment chez les jeunes de l'époque de Simone de Beauvoir parce que ces jeunes gens n'en font qu'à leur tête et suivent leurs envies, leurs désirs. Les adultes sont peu présents ou ont une sorte de présence bienveillante même si personne ne s'inquiétait de l'absence d'Augustin. Leurs postures permettent donc à ces jeunes gens de vivre leurs rêves sans être empêché par la morale, la bienséance des parents. Simone de Beauvoir en a beaucoup souffert. Tout était contrôlé dans sa vie : ses fréquentations, ses études, ses lectures, ses sorties ... Ce livre devait être donc une bouffée de liberté. Je suis curieuse maintenant de voir l'adaptation cinématographique et les lieux dans lesquels les personnages vivaient.

Je pense que je n'ai pas lu ce livre dans une période propice et c'est pour ça que j'ai eu cette panne. Néanmoins, j'ai beaucoup aimé la dernière partie. J'ai mis du temps à m'accrocher à cette histoire. Et finalement, même si ce livre est centré sur Augustin Meaulnes, celui qui me donnait envie de lire c'est François. Je trouve ce personnage intéressant et c'est bien lui qui œuvre en secret pour que son ami soit heureux. Et pourtant, cela parait bien difficile au vu du comportement de celui-ci. J'aurai aimé un peu une autre fin pour François.

Et vous, qu'avez vous penser de cette histoire ?

Ce livre donne envie aussi de se promener à travers des chemins campagnards et de s'arrêter manger sur un coin d'herbe à l'ombre, sortir de sa boîte en plastique sa salade de pâte aux courgettes. Donc voici la recette.



Salade de pâte de courgette pour un pique-nique

Ingrédients :
 - 80 g de pâte par personne. J'ai choisi ici des pâtes à la farine d’épeautre.
 - 1 petite courgette
 - 1 moitié de mozzarella
 -  un peu de parmesan rappé
 - le jus d'un demi citron
 - quelques feuilles de basilic
 - un peu de persil
 - Huile d'Olive
 - Sel/Poivre

Faire cuire les pâtes al dente. Une fois cuites, passez les sous l'eau froide. Ajoutez un filet d'huile d'olive. Tranchez finement des rondelles de courgette. Salez et versez le jus de citron sur vos rondelles.
Dans un saladier, versez vos pâtes, vos rondelles de courgette, émincez votre mozzarella et ajoutez y les morceaux. Hachez vos feuilles de basilic, votre persil et saupoudrez votre plat de ces herbes. Assaisonnez à votre gout. Au moment de la dégustation froide ou tiède, saupoudrez cette salade de parmesan. Vous pouvez également ajoutez quelques tomates cerises si l'envie vous en prend.

jeudi 19 juillet 2018

Moyen Âge, Ken Follet Partie 1 : Les Piliers de la Terre

Les Piliers de la Terre de Ken Follet

 



Dans l'article des un an du blog, je vous avez promis de vous parler un peu du moyen âge. J'aime bien pendant mes vacances me déconnecter totalement et ce qui me permet d'y arriver ce sont les romans historiques. J'ai découvert celui là l'été de mes vacances de PACS. Je vais donc vous présenter ce premier tome de la trilogie.  Il est assez conséquent : 1050 pages. Ce pavé est donc parfait pour les vacances, il nous plonge dans un autre monde. Cette trilogie tourne autour de la cathédrale de Kingsbridge en Angleterre et le premier tome autour de sa construction.

Cette épopée nous fait suivre la vie et les moult péripéties de différents personnages :
 - La famille de Tom le bâtisseur
 - Ellen et son fils Jack
 - Aliena, fille du comte de Shiring et son frère Richard
 - Le Prieur Philip
 - Waleran Bigod
 - William Hamleigh

Deux camps s'affrontent à travers la construction de la cathédrale, la possession du comté de Shiring et la guerre civile.
On rencontre au début de ce roman, Tom construisant la nouvelle demeure de William Hamleigh. Il est pauvre et vit de petits chantiers alors que William convoite Aliena, la fille du comte de Shiring mais cette dernière a refusé de l'épouser. Il renvoie Tom de la construction de la maison alors même que sa femme est prête à accoucher. Celle ci mourra en couche obligeant la famille à abandonner le bébé. Ce même jour, ils rencontreront Ellen et son fils. C'est une femme particulière, elle sait lire et pourtant préfère vivre dans la forêt.
Aliena sera déshérité après la mort de son père et ce sera le début de l’affrontement avec la famille Hamleigh qui fera tout pour se mettre en travers de son chemin. Elle retournera en bas de l'échelle et deviendra une commerçante sur le marché de la laine.
Le Prieur Philip arrivera pendant cette période trouble à Kingsbridge et rêve d'en faire une cité fleurissante avec une belle cathédrale. Tout ne se passera pas comme il l'imagine.



Les vies de ces personnages sont imbriquées. On vit avec eux, on est pris par leurs buts, leurs motivations. On souffre avec eux pendant toutes les épreuves et les embuches qu'ils peuvent rencontrer. On se dit que jamais cette histoire ne finira tant le camps adverse est imaginatif et pourtant les pages défilent, on passe un très bon moment dans la lecture de cette épopée. Jamais, je n'ai lu un livre aussi gros, aussi rapidement ! Il est vraiment prenant, et la période des vacances est vraiment idéale pour se plonger à corps perdu dans cette lecture.

J'ai adoré les personnages d'Ellen, d'Aliena et de Jack, le fils d'Ellen qui vont vraiment au bout des choses et ont une force exemplaire. Même si la cathédrale de Kingsbridge n'existe pas, on perçoit bien les heures et les heures de recherche de l'auteur. Ce roman est assez bien documenté et donne vraiment l'impression d'être au moyen-âge. J'ai beaucoup apprécié également la mini série. Jack est joué par Eddie Redmayne, ce qui rajoute un charme certain à cette histoire. Bien évidement, regardez la série avant de lire le livre sinon vous serez déçu. Tout les petits détails présents dans ce pavé ne peuvent pas figurer dans cette série, ce qui est bien dommage.

Vous pouvez ensuite continuer de vivre au moyen-âge pendant le temps de la lecture en préparant cette recette de rissoles à jour de poisson ou en participant à l'une des nombreuses fêtes médiévales ayant lieu en France ou à l'étranger tout l'été.



Rissoles à jour de poisson

Ingrédients :

 - 500g de farine
 - 125g de beurre
 - 1/2 verre d'huile
 - 1/2 cuillère à café de sel
 - un peu d'eau ou de lait
 - Fruits de garde : raisin secs, pruneaux, figues sèches, noisettes, amandes, noix... 
 - 4 pommes
 - un peu de miel
 - Les épices que vous préférez : cannelle, muscade, gingembre ...

Mélangez l'ensemble des ingrédients afin de former une sorte de pâte peu grasse.
Pour la farce, hachez les fruits secs. J'ai choisi pour cette recette des raisins secs et des noisettes. Ajoutez les pommes rappées, puis le miel et les épices que vous avez choisies.
Étalez la pâte pour qu'elle soit assez fine et déposez-y en des petits tas votre farce sur la moitié de la pâte. Humectez votre pâte à l'endroit de la découpe et déposez y la deuxième moitié. Cela doit former un chausson, vous pouvez aussi opter pour la méthode du pliage.
Faites cuire vos rissoles dans un four préalablement préchauffé à 200°C (th7) pendant environ 20 min.
Laissez refroidir avant de déguster. 

vendredi 13 juillet 2018

Expatriation en Australie, l'histoire d'une Coréenne

Parce que je déteste la Corée de CHANG Kang-myoung




 
L'été est propice au changement, d'habitudes, de vie. C'est dans cette période où j'ai pris des décisions radicales comme mon végétarisme par exemple. C'est aussi une période pour voyager donc même si vous restez dans votre jardin, allongé dans l'herbe avec un bon roman, j'ai envie de vous faire voyager. Je vous conseille donc Parce que je déteste la Corée.

Ce roman a un début très prometteur. Dés les premières pages, la narratrice tue le père, la mère et le petit ami. Ceci est une métaphore mais son départ semble dévastateur et est une véritable rébellion envers sa famille, son pays, et tout ce qui s'y rapproche. Elle nous montre par certains retour dans le passé pourquoi la vie en Corée ne lui convenait plus. Elle n'avait pas envie de se retrouver dans le moule de la vie parfaite des coréens. Alors elle a dit Fuck je me casse en Australie. Elle partira contre l'avis de tous. Elle tombera sur des gens comme elle : des coréens venus pour apprendre l'anglais, étudier, voyager, ou s'expatrier. Et comme en Corée, elle se retrouvera confronté à ce système de classes sociales avec les expatriés coréens alors qu'en Australie, les différences ne sont pas si flagrantes.

Elle racontera également les différentes rencontres amoureuses, amicales qu'elle fera. Cela la mènera dans des situations intéressantes : des rencontres avec la justice, des aventurières américaines, des propositions de mariages.  



J'ai bien aimé lire ce roman, le début est très accrocheur, et on s'attache vite à cette jeune personne rebelle. Je me suis un peu reconnue dans cette volonté de ne pas rentrer dans le moule, et de refuser les jugements que les autres portent sur notre façon de vivre. Et comme elle, je pense également que le boulot n'est pas tout dans une vie même si c'est important d'y être bien. Je suis parfois aussi restée sur ma faim, il m'a manqué quelques détails. L'histoire se déroule sur plusieurs années mais il y assurément plein d'histoires cocasses qui n'ont pas été écrites.

Il me reste un petit mystère à résoudre sur ce livre. L'auteur est journaliste et écrit sur des phénomènes de société, je me demande s'il s'est inspiré dans un ancien amour pour ce roman puisque le petit ami du personnage principale érudit pour devenir journaliste. Si vous avez la réponse, je suis preneuse.

Dans le roman, beaucoup de plat sont évoqués mais beaucoup avec de la viande. A un moment, elle commande une pizza à la patate douce donc je vais vous partager la mienne.

Pizza à la patate douce

Ingrédients :
 - une pâte à pizza
 - une patate douce
 - une boule de mozzarella
 - du parmesan
 - Le zeste d'un citron

Coupez en fines rondelles la patate douce préalablement lavée et épluchée. Dans une casserole d'eau bouillante, plongez les rondelles de patate douce et laissez cuire 5 minutes.
Préchauffez le four à 180°C. Sur une plaque de four, placez la pâte à pizza, saupoudrez la généreusement de parmesan rappé, puis déposez y les rondelles de patate douce. Coupez la boule de mozzarella en morceau et placez les sur la pizza. Zestez finement un citron et parsemez les sur cette pizza. Enfournez la et laissez la cuire pendant 12 minutes.

Dégustez avec de la salade de roquette. 

 

jeudi 5 juillet 2018

Le rêve le plus doux

Le rêve le plus doux de Doris Lessing

 



Doris Lessing fait partie des rares femmes à avoir obtenu un prix Nobel de littérature. C'est une bonne raison de se plonger dans son œuvre. J'ai déjà lu parmi ses écrits une nouvelle appelée Les Grand mères qui était très intéressante et avant de me plonger dans son roman le plus connu et le plus adoré Les carnets d'or, j'ai décidé de m'attaquer au Rêve le plus doux.

A travers l'histoire d'une famille, de trois femmes : Julia, Frances et Sylvia, Doris Lessing nous plonge dans l'histoire du XXe siècle. Les années 60 sont le pivot de cette histoire puisque les protagonistes habitent sous un même toit : la maison familiale de Julia.

Julia, la mère de Johnny, invite sous son toit Frances, sa belle-fille alors abandonnée avec ses deux garçons par Johnny, éternel militant communiste. Frances, mère courage, abandonne ses rêves de théâtre pour travailler dur afin de nourrir ses fils, et leur offrir le meilleur. Elle accueillera aussi moult brebis abandonnées, des amis de ses fils, mais pas seulement. Johnny, même s'il ne participe pas à la vie des garçons, est toujours présent pour leur offrir des discours militants, se mettre à la table familiale, éblouir les invités présents du jour. Il demandera à sa famille d'accueillir par la suite Sylvia, la fille de sa nouvelle femme.



Dés les premières pages, j'ai pris pitié de Frances puis je l'ai détesté parce que pour moi elle se laisse marcher sur les pieds par son mari. J'ai eu l'impression qu'elle acceptait tout de lui et même d'accueillir la fille de sa nouvelle femme. Ce qui est pour moi impensable. J'ai détesté Johnny qui pour moi est typiquement le gars qui ne devrait pas avoir de famille, puisqu'il n'est pas responsable. Il cherche une femme comme lui, puis quand elle montre des signes de faiblesse l'abandonne. Et pourtant, il s'accroche. Je l'ai trouvé aussi arrogant envers sa mère, ses différentes femmes, ses fils et puis vers la fin du roman j'ai eu pitié de lui et j'ai aimé Frances. J'ai beaucoup aimé Sylvia aussi qui choisira une voie atypique et pourtant assez similaire en certains points à celle de son beau père.

J'ai aimé les deux garçons qui ont souffert mais pourtant ont eu le courage de se rebeller et puis je n'ai pas forcément aimé leur choix de vie. J'ai eu l'impression qu'ils aimaient souffrir. Et puis Julia, mère, grand-mère, chef de tribu qui a eu un parcours impressionnant, qui n'a pas mis de côté sa vie de femme même si elle a du réparer les fautes de son fils et prendre des responsabilités qui n'étaient pas les siennes.

J'ai aimé le lien qui continuera à exister entre ces personnages pendant des décennies et tout autour de la planète. J'ai aimé cette diversité des parcours de ces personnages, ils ont le pouvoir de changer, de se mettre un coup de pied aux fesses pour avancer dans la vie.

Pour résumer, j'ai adoré ce roman. Les personnages sont loin d'être lisses, ils sont travaillés, intéressants. J'ai beaucoup aimé leur façon d'évoluer à travers les époques. J'ai beaucoup aimé avoir leurs visions des différents évènements de ce siècle : les différentes guerres, la violence des régimes soviétiques, la prise de pouvoir des dirigeants africains, l'apparition du SIDA ... J'ai hâte de découvrir la suite de son œuvre et de vous partager mes lectures.

Je vous ai parlé des grandes tablées de Frances et pour faire manger Sylvia, elle était obligé de cuisiner des pommes de terre. Donc je vais vous partager une recette de pomme de terre à la suédoise version végétarienne. Si vous aussi, vous adorez les pommes de terre, vous pouvez cliquez ici, ou .


Pomme de terre à la suédoise version végétarienne

Ingrédients :
 - 2 pommes de terre par personne
 - huile d'olive
 - herbe de Provence
 - Sel Poivre
 - Chaussé aux Moines (Je sais que le Chaussé aux moines n'est pas très suédois mais vous devriez le découvrir fondu, c'est exquis)

Préchauffez le four à 200°C. Lavez, épluchez les pommes de terre. Coupez dans le sens de la longueur partiellement les pommes de terre. Elles ne doivent pas être coupées en rondelles mais les entailles doivent être assez grandes pour accueillir le fromage. 

Huilez, salez, poivrez, assaisonnez puis déposez vos pommes de terre au four pendant 30 min. Sortez les ensuite lorsqu'elles sont cuites (vérifiez la cuisson à l'aide d'un couteau) afin d'y déposer le fromage dans les entailles puis enfournez encore quelques minutes afin de faire fondre ce fromage au cœur des pommes de terre.

Régalez vous.